Municipales : les premiers contours de la liste de Moudenc à Toulouse

 |   |  792  mots
Le maire sortant de Toulouse et candidat à sa succession, Jean-Luc Moudenc a dessiné les contours de sa liste pour les élections municipales de mars 2020.
Le maire sortant de Toulouse et candidat à sa succession, Jean-Luc Moudenc a dessiné les contours de sa liste pour les élections municipales de mars 2020. (Crédits : Rémi Benoit)
Le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, compte présenter l'ensemble de sa liste "Aimer Toulouse" avant Noël. Une liste pour laquelle l'élu et candidat à sa propre succession compte se porter "garant de tous les équilibres". Mais quelques éléments de sa composition ont déjà filtré, comme la répartition des places de colistiers entre Les Républicains et La République en Marche. Les précisions.

Pour chaque maire sortant et candidat à poursuivre son aventure municipale, c'est un véritable casse-tête. Lors de la constitution de sa liste pour les élections municipales, faut-il privilégier les élus sortants qui ont "un bilan conséquent", d'après Jean-Luc Moudenc ou laisser une chance à de nouvelles têtes d'émerger ? Le maire de Toulouse et candidat à sa réélection a fait le pari de la mixité, entre nouveaux et anciens.

"Ma liste Aimer Toulouse sera l'incarnation du rassemblement et du renouvellement. J'incarne la continuité, car il en faut dans le temps long d'un mandat municipal. Pour autant, j'ai la conviction, dans un monde en mouvement perpétuel, que nous devons être challengés par des idées nouvelles", se justifie Jean-Luc Moudenc, qui veut par ailleurs doubler les effectifs de patrouilles de la police municipale dans les quartiers en cas de victoire en mars 2020.

Ainsi, depuis le milieu du mois d'octobre, il a présenté sept nouveaux colistiers non-encartés à des partis politiques, des profils qui composeront 50% de sa liste aux prochaines élections municipales. Le dernier colistier du genre présenté en date, n'est autre que l'astronaute Philippe Perrin.

Lire aussi : Municipales : Jean-Luc Moudenc présente ses recrues "sociales"

Deux listes à proposer par mouvement

Ce vent de nouveauté va également souffler sur l'autre moitié de sa liste, composée elle de membres de partis politiques qui soutiennent officiellement le projet municipal de Jean-Luc Moudenc. Pour l'instant, ils sont six avec Les Républicains, La République en Marche, l'UDI, AGIR, le Mouvement radical, social et libéral, et Les Centristes (ces derniers ont déjà annoncé qu'ils ne proposeront pas de potentiels colistiers au maire sortant). Un soutien de dernière minute du Modem pourrait également intervenir.

"Un contact direct avec la direction nationale du parti a eu lieu et il s'est très bien passé. Nous avons convenu qu'ils reviendraient vers moi, tout en leur rappelant qu'il y avait un calendrier à respecter. Actuellement, il n'y a aucune discussion, ils sont dans une phase de réflexion en interne", avance l'occupant du Capitole.

Ces partis politiques ont jusqu'au 1er décembre, d'après le calendrier fixé par Jean-Luc Moudenc lui-même pour lui soumettre deux listes : une de femmes et une d'hommes, avec pour chacune des deux listes des éligibles et non éligibles. Le maire sortant a prévu de rencontrer un à un tous les potentiels colistiers qu'il ne connaît pas. En cas de rejet de candidature, le parti concerné devra proposer un nouveau nom.

"Je suis le garant de tous les équilibres à trouver, au-delà des 71 noms que nous pouvons proposer sur une liste, sur les 53 places éligibles potentielles en cas de victoire. Je dois être vigilant sur la parité, la répartition entre les encartés politiques et non-encartés, les nouveaux et les sortants, leurs compétences, et entre tous les partis. Je suis resté fidèle à ma famille politique (Les Républicains, ndlr) et le poids dans la liste de LR par rapport à LREM sera la concrétisation de cette fidélité", fait savoir le leader de la liste "Aimer Toulouse".

Un taux de renouvellement proche des 30%

Concrètement, même si La République en Marche devrait compter plus de colistiers que d'élus dans la majorité municipale actuelle, Les Républicains devraient être la première force politique de la liste de la municipalité sortante. D'ailleurs, la répartition des places par parti politique est arrêtée et sera révélée dans les jours à venir...

Ce qui n'a pas empêché l'UDI de présenter lundi 25 novembre ses deux seuls colistiers qui composeront la liste "Aimer Toulouse" Deux nouvelles personnalités en les personnes de Souhayla Marty (en position éligible) et Julien Grandchamp de Cueille (en position non éligible). Signe que Jean-Luc Moudenc connaît déjà son taux de renouvellement dans le cas d'une nouvelle équipe municipale à diriger ?

"J'ai tenu compte du travail des sortants et de l'accord entre chaque parti et moi. Le renouvellement sera minoritaire sur les positions éligibles de la liste, avec une majorité de sortants dans les 53 premières positions. Mais de la 54ème à la 71ème place, il y aura quasiment que des nouvelles têtes. Sur la totalité de la liste, on devrait s'approcher d'un taux de renouvellement de 30%", concède Jean-Luc Moudenc.

Reste désormais à connaître qui sont les élus sortants qui ne seront pas reconduits d'eux-mêmes ou par choix du maire candidat, après que ce dernier ait demandé une évaluation personnelle et critique à chacun d'eux. La liste "Aimer Toulouse" sera dès lors présentée dans sa totalité à la fin du mois de décembre, avant Noël.

Lire aussi : Municipales : "Personne n'aime s'arrêter à mi-chemin", admet Moudenc

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :