Réélu, Georges Méric prêt à passer en force sur le revenu universel pour les jeunes

Réélu à la tête du Conseil départemental de Haute-Garonne jeudi 1er juillet 2021, Georges Méric (PS) en a profité pour faire le point sur les mesures qui seront mises en place au cours des six prochaines années. Parmi elles, le revenu universel pour les 18-25 ans, actuellement expérimenté en Gironde. Il se dit prêt à contourner la loi pour l'instaurer dans son département.

6 mn

À l'occasion de sa réélection, le président du département de la Haute-Garonne Georges Méric a réaffirmé ses engagements de campagne.
À l'occasion de sa réélection, le président du département de la Haute-Garonne Georges Méric a réaffirmé ses engagements de campagne. (Crédits : Melvin Gardet)

"Nous avons la volonté politique de démarrer cette expérimentation très rapidement. Au vu de la situation actuelle de cette jeunesse, je m'autoriserai à un non-respect de l'autorisation. Je vais bien entendu essayer de l'obtenir, parce que je suis régaliste. Mais je pense que la situation actuelle exige cette expérimentation", a affirmé Georges Méric (PS) à l'issue de sa réélection au poste de président du Conseil départemental de Haute-Garonne, en parlant du revenu universel pour les 18-25 ans.

L'homme politique défend effectivement cette aide sociale depuis plusieurs années, sans qu'elle n'ait jamais pu se concrétiser pour des raisons principalement politique.

Lire aussi 4 mnPourquoi l'idée d'un revenu universel refait surface ?

Georges Méric défendra le revenu de base, coûte que coûte

La faute, selon lui, à "la droite", qui bloquerait le projet de loi permettant l'expérimentation territoriale depuis 2018 car considérant la mesure comme étant de l'assistanat. La commission des Affaires Sociales de l'Assemblée nationale avait effectivement rejeté ce projet législatif en janvier 2019.

Agacé par cette situation, le président du département de Haute-Garonne n'a pas exclu un passage en force de la mesure, si les concertations avec le gouvernement, l'Assemblée nationale, voire le Sénat ne donnent rien. Car selon lui, le temps presse.

"Si vous avez entre 18 et 26 ans et que vous êtes seul en ville, vous n'avez aucune ressource. Nous avons bien vu que les étudiants ont perdus leurs jobs pendant la crise, et donc il nous faut trouver des solutions. Pour égaliser les chances et avoir un esprit d'inclusion républicaine, nous pensons expérimenter le revenu de base sur 2.000 jeunes, pendant 3 ans. À l'issue de l'expérimentation, nous ferons le point. Si c'est positif, nous l'élargirons, si c'est négatif, nous l'abandonnerons", a fait savoir Georges Méric.

Ce revenu universel, mensuel et automatique, pourrait être mis en place dès 2022, le temps pour les élus départementaux de préparer sa mise en œuvre. Si les conditions de sélection des 2.000 jeunes "tests" ne sont pas encore connues, Georges Méric a en revanche affirmé que son projet de revenu automatique serait "un plus" aux subventions déjà proposées, et non "un regroupement d'aides existantes, comme c'est le cas actuellement en Gironde par exemple." Pour ce qui est du montant de la subvention, il serait proche de l'actuel RSA.

Des propos qui ont été tenus à l'issue d'une réélection qui s'est déroulée sans grande surprise, ce 1er juillet 2021. Sur les 54 votants de l'assemblée, correspondants aux 27 binômes de représentants départementaux récemment élus, 48 ont voté pour Georges Méric, et 6 ont voté blanc.

Lire aussi 7 mnÀ mi-mandat, Georges Méric estime avoir "largement modernisé le Département"

Un projet politique articulé autour de quatre grands axes

À cette occasion, le président a également fait savoir que le projet Haute-Garonne Numérique, qui permet le raccordement à la fibre de milliers de haut-garonnais, devrait prendre fin d'ici à 2022.

Lire aussi 6 mnDéploiement de la fibre en Haute-Garonne : une croissance haut-débit pour l'entreprise MCGR

L'homme de gauche, qui a été élu dans le canton d'Escalquens avec 65,64% des voies, a également re-présenté son programme pour le mandat à venir, dont le travail commencera sans attendre. "Nous sommes prêts !", a affirmé l'élu à plusieurs reprises.

Des mesures intégrées à un programme articulé autour de quatre grands axes :

  • Proximité : territorialisation des maisons de solidarité, création de 40 maisons départementales de proximité, amélioration de l'accès aux soins de proximité, bourse d'étude pour les étudiants en médecine qui s'engageront à exercer cinq ans en Haute-Garonne, etc.
  • Écologie : développement des mobilités durables (comme le réseau express vélo), création de 2.000 places de covoiturage, investissements dans les énergies propres, protection des espaces naturels, développement d'un tourisme durable, etc.
  • Solidarité : aide aux plus précaires, défense de l'impôt local, soutien aux association d'aide alimentaire et d'aide à l'insertion, expérimentation d'un revenu de base pour les jeunes de 18 à 25 ans, maintien des transports scolaires gratuits et de la télé-assistance gratuite pour les seniors, etc.
  • Citoyenneté : création d'une assemblée citoyenne d'étude et de propositions, instauration d'un droit d'interpellation en séance publique du conseil départemental, renforcement du parcours laïque et citoyen (étendu aux élèves de CM1 et CM2 dès la rentrée 2021), création d'un conseil départemental de la laïcité et des valeurs de la république, création d'une maison de la laïcité, construction de 22 collèges d'ici 2027, etc.

À la tête du département depuis 2015, l'élu originaire de Nailloux a rappelé le contexte dans lequel il a construit son programme, et les objectifs de la Haute-Garonne pour les années à venir.

"Notre société traverse de multiples crises et dangers : une crise sanitaire, une crise économique et une crise environnementale. [...] Une autre société est à naître. Nous la pensons solidaire, éco-responsable, émancipatrice, participative et citoyenne. Notre programme répond à la complexité des défis sociétaux qui sont devant nous. Nous entendons mettre l'humain au coeur du projet pour faire société ensembles", a affirmé le président du Conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric (PS), devant la nouvelle assemblée, pour introduire sa réélection.

Lire aussi 4 mnBTP : "Faire ce qui est prévu sera déjà bien" lâche G. Méric

Une commission permanente de 42 élus dont 15 vice-présidents

L'assemblée du Conseil départemental a également approuvé sa Commission permanente, entièrement renouvelée pour les six prochaines années, qui est composée du Président et de 42 élus (dont 15 vice-présidents).

Vice-Présidents : Vincini Sébastien, Vezat-Baronia Maryse, Gibert Vincent, Croquette Martine, Simion Arnaud, Malric Line, Fabre Jean-Michel, Hardy Isabelle, Bagneris Bernard, Floureusses Sandrine, Gabrieli Alain, Vieu Annie, Rival Patrice, Boyer Anne, LLorca Jean-Louis, Hebrard Gilbert.

Autres membres : Geil-Gomez Sabine, Leclerc Marie-Claude, Denouvion Victor, Poumirol Emilienne, Gojard Loïc, Baylac Sandrine, Boureau Pascal, Artigues Roselyne, Suaud Thierry, Masella Lauriane, Taravella Aurélien, El Kouacheri Zohra, Klotz Julien, Courade Christine, Fouchier Dominique, Farcy Marie-Claude, Cujives Didier, Lumeau-Preceptis Aude, Bouteloup Jérôme, Saint-Aubain Anaïs, Lubac Christophe Honvault Caroline, Laffont Didier, Lamant Sophie, Dumoulin Jean-Marc, Laurenties Céline.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.