Municipales 2020 : La France Insoumise ne souhaite "pas d'accord électoral"

 |   |  583  mots
Manuel Bompard veut s'adresser aux collectifs toulousains, avant les partis politiques.
Manuel Bompard veut s'adresser aux collectifs toulousains, avant les partis politiques. (Crédits : Clothilde Doumenc)
Alors que plusieurs forces de gauche à Toulouse tentent de converger autour du collectif Archipel Citoyen en vue des municipales, La France Insoumise n'entend pas faire comme les autres. Le parti de Jean-Luc Mélenchon se dit prêt à rejoindre l'initiative d'Archipel Citoyen, mais cependant il refuse tout accord électoral avec les autres forces de gauche.

Premier parti à Toulouse lors de l'élection présidentielle en 2017, La France Insoumise ne semble plus convaincre autant les Toulousains. Le parti fondé par Jean-Luc Mélenchon n'aillant comptabilisé que 9% des voix aux élections européennes dans la Ville rose. Un "résultat décevant, pas à la hauteur des attentes, selon le nouveau député européen Manuel Bompard.

Mais cette déception ne semble pas avoir atténué la motivation de ce dernier qui affirme que le mouvement "compte bien jouer un rôle dans les municipales" en s'appuyant sur une "construction citoyenne", tout en qualifiant le maire sortant Jean-Luc Moudenc de "maire du 20ème siècle". Il reproche au maire sortant sa gestion du dossier de l'eau et son bilan en matière d'écologie.

Lire aussi : Municipales : Jean-Luc Moudenc défend son bilan et attaque les écologistes

Rejet d'une alliance des forces de gauche

Toutefois, le mouvement ne pourra pas franchir les portes du Capitole en vainqueur en présentant une liste indépendante. Un sondage exclusif BVA-La Tribune publié le 17 mai montre qu'une liste La France Insoumise, menée par Manuel Bompard, n'obtiendrait que 10 % d'intention de votes. Conscient de cette situation, le mouvement mise sur une éventuelle alliance avec le milieu associatif toulousain.

"Il y a une possibilité de rejoindre le collectif Archipel Citoyen. Mais tout seul, il ne permettra pas de gagner la ville de Toulouse, il faut aussi des associations engagées comme Toulouse 2031. Cependant, nous n'avons aucune discussion avec les organisations politiques et il n'y aura pas d'accord électoral", affirme Manuel Bompard.

Pas d'accord avec les autres organisations politiques de gauche ? Pourtant, le collectif Archipel Citoyen s'est récemment associé avec le parti Europe Écologie-Les Verts et donc un éventuel rapprochement entre les trois entités ne semble pas être exclu.

"Notre objectif est d'abord de discuter avec les collectifs. En suite, sur la base de ces discussions là, les organisations politiques qui souhaitent s'inscrire dans une telle démarche seront bien évidemment les bienvenues", déclare le député.

L'avenir de la campagne de La France Insoumise semble donc encore flou. Mais selon le sondage BVA-La Tribune, les forces de gauche rassemblées (avec la France Insoumise) sont créditées à 45 % des intentions de vote au premier tour.

Lire aussi : Municipales 2020 : quel maire veulent les Toulousains ?

Réformer l'institution municipale

Bien que Manuel Bompard ne souhaite pas encore communiquer sur d'éventuels axes concernant le futur programme, ce dernier a quelques idées pour remodeler le fonctionnement actuel de la municipalité et ainsi "changer la manière de gouverner cette ville".

"Actuellement, quelles sont les démarches qui permettent aux citoyennes et aux citoyens d'avoir leur mot à dire sur le contenu politique des municipales ? Ils ne votent que tous les six ans et cela n'est plus possible. Si nous voulons avoir une ville gouvernée autrement, cela passe aussi par organiser par exemple à mi-mandat un certain nombre de votations citoyennes ou introduire un référendum d'initiative citoyenne locale ou encore, la possibilité de révoquer des élus à mi-mandat s'ils n'ont pas respecté leurs engagements", explique l'eurodéputé.

Par ailleurs, ce dernier compte bien exercer son mandat d'élu à Bruxelles "le plus longtemps possible" et ferme donc la porte à toute candidature pour conquérir la Ville rose. Néanmoins, à l'heure actuelle, le parti assure que trouver une tête de liste n'est pas sa priorité, privilégiant le projet avant tout... comme le Parti Socialiste.

Lire aussi : Municipales 2020 : le Parti Socialiste 31 continue de se fissurer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2019 à 15:55 :
Ce n'est pas la France insoumise mais à Toulouse
a écrit le 22/06/2019 à 15:51 :
Ce n'est pas la France insoumise mais à Toulouse
a écrit le 19/06/2019 à 9:56 :
Les "insoumis" étant financés par des gouvernements étrangers, leur but n'est pas d'aider les citoyens français.
a écrit le 17/06/2019 à 9:52 :
"L'avenir de la campagne de La France Insoumise semble donc encore flou."

C'est que c'est un sacré bosseur ce mélenchon, particulièrement efficace...

Pas facile de tout casser en faisant semblant d'être concerné, mais il a de la bouteille le pépé !
a écrit le 16/06/2019 à 10:24 :
Que peuvent espérer les forces de gauche à nouer des alliances avec les Insoumis dont l'objectif déclaré à toujours visé la destruction de la gauche avec un certain succès. Les Insoumis ne se situent en dehors de l'arc démocratique ce sont des populistes d'extrême gauche dont la capacité de nuisance n'a d'égale que celle de l'extrême droite.
Réponse de le 19/06/2019 à 10:44 :
Ah oui, c'est sûr que la gauche faisait d'excellents résultats avant ça, à moins que vous placiez le PS à gauche... et puis quitte à donner des leçons, faites des alliances entre vous déjà...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :