"Les mécanismes financiers et fiscaux sont méconnus en France"

 |   |  554  mots
La Banque de France s'associe aux rectorats, pour former les élèves à la culture financière.
La Banque de France s'associe aux rectorats, pour former les élèves à la culture financière. (Crédits : Reuters)
La Banque de France Occitanie vient de signer une convention de partenariat avec les académies de Toulouse et Montpellier. L'objectif est de mieux éduquer les élèves sur les mécanismes financiers, fiscaux et économiques qui les concernent. Ainsi, cette nouvelle convention doit permettre le renforcement d'un dispositif déjà existant sur les deux anciennes Régions.

Une étude réalisée par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) et publiée en 2014, Pisa, a démontré que les jeunes Français de 15 ans ont une culture financière inférieure par rapport à bien d'autres pays européens. Ainsi, un peu plus du quart des élèves français atteignent les niveaux de compétence les plus élevés du questionnaire contre une proportion d'environ 32 % pour les pays de l'OCDE. Pour tenter d'y remédier, la Banque de France Occitanie vient de signer une convention de partenariat commune avec les deux académies de la région Occitanie, à savoir Toulouse et Montpellier.

"Les mécanismes financiers et fiscaux sont méconnus. Une telle situation apparaît comme un vrai handicap pour nos concitoyens. Il est donc nécessaire de proposer une éducation financière au sein de nos écoles, collèges, lycées et universités. C'est un savoir transversale", estime la rectrice de l'académie de Montpellier, Béatrice Gille.

En réalité, une telle convention existait déjà entre les trois parties. Tout d'abord, le rectorat de Toulouse avait signé une convention similaire en avril 2015, et celui de Montpellier en janvier 2017.

"Cette nouvelle convention, commune avec les deux rectorats, est un consolidation, un renforcement et une harmonisation des dispositifs déjà existants dans nos deux territoires", ajoute Anne Bisagni-Faure, son homologue de Toulouse.

Un musée de l'économie bientôt ouvert

Dans les faits, comment cela se conjugue ? Tout d'abord, des référents départementaux, désignés par la Banque de France, réalisent des interventions et des informations auprès des enseignants lors de conférences sur des thématiques économiques, ou lors de journées de formation de professeurs de tout type d'établissements (primaire, collège, lycée ou université) et de différentes matières enseignées (SES, mathématiques, histoire-géographie). Ainsi, près de 1 200 professeurs de la région ont déjà bénéficié d'un tel accompagnement en trois ans.

"La Banque de France partage les données et études qu'elle produit lors de ces interventions, avant de transmettre aussi les documents aux bénéficiaires de ces formations. Ensuite, les professeurs ont pour rôle de transmettre ce savoir économique à leurs élèves", explique Maxime Maury, directeur régional Occitanie de la Banque de France.

Du côté des élèves (dont environ 6 000 ont profité du dispositif depuis son lancement), les référents départementaux organisent également des interventions en classe de lycées sur les thématiques inscrites au programme de l'année. Pour approfondir leurs connaissances, élèves comme enseignants peuvent se rendre sur le site internet de Citeco, un site regroupant divers ressources pédagogiques autour de notions économiques.

Mais surtout, Citeco est le nom de la future Cité de l'économie qui va prochainement ouvrir à Paris et qui sera gérée par la Banque de France. Ce lieu proposera au grand public de partir à la découverte de l'économie et d'aborder les questions rencontrées dans la vie quotidienne, ou celles permettant un décryptage de l'actualité. Cet espace s'adressera notamment aux enseignants et à leurs élèves, venant illustrer les notions et analyses vues en cours.

Lire aussi : À quand la fusion des rectorats de Toulouse et Montpellier ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :