Municipales : comment Biasotto compte financer la desserte de l'aéroport en métro

 |   |  753  mots
La desserte directe, en métro, de l'aéroport Toulouse-Blagnac est au centre de la campagne pour les élections municipales à Toulouse.
La desserte directe, en métro, de l'aéroport Toulouse-Blagnac est au centre de la campagne pour les élections municipales à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
Au regard des délais de livraison annoncés pour la troisième ligne de métro à Toulouse, le candidat aux élections municipales Franck Biasotto veut revoir son tracé. Le candidat soutenu par le MoDem propose une desserte directe de l'aéroport en faisant l'économie d'une boucle prévue au niveau de la Vache sur le tracé actuel. Pour financer cette connexion à l'aéroport, estimée à 200 millions d'euros par Tisséo, peu d'autres alternatives s'offrent à lui. Décryptage.

Franck Biasotto a marqué son entrée dans la campagne, pour les élections municipales à Toulouse, en annonçant que la troisième ligne de métro à Toulouse ne serait pas en service avant 2028. Contre fin d'année 2025, pour le maire sortant. Au-delà de cette bataille par médias interposés sur le calendrier, l'ancien adjoint au Logement de Jean-Luc Moudenc veut surtout profiter de ce retard annoncé pour revoir le tracé.

"Cette troisième ligne de métro a du sens, à condition qu'elle desserve directement l'aéroport de Toulouse-Blagnac, qui génère un trafic autour de 10 millions de passagers chaque année. Il ne faut pas hypothéquer l'avenir... L'attractivité de Toulouse passe par l'attractivité de ses transports", a répété le candidat soutenu par le MoDem, jeudi 20 février.

Pour le moment, le projet porté actuellement par Tisséo prévoit l'arrêt de la ligne de tramway T2 (qui dessert l'aéroport de Toulouse-Blagnac), pour la remplacer par une "navette express", entre la future station de la 3ème ligne de métro Jean Maga et l'aéroport, malgré la mobilisation du tissu économique local pour un prolongement du métro jusqu'à l'infrastructure aéroportuaire.

Navette Express Aéroport

La rupture de charge prévue par Tisséo, au niveau de la station Jean Maga, pour rejoindre l'aéroport de Toulouse (Crédits : Tisséo).

Supprimer du tracé la station La Vache

Cet aménagement à la sortie de Blagnac, et à proximité du quartier Ancely, est estimé autour de 45 millions d'euros par Tisséo. "Une solution métro en tracé direct représente un coût d'investissement de 200 à 250 millions d'euros et ne permet pas de desservir le site d'Airbus Saint-Martin", avait justifié Francis Grass, le président de Tisséo Ingénierie, lors d'une conférence de presse le 29 janvier 2018. Ainsi, le candidat Franck Biasotto veut rediriger ces 45 millions vers un financement de cette desserte directe en métro de l'aéroport de Toulouse. Pour le reste, il compte sur une révision du tracé de ce projet estimé au total à 2,7 milliards d'euros.

"Pour compléter le financement de la desserte directe vers l'aéroport, je pense que nous pouvons faire l'économie de la boucle dans le tracé prévu actuellement au niveau de la Vache", avance Franck Biasotto.

Le candidat au Capitole n'a pas été plus précis sur ses intentions à ce sujet. Doit-on comprendre qu'il compte supprimer les stations Fondeyre, La Vache et Toulouse Lautrec pour retirer cette "boucle" ? Cela semble en tout cas son idée. En simplifiant le tracé, Franck Biasotto espère dégager suffisamment de financements pour la connexion vers l'aéroport.

Tracé 3ème ligne de métro

La partie du tracé que souhaite modifier Franck Biasotto (Crédits : Tisséo).

Tracé troisième ligne de métro

L'ensemble du tracé potentiel de la troisième ligne de métro (Crédits : Tisséo).

Une tarification des transports en commun partiellement révisée

Si jamais cela n'était pas suffisant, et en cas de victoire de Franck Biasotto aux élections, ses alternatives seraient limitées. Il a martelé à plusieurs reprises que la troisième ligne de métro n'engendrerait pas de hausse d'impôt pour les Toulousains même s'il compte "regarder de plus près le financement de la 3ème ligne de métro". Par ailleurs, il a promis au tissu économique local que le Versement Transport, payé par les entreprises, ne serait pas augmenté sous le prochain mandat. De plus, la révision à la hausse du tarif des transports en commun n'est pas prévue par Franck Biasotto. Mieux, il compte faire un geste en direction des séniors à ce sujet.

"Nous allons étendre la gratuité des transports en commun pour nos séniors. Aujourd'hui, celle-ci est permise pour celles et ceux qui touchent un revenu mensuel inférieur à 803 euros. Nous comptons étendre la gratuité à ceux qui touchent moins de 1219 euros par mois", promet Franck Biasotto.

Selon lui, cette mesure devrait coûter environ 280 000 euros chaque année à la collectivité. Par ailleurs, il est contre une gratuité totale des transports en commun pour encourager son utilisation. "Cela reviendrait à amputer Tisséo de 90 millions d'euros de recettes, on se tirerait une balle dans le pied alors que nous avons un réseau à développer", conclut-il. En effet, le candidat veut travailler avec la Région Occitanie à l'instauration d'un RER toulousain et étudier une solution de desserte directe entre l'aéroport et le futur parc des expositions de Toulouse, le MEETT, comme demandé par les chefs d'entreprises toulousains.

Lire aussi : Municipales : les 4 mesures phares défendues par les entreprises à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2020 à 9:13 :
'apprend avec stupeur que les financeurs des transports à Toulouse n'ont pas le pouvoir de décision 😱 ??
Il est est temps qu'ils prennent le pouvoir quand je vois que les mêmes erreurs sont en entrain d'être commises par les mêmes personnes c'est à dire de ne pas desservir l'aéroport comme ils l'avaient fait avec la ligne T1 du tram il est temps que des professionnels reprennent tout ça en main car combien va encore nous coûter cette gabegie dans le futur ??
Les temps ont changés et l'actionnaire de l'aéroport aussi, en son temps Mr Moudenc avait dit aux chinois de l'aéroport si ils veulent une station qu'ils contribuent aux financements, maintenant que Eiffage en est le propriaitaire il est temps de reposer la question surtout que Eiffage a de grande chance de construire ce metro non?
Aprés il sera temps de construire une extension de la ligne de tram T2 vers le MEET avec arrêt pourquoi pas à un nouveau terminal et à une extension future de l'aéroport vers le Nord.
Le tramway avec rupture de charge et vouée à l'échec regardé Orly Val, déficit chronique depuis 30 ans ils parlent de le détruire maintenant.
Messieurs et dames de Tisseo voyagez vous avec bagages et enfants, vous voyez vous changez du tram vers le metro avec enfants, poussettes, bagages, descendre des escaliers où prendre des ascenseurs pour se retrouver finalement debout, imaginez vous tout cela ?
Mr Moudenc imaginez vous votre projet phare du quartier Matabiau sans une ligne directe de metro ?
Pensez vous pas que ce serai un bon argument de vente des milliers de mètres carré de bureaux pour attirer les entreprises du monde entier connectés directement au monde donc à l'aéroport ?
Allez allez il est encore temps pour se ressaisir et éviter encore une perte incommensurable d'argent mais surtout de temps

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :