Gestion de l’eau : comment font les autres métropoles ?

 |   |  1688  mots
Les élus de la Métropole devraient trancher pour un mode gestion de l'eau public ou privé le 13 décembre prochain.
Les élus de la Métropole devraient trancher pour un mode gestion de l'eau public ou privé le 13 décembre prochain. (Crédits : Flickr/Cha già José)
Régie publique ou délégation de service public ? Toulouse Métropole doit décider, avant la fin d’année, de son futur mode de gestion de l’eau et de l’assainissement pour ses 37 communes. Quelle gouvernance de l’eau est la plus pertinente entre publique ou privée ? Hervé Paul, président de la commission eau, assainissement et énergie de la Métropole Nice Côte d’Azur ainsi que du conseil d’administration de la régie Eau Azur et Tristan Mathieu, délégué de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E) ont venté les mérites des entreprises qu’ils représentent lors d’un débat organisé par le Codev (instance d'expression citoyenne de Toulouse Métropole).

Jusqu'ici, en terme d'eau et d'assainissement, chaque commune de la métropole pouvait sélectionner le mode de gestion qui lui convenait le mieux. Sur le territoire de Toulouse Métropole il y près de 14 différents choix de gestion. Par exemple, Brax, Tournefeuille, Pibrac, ou encore Colomiers disposent d'une régie publique tandis que d'autres font appel à des entreprises privées pour une délégation de service public (DSP) comme Toulouse avec Veolia et Balma avec Suez.

Cependant, la gestion de l'eau et son assainissement sont dorénavant des compétences métropolitaines qui doivent être gérées de façon unique dès 2020 pour l'ensemble des 37 communes du territoire métropolitain. Les élus devront ainsi trancher, mi-décembre prochain, entre un gestionnaire privé ou public. Ce nouveau mode de fonctionnement unique fera, entre autres, baisser les prix dans plusieurs communes et augmenter dans d'autres. Aujourd'hui, il existe une quinzaine de grilles avec des prix de l'eau et de l'assainissement qui vont de 3,13 euros à 4,75 euros TTC/m3, dont 3,73 euros TTC/m3 à Toulouse, d'après les chiffres relevés par le Codev. La décision pourrait également avoir des conséquences sur le niveau...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :