Le loto au secours du patrimoine, dans l'Occitanie et en France

 |   |  671  mots
Les platanes du Canal du Midi font partie de la liste des sites retenus pour bénéficier des retombées économiques de Mission Patrimoine.
Les platanes du Canal du Midi font partie de la liste des sites retenus pour bénéficier des retombées économiques de "Mission Patrimoine".
La Française des Jeux lance le loto du patrimoine lundi 3 septembre. Voulu par le gouvernement actuel et piloté par l’animateur de télévision Stéphane Bern, ce jeu doit permettre de collecter entre 15 et 20 millions d’euros pour financer la rénovation de 269 monuments en France, dont 16 sont situés dans la région Occitanie.

À deux semaines des Journées du patrimoine, la Française des jeux (FDJ) lance le loto du patrimoine. Crée à l'initiative du gouvernement et conduis par l'animateur de télévision du service public Stéphane Bern, l'idée est de mobiliser la population autour d'un jeu pour financer la rénovation du patrimoine. L'opération avait été annoncée en fin d'année 2017 par la ministre de la Culture Françoise Nyssen.

Dans le détail, deux jeux sont mis à disposition dans les 30 800 points de vente de la FDJ. Il y a d'abord "Mission patrimoine", un Super loto dont le tirage est prévu vendredi 14 septembre, à la veille des Journées du patrimoine. Les grilles sont vendues au prix de trois euros et permettront de gagner jusqu'à 13 millions d'euros.

Un jeu de grattage "Mission patrimoine" est également lancé. Douze millions de tickets sont mis en vente à 15 euros l'unité pendant quatre à six mois. Ce prix en fait le jeu le plus cher de la loterie française. Un prix de vente justifié par un jackpot élevé : 1,5 million d'euros. Il s'explique aussi par un des meilleurs taux de retour aux joueurs. 72% des mises sont ainsi redistribuées à travers des gains.

15 à 20 millions d'euros espérés

En tout, ce sont 25% du prix d'une grille de loto et 10% de celui d'un ticket de grattage qui seront réservés à la rénovation de monuments historiques.

"15 à 20 millions d'euros provenant des prélèvements publics sur les mises des jeux "Mission Patrimoine" seront affectés à un fonds spécifique de la Fondation du patrimoine. (...) Cette somme servira à la sauvegarde de 269 projets partout en France, en particulier 18 monuments dits emblématiques", explique la FDJ dans un communiqué.

De son côté, le ministère de la Culture précise que "ce fonds servira à la réhabilitation du patrimoine en péril, protégé ou non au titre des monuments historiques, identifié notamment dans le cadre de la mission confiée par le président de la République à Stéphane Bern". En septembre dernier, l'animateur s'était vu confié par Emmanuel Macron une mission pour recenser les monuments historiques en danger dans toute la France et quels modes de financement pouvaient être activés pour les sauver.

Les platanes du Canal du Midi vont en bénéficier

Sur la liste de 269 sites retenus pour bénéficier des fonds, 16 se trouvent en Occitanie. Parmi eux, se trouve l'Hôtel de Polignac à Condom (32), jugé comme prioritaire pour recevoir des financements. Sans surprise, les platanes du Canal du Midi font également partie de cette liste, tout comme le temple protestant de Gallargues-le-Montueux (30).

Lire aussi : Les arbres du Canal du Midi touchés par une nouvelle maladie

Malgré le fort engouement autour de cette initiative, Stéphane Bern reste sur ses gardes notamment vis à vis des choix politiques du gouvernement. Dans un entretien publié samedi 1er septembre notamment dans Le Dauphiné Libéré et Le Progrès, l'animateur a exprimé sa frustration :

"J'entends qu'on est prêt à mobiliser 450 millions d'euros pour rénover le Grand Palais à Paris. Et pendant ce temps, on me laisse me décarcasser pour trouver 20 millions d'euros pour le patrimoine vernaculaire des petits villages. (...) Si tout cela n'est qu'un effet d'annonce, je partirai. Je ne veux pas être un cache-misère".

Il attend la fin d'année pour faire un bilan de l'opération avant de prendre une décision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2018 à 23:58 :
La sauvegarde du patrimoine permet de sauver des bâtiments, mais encore des savoir faire. Les mêmes artisans peuvent encore se lancer dans quelques créations en plus.
On a des possibilités à l'export.
Les personnes qui travaillent pendant, et après (guides, hôtels), paient des impôts.
a écrit le 04/09/2018 à 8:44 :
ALors que si l'Etat subventionné à 80ù la rénovation et 20% le neuf au lieu de l'inverse cela permettrait non seulement d'entretenir notre patrimoine mais en plus les activités économiques locales via les artisans et commerçants.

Mais c'est là qu'est le problème, cela ne profiterait qu'aux pauvres et moyens tandis qu'en subventionnant le neuf on subventionne, une fois de plus, les actionnaires milliardaires au détriment de l'économie réelle encore et toujours.

Vite un frexit.
a écrit le 04/09/2018 à 8:44 :
les GENS ont marre de toutes Participations il y a trop ,abondance nuie????
a écrit le 04/09/2018 à 8:05 :
15 €......... sans moi !
Avec ce que m'a VOLE Macron , j'en aurais certainement acheté plus d'un mais là NON !
a écrit le 04/09/2018 à 3:57 :
Que represente la somme de 20 millions quand on voit le chantier national. Tout se casse la geule dans les campagnes faute d'entretien. Bern a l'instar de hulot n'est qu'un faire valoir pour le monarque, il n'y a que lui a ne pas l'avoir remarque.
a écrit le 04/09/2018 à 2:07 :
Donc 25 % d'une grille de loto et 10% d'un ticket de grattage iront au patrimoine ? C'est bien peu...et quasiment marginal. C'est un peu comme dans les Tontons flingueurs : il y a les frais, Monsieur Fernand...
a écrit le 03/09/2018 à 21:42 :
Je suis retraités et aprés la baisse de ma pension (csg + 1,7% d'augmentation et 0,3% d'augmentation jusqu'en 2020 alors que l'inflation repart à la hausse) M Macron comprendra aisément que les monuments historiques peuvent bien tous tomber en ruine, je ne bougerai pas le petit doigt!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :