Municipales : Biasotto maintient une entrée en fonction en 2028 pour la 3ème ligne de métro

 |   |  702  mots
Franck Biasotto, militant LREM pour le moment, est soutenu par le Modem dans son aventure municipale à Toulouse.
Franck Biasotto, militant LREM pour le moment, est soutenu par le Modem dans son aventure municipale à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
L'adjoint au maire de Toulouse Franck Biasotto, candidat autonome aux élections municipales dans une liste soutenue par le Modem, affirme une nouvelle fois que la livraison en 2025 de la future ligne de métro n'est pas tenable. Il entend marquer sa campagne par la valeur de la transparence en prouvant que ce projet de transport n'aboutira qu'en 2028. De plus, il assure que la "Ligne A XXL" n'est qu'une illusion d'annonce.

"Le courage, c'est chercher la vérité et la dire", disait Jean Jaurès. Avec cette citation, le candidat aux élections municipales à Toulouse Franck Biasotto entend faire de sa campagne une marque de transparence. Et pour le prouver, l'actuel adjoint au maire de la Ville rose qui se présente sur une liste autonome soutenue par le Modem affirme de nouveau que le projet de troisième ligne de métro, proposé par la municipalité sortante et Jean-Luc Moudenc, ne pourra être livré en 2025, mais plutôt 2028.

"Le délai de 2025 n'est pas tenable, contrairement à 2028. Et pour cause, il y a des délais incompressibles. La déclaration d'utilité publique (DUP, délivrée par le préfet et espérée pour fin janvier, ndlr) ne signifie pas le feu vert pour débuter les travaux. Ensuite, les études d'impacts environnementaux ont été volontairement repoussées après les élections municipales car elles sont sensibles. Mais, il faudra aussi refaire une enquête publique une fois ces études d'impacts réalisées", a expliqué Franck Biasotto, mercredi 8 janvier, lors de ses vœux à la presse, malgré son soutien à ce projet qu'il souhaite néanmoins modifier pour desservir l'aéroport de Toulouse.

Lors de l'annonce de sa candidature, le 18 décembre, cette prise de position sur la date de mise en service de la future troisième ligne de métro avait instauré un débat sur la scène publique poussant le syndicat des transports en commun Tisséo à réagir.

"Contrairement à ceux qui apprécient le calendrier sans apporter aucune justification, nos délais sont techniques et factuels. Les Toulousains attendent ce métro qui, ils le savent, améliorera leur vie quotidienne et améliorera la qualité de l'air. Tisséo sera au rendez-vous de 2025", avait répondu lundi 23 décembre par communiqué Jean-Michel Lattes, adjoint au maire de Toulouse en charge des transports et président de Tisséo.

Moins de rotations avec la "Ligne A en XXL" ?

Seulement, ce n'est pas le seul projet porté par Jean-Luc Moudenc sur lequel Franck Biasotto avance un manque de sincérité à l'égard des Toulousains. Dans sa ligne de mire ? La "ligne A XXL" qui devait être inaugurée mercredi 8 janvier, mais finalement reportée en raison d'un problème électrique sur le réseau qui a provoqué un incendie.

"On avance un doublement de la capacité de la ligne A du métro, mais ce n'est pas tout à fait ça. Effectivement, à quai, les usagers auront une capacité multipliée par deux, mais il y aura toujours un total de 116 rames sur le réseau. Ce qui fait qu'il y aura moins de rotations et de passages proposés aux Toulousains", estime Franck Biasotto.

Par ailleurs, l'élu municipal entend ré-instaurer la gratuité totale des transports en commun pour les séniors, ayant des revenus mensuels inférieurs à 1219 euros. À l'opposé, "nous n'avons pas prévu de faire mieux pour les jeunes", par rapport à la tarification actuelle précise-t-il.

"Pas un projet de revanchards" à Jean-Luc Moudenc

Malgré tout, l'élu municipal et les sortants qui l'accompagnent sur la liste "Toulouse Belle et Forte" (Marthe Marti, Jean-Luc Lagleize et Sylvie Rouillon Valdiguié notamment, ndlr) se disent "fiers" du bilan qu'ils portent et ne comptent pas le renier. Néanmoins, s'ils quittent le navire Moudenc, c'est que des divergences ont émergé et ils comptent donc proposer un projet qui se démarquera de celui porté par la liste qu'ils jugent trop à droite de "leur" maire sortant.

"Toulouse Belle et Forte n'est pas un projet municipal de revanchards ou un projet contre Moudenc mais bel et bien un vrai projet pour les Toulousains que nous détaillerons au fil des semaines", ajoute le candidat qui a déjà fait savoir qu'il proposerait une vision nouvelle sur l'immobilier et l'urbanisme dans la ville tout en soutenant un projet de RER toulousain.

Si ce projet est porté par 45 colistiers dévoilés pour le moment, Franck Biasotto compte boucler sa liste pour la fin du mois de janvier, et être présent au second tour des élections municipales à Toulouse le 22 mars 2020.

Lire aussi : Enquête : à Toulouse, la course au Capitole plus que jamais lancée (1/4)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2020 à 10:50 :
Monsieur Biasotto se présente au centre et grand rassembleur alors qu'il a passé son temps d'adjoint au maire actuel à mettre au pilori tous ceux qui n'avaient pas ses idées, à exclure et mettre au ban les initiatives qui ne venaient pas de lui et mettre en place dans les quartiers un système de vigiles étrangers qui terrorisent le monde... la politique mène à tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :