Le département de Haute-Garonne va tester son revenu de base de 500 euros sur 1.000 jeunes

Le conseil départemental de Haute-Garonne s'apprête à expérimenter un revenu de base de 500 euros par mois, pour 1.000 jeunes âgés de 18 à 24 ans, dès mars 2022. Contestant la contrepartie demandée aux bénéficiaires dans le contrat d'engagement jeune du gouvernement, la collectivité dirigée par les socialistes s'est associée avec une université pour étudier les effets de ce futur dispositif.

5 mn

Georges Méric, le président socialiste du conseil départemental de Haute-Garonne a dévoilé, mardi 14 décembre, les contours de l'expérimentation d'un revenu de base pour les jeunes.
Georges Méric, le président socialiste du conseil départemental de Haute-Garonne a dévoilé, mardi 14 décembre, les contours de l'expérimentation d'un revenu de base pour les jeunes. (Crédits : Rémi Benoit)

"Il y a urgence à agir", "il faut respecter la dignité des 18-24 ans", "nous sommes face à une détresse sociale de la jeunesse". Le président socialiste du conseil départemental de Haute-Garonne, Georges Méric, ne manque pas de formules pour justifier l'intérêt du revenu de base pour les jeunes qu'il veut expérimenter sur son département dès le début du mois de mars 2022.

C'est ainsi que les élus du conseil départemental, réunis en assemblée plénière mardi 14 décembre, ont approuvé la délibération plantant le cadre de cette future expérimentation. D'une durée de 18 mois, celle-ci va coûter neuf millions d'euros à la collectivité sur ses fonds propres. 1.000 jeunes de 18 à 24 ans - ainsi tirés au sort grâce à des bases de données internes - seront contactés pour être volontaires et ainsi bénéficier d'un revenu de base de 350 à 500 euros par mois, en fonction des revenus fiscaux de référence du foyer de résidence du jeune en question.

"En Haute-Garonne, nous avons 150.000 jeunes de 18 à 24 ans. Parmi eux, 37% ne recourent pas aux aides financières dont ils ont le droit. Versé automatiquement, ce revenu de base et d'existence peut être un complément qui permettra de répondre à tous les besoins primaires comme le logement, l'alimentation ou l'énergie", explique Arnaud Simion, le vice-président du conseil départemental de Haute-Garonne, en charge de l'action sociale de proximité.

Bien que tirés au sort, les volontaires devront être représentatifs de l'ensemble des situations existantes sur le territoire départemental, aussi bien au niveau géographique, financier que professionnel. Par ailleurs, la collectivité compte élaborer "un règlement" pour arrêter les derniers détails d'attribution d'ici début mars, mais aussi les conditions d'exclusion d'un jeune bénéficiaire qui ne jouerait pas le jeu de l'expérimentation...

Questionnaires et entretiens approfondis

Pour mener à bien celle-ci, le conseil départemental a engagé un travail depuis deux mois avec six chercheurs du laboratoire interdisciplinaire Solidarités, Sociétés et Territoires (LISST) de l'université Jean-Jaurès de Toulouse. C'est ainsi que les chercheurs ont conseillé Georges Méric et ses équipes d'expérimenter un revenu de base entre 350 et 500 euros par mois, alors qu'initialement la collectivité imaginait descendre jusqu'à 150 euros.

Georges Méric

Georges Méric et son vice-président Arnaud Simion ont présenté les derniers détails de leur future expérimentation d'un revenu de base pour les jeunes de 18 à 24 ans (Crédits : Rémi Benoit).

Par conséquent, dans le cadre de ce partenariat, il est demandé aux jeunes bénéficiaires d'être "accessibles" pour les chercheurs. "La seule contrepartie est que nous leur demanderons de jouer le jeu et de donner suite aux diverses sollicitations des chercheurs au cours de l'expérimentation", fait savoir Arnaud Simion. "Nous voulons vraiment étudier la chose et voir quelles conséquences ce dispositif a sur cette tranche d'âge, sans contrepartie attendue en retour pour en bénéficier", ajoute le président Georges Méric.

Dès lors, cette expérimentation fera l'objet d'un suivi en double aveugle. Concrètement, un groupe de 1.000 jeunes tirés au sort bénéficiera de ce revenu de base expérimental, tandis qu'un second groupe de 1.000 sera aussi tiré au sort mais n'en bénéficiera pas quant à lui.

"Pour suivre les jeunes au quotidien, nous avons appliqué une méthode mixte. Nous les interrogerons avant l'expérimentation, à mi-parcours, à la fin et certainement un peu de temps après pour suivre l'évolution. Il y aura une enquête sous forme de questionnaires, mais aussi avec des entretiens approfondis", détaille François Sicot, professeur des universités en sociologie et membre du laboratoire LISST.

Le préfet va-t-il bloquer l'expérimentation ?

Bien que très avancée et quasiment calée, cette expérimentation pourrait ne jamais voir le jour. Comme annoncé, le conseil départemental de Haute-Garonne passe en force dans ce dossier et agit en dehors de tout cadre légal, la collectivité n'ayant pas d'autonomie d'action sur ce sujet. Par conséquent, le préfet du département, Étienne Guyot pourrait faire annuler cette délibération dans les prochains jours.

Lire aussi 9 mnQuel est le vrai visage du préfet Étienne Guyot ?

"J'espère que le préfet aura un discernement d'utilité sociale et prendra ses responsabilités, ou il nous l'interdira et nous contesterons. Mais quoi qu'il se passe, nous respecterons la loi", promet Georges Méric, qui compte s'entretenir avec le préfet à ce sujet.

De plus, l'élu départemental (et socialiste) s'oppose sur ce sujet au gouvernement et son initiative de Contrat d'engagement jeune. Celui-ci consiste à bénéficier d'un revenu mensuel de 500 euros en l'échange de l'inscription à une formation, un parcours d'insertion, ou à la recherche active d'un emploi.

Lire aussi 3 mnPour les jeunes, Macron lance, non pas un revenu, mais un contrat d'engagement revu à la baisse

"Le revenu d'engagement présenté par le gouvernement est une annonce publicitaire. Il est annoncé pour mars 2022 et pourtant ce dispositif ne figure pas dans le budget 2022. Il est donc repoussé aux calendes grecques", peste le président du conseil départemental.

Par ailleurs, le département de Haute-Garonne n'a pas souhaité s'associer à l'initiative du conseil régional d'Occitanie et son revenu écologique jeune, qui demande lui aussi une contrepartie. Ce dernier, qui doit voir le jour en 2022 conditionne l'obtention d'une indemnité mensuelle en l'échange de l'inscription à une formation en vue d'exercer un métier vert.

Lire aussi 5 mnPouvoir d'achat : les contours du futur revenu écologique jeune de l'Occitanie

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 16/12/2021 à 9:09
Signaler
C'est ni fait ni à faire mais ça va répondre quand même un peu à la paupérisation générale imposée par notre dictature financière.

à écrit le 15/12/2021 à 13:25
Signaler
Qui serait assez vous pour declencher une revolution ? La seule chance que ca arrive c est si la france ne peut plus vivre a credit (comme en grece) et que l etat est obligé de serrer les boulons. Mais dans ce cas, c est pas suffisant: il faudra sur...

à écrit le 15/12/2021 à 11:26
Signaler
Trop cool ! Et après, le RSA. Même plus besoin d'attendre la retraite pour récolter le fruit d'une absence de travail.

le 15/12/2021 à 15:41
Signaler
... on parle de 500 euros par mois ! Sérieusement, vous arriveriez à vivre avec une telle aumône ! Il faut savoir qu'il y a 10 fois moins d'emplois vacant en France que de demandeurs d'emploi, que ces emplois ne trouvent pour la plupart pas de candi...

à écrit le 15/12/2021 à 10:38
Signaler
Pour l'état, c'est un moyen de museler la population : Un particulier, un professionnel qui reçoit une aide de l'état, sera moins enclin à critiquer celui-ci. L'état français se dirige de plus en plus vers un système communiste à la chinoise

le 15/12/2021 à 12:15
Signaler
Ce systeme va bientot disparaitre. Il suffira pour ce faire d'une decision emanant du prochain chef de l'etat. Ca va chauffer pour ceux qui sont habitues a ne rien faire et tout attendre des autres.

le 15/12/2021 à 14:49
Signaler
Sauf qu'en Chine si tu n'es pas retraité ou couvert pas une assurance maladie ou rentier et donc ne bosse pas bin t'as rien. On a un temps parler du revenu universel, le rmi/rsa en est un. Est-ce l'avenir ? Pourquoi pas.. l'on est passer du travail...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.