Municipales : Agnès Paillard-Bertrand se lance avec J.L. Moudenc

 |   |  587  mots
L'ancienne présidente de l'Aerospace Valley se lance dans la campagne pour les élections municipales à Toulouse aux côtés de Jean-Luc Moudenc.
L'ancienne présidente de l'Aerospace Valley se lance dans la campagne pour les élections municipales à Toulouse aux côtés de Jean-Luc Moudenc. (Crédits : Aerospace Valley)
L'ancienne présidente du pôle de compétitivité de l'Aerospace Valley a annoncé son ralliement au maire sortant Jean-Luc Moudenc en tant que colistière sur sa liste Aimer Toulouse, pour les élections municipales de mars 2020. Avec cet engagement, Agnès Paillard-Bertrand veut porter la voix des entreprises et soutenir le développement d'activités nouvelles.

Son visage est loin d'être méconnu à Toulouse et dans le Sud-Ouest. Pendant six ans, entre 2011 et 2017, elle a dirigé le pôle de compétitivité de l'Aerospace Valley, après en avoir été la directrice générale durant deux ans. Ainsi, Agnès Paillard a pendant longtemps porté la voix des entreprises des secteurs spatial et aéronautique qui composent le tissu économique sur les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Parallèlement, elle a dirigé jusqu'à l'année passée le programme d'avion électrique E-fan, au sein de la direction de la recherche du groupe EADS.

Lire aussi : Aerospace Valley : Agnès Paillard annonce son départ

Un parcours professionnel dans le privé, qui a débuté chez IBM en 1984, qui a été complété par une expérience dans le domaine public. En 2002, elle est nommé par Alain Rousset (président de la Région Aquitaine à l'époque) comme directrice générale adjointe en charge des projets de développement économique, de la recherche et du développement durable au sein du Conseil régional d'Aquitaine jusqu'en 2009.

Désormais, Agnès Paillard-Bertrand dispose de sa propre société de conseil pour les entreprises et est membre au conseil d'administration de l'EIT (European Institute of Innovation & Technology) dont le siège est à Budapest, en Hongrie, depuis juin 2018. Forte de ce statut, elle a annoncé lundi 2 décembre son ralliement pour les élections municipales de mars 2020 à Jean-Luc Moudenc, en tant que colistière sur la liste "Aimer Toulouse".

"Je ne me suis jamais présentée à une élection, mais je suis contente de franchir ce pas qui correspond à une nouvelle phase de ma vie à 60 ans. Le monde des entreprises n'est pas assez représenté au sein des élus. Je veux porter cette voix et apporter mon expérience en tant que dirigeante tout en étant à l'écoute des besoins de notre tissu économique. Toulouse et sa région sont enviées dans le monde pour son écosystème autour de l'aéronautique. Pour autant, il faut soutenir et accompagner dans leur développement les secteurs d'activité émergents comme la robotique, l'intelligence artificielle, l'IoT ou le numérique", explique la colistière non encartée.

Lire aussi : Municipales : La Tribune organisera un débat d'avant premier tour

Une colistière de "centre-gauche"

Séduite par les alliances nouées entre le maire sortant et les partis politiques, dont en particulier LREM, Agnès Paillard se présente de "centre-gauche". Alors pourquoi ne pas avoir tenté l'aventure avec la candidate Nadia Pellefigue, soutenue par UNE-PS-PRG-PC ?

"Nadia est une amie avec qui j'entretiens de très bonnes relations. Mais elle ne m'a pas proposé de faire partie de sa liste et son positionnement politique ne correspond pas totalement à celui qui est le mien", explique l'ancienne numéro 1 de l'Aerospace Valley.

Elle devient ainsi la 8ème membre nouvelle et non encartée de la liste "Aimer Toulouse". Ces profils, en comptant les élus sortants également issus de la société civile, composeront 50% de la liste. L'autre moitié sera quant à elle réservée aux partis politiques qui soutiennent Jean-Luc Moudenc dans la course au Capitole (LREM, LR, UDI, Agir, Les Centristes et le Mouvement radical, social et libéral).

Le maire sortant a déjà présenté les deux colistiers UDI de sa liste et il s'apprête à présenter ceux de son parti Les Républicains, qui seront "plus d'une quinzaine", selon ses dires.

Lire aussi : Municipales : les premiers contours de la liste de Moudenc à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :