Municipales : Romain Cujives et LFI rejoignent Archipel Citoyen à Toulouse

 |   |  710  mots
La gauche toulousaine en marche vers la victoire aux élections municipales à Toulouse en 2020 ?
La gauche toulousaine en marche vers la victoire aux élections municipales à Toulouse en 2020 ? (Crédits : Rémi Benoit)
Après avoir dénoncé publiquement la méthode de désignation du chef de file pour les municipales à Toulouse de son parti, le socialiste Romain Cujives se rallie à Archipel Citoyen et son processus novateur. Dans cette démarche, il est suivi par la branche locale de La France Insoumise, dont les militants ont approuvé l'idée le 20 juin. Le rassemblement de la gauche est en marche pour conquérir le Capitole.

Tant attendue, tant demandée, tant réclamée, l'union des gauches pour les prochaines élections municipales à Toulouse, en mars 2020, est-elle en train de se mettre en place ? En tout cas, la journée du vendredi 21 juin sera certainement l'un de ses moments fondateurs, si une seule et unique liste des forces de la gauche toulousaine est proposée aux électeurs dans neuf mois. Après avoir tenté d'obtenir l'investiture du Parti Socialiste, le conseiller municipal et métropolitain Romain Cujives a annoncé, vendredi 21 juin, rejoindre Archipel Citoyen (et donc les Verts) pour travailler à l'élaboration d'une liste commune et d'un programme commun.

"J'ai une conviction : à Toulouse, nous pouvons inventer le laboratoire nouveau du rassemblement des gauches et le nouveau système de travail entre les citoyens et les partis politiques (...). En gardant comme un bien précieux notre singularité et notre histoire commune, nous voulons écrire une page nouvelle de l'écologie et de la gauche à Toulouse en nous inscrivant dans la démarche innovante et enthousiasmante portée par Archipel Citoyen", a déclaré devant les médias Romain Cujives.

Le collectif, composé de citoyens, militants associatifs et depuis peu des militants d'Europe Écologie Les Verts, a mis au point un processus novateur pour établir une liste. Sur les 69 noms qui doivent la composer, deux tiers sont élus grâce à une sorte de "primaire" en ligne, pour laquelle tout habitant de la métropole peut voter. Parmi les candidats y figurent donc Antoine Maurice pour les verts et prochainement Romain Cujives. Pour le reste, le désir du collectif est d'avoir des citoyens tirés au sort.

Que va faire le Parti Socialiste ?

C'est donc un changement de stratégie pour Romain Cujives, lui qui devait initialement participer au vote des militants métropolitains du PS organisé le 29 juin dans le but de désigner le chef de file du parti pour ces élections municipales. Cependant, ce vote est ouvert aux militants de toute la métropole et non à ceux uniquement de la Ville rose. Une méthode qu'il a contesté publiquement quelques jours auparavant car, elle est, selon lui, favorable à ses adversaires, le duo Nadia Pellefigue-Claude Raynal.

Lire aussi : Municipales 2020 : le Parti Socialiste 31 continue de se fissurer

"Je ne participerai pas au scrutin organisé le 29 juin par l'appareil. Tout d'abord, cette démarche ne correspond en rien à nos règles internes. Deuxième raison plus profonde de cette dérive, nous devons dépasser nos individualités et notre propre histoire".

Par conséquent, que va faire la branche locale du Parti Socialiste ? Va-t-il annuler purement et simplement le vote de ses militants ou au contraire maintenir ce scrutin avec une seule candidature, avec le risque que le duo fasse moins de 50 % des votes exprimés ? Contacté, le responsable locale du parti, Sébastien Vincini, n'a pas donné suite à nos sollicitations pour le moment. Néanmoins, le responsable a toujours déclaré œuvrer au rassemblement des gauches à Toulouse.

La France Insoumise suit le mouvement

Au-delà des péripéties du Parti Socialiste, le frère ennemi dirigé par Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, a également rejoint au cours de ces dernières heures l'initiative d'Archipel Citoyen. Réunis dans la soirée du jeudi 20 juin, les militants locaux du parti ont adopté une motion en ce sens. C'est ainsi la concrétisation d'une "possibilité" évoquée par l'eurodéputée insoumis Manuel Bompard.

"Il y a dans Archipel des forces associatives et citoyennes disponibles mais il faut aussi des partis politiques. Pas question pour autant de refaire la vieille union de la gauche. Avec les écologistes et les insoumis dans le processus, ça peut changer la donne", a déclaré dans la presse locale Jean-Christophe Sellin, conseiller régional LFI d'Occitanie.

D'ailleurs, ce rassemblement des gauches à Toulouse pourrait prendre une tout autre ampleur dans les semaines à venir. Le parti de Benoit Hamon, Génération-S, dont fait partie l'ancien maire de Toulouse Pierre Cohen, pourrait également rejoindre le processus d'Archipel Citoyen. Tout comme Place Publique. Si tel est le cas, les forces de gauche toulousaines pourraient transformer l'essai. Selon notre sondage exclusif BVA-La Tribune, la gauche pourra conquérir le Capitole uniquement si elle est unie.

Lire aussi : Municipales : LREM prête à soutenir Jean-Luc Moudenc à Toulouse ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :