À Toulouse, les prix de l'immobilier neuf ne cessent de croître

Dans la Ville rose, comme sur l'aire urbaine, les prix au m2 dans l'immobilier neuf poursuivent leur tendance à la hausse. C'est en tout cas l'information à retenir de l'étude dévoilée, vendredi 12 février, par l'Observer, instance qui réunit les promoteurs. En cause ? Une délivrance des permis de construire qui diminue de la part des communes et pour ne rien arranger, une nouvelle réglementation environnementale pourrait avoir prochainement une répercussion sur les prix. Analyse.

4 mn

Dans la Ville rose, l'immobilier neuf ne cesse de voir son prix augmenter.
Dans la Ville rose, l'immobilier neuf ne cesse de voir son prix augmenter. (Crédits : ON / Rémi Benoit)

"L'immobilier est une valeur refuge en ces temps de crise", ne manque pas de rappeler Jean-Philippe Jarno, le directeur général d'Urbis Réalisations, pour ceux qui souhaitent investir. Encore faut-il que cette possibilité reste accessible et c'est là le problème. Sur l'aire urbaine toulousaine, qui englobe 453 communes et qui permet d'observer la dynamique sur un bassin de vie, les prix des logements neufs sont à la hausse en 2020.

Le prix du m2 moyen atteint les 3.920 euros en 2020 et même 4.150 euros avec un parking, selon des chiffres dévoilés vendredi 12 février par l'Observer de l'immobilier toulousain qui regroupe tous les constructeurs de tous types de logements. Cela représente une hausse des prix de +1% en comparaison aux tarifs de 2019 et... +7% par rapport à 2018.

Immobilier

Le document produit par l'Observer atteste d'une hausse continue des prix de l'immobilier neuf, sur l'aire urbaine de Toulouse, depuis 2016.

Dans la ville centre, qui dénombre près de 470.000 habitants, le phénomène est identique voire plus important. Toujours selon l'Observer, les prix à Toulouse dépasse aisément les 4.000 euros du m2. En 2020, le m2 hors stationnement moyen atteint les 4.170 euros contre 4.400 euros avec parking. Ce qui représente là aussi une hausse de +3% par rapport à 2019 et +9% face aux tarifs de 2018. "Et dans l'ancien c'est encore plus important", fait savoir Jean-Philippe Jarno, aussi président de l'Observer. Selon la chambre des notaires de Toulouse, le prix au mètre carré des appartements anciens a grimpé de +9,5% en moyenne, l'année passée.

immobilier

La courbe des prix de l'immobilier neuf a une tendance beaucoup prononcée à la hausse quand il s'agit de la ville centre, Toulouse, selon ce document de l'Observer.

Une pénurie de l'offre principalement en hausse

Pour 2021, cette tendance devrait se poursuivre selon les professionnels du secteur. "Il est impossible que les prix baissent", assure même Jean-Philippe Jarno. En cause ? Tout d'abord, une nouvelle réglementation énergétique, dite "RE2020", qui devrait entrer en vigueur en juillet 2021 au plus tôt, ou 2022 au plus tard. Selon les promoteurs d'Occitanie, elle pourrait avoir pour une conséquence une hausse des coûts de construction "d'au moins 10%", selon Pierre Aoun, le directeur général de LP Promotion, et donc se répercuter sur le prix de vente final. Deuxièmement, cette hausse des prix s'explique par une forte tension sur le marché de l'immobilier neuf toulousain.

Lire aussi : Immobilier et environnement : une RE2020 qui interroge les promoteurs en Occitanie

"Depuis début 2018, nous disons la même chose. Nous avons observé une nette diminution des mises en vente avec des indicateurs qui se dégradent depuis 2017. Aujourd'hui, les chiffres en la matière sont alarmants et cela va avoir des incidences à court terme sur l'écosystème. De plus, si l'offre s'effondre encore, les prix vont grimper en flèche", point du doigt Jean-Philippe Jarnot.

immobilier

Le nombre des mises en vente, directement liées aux délivrances de permis de construire par les communes, recule sur l'aire urbaine de Toulouse, selon l'Observer. Dans le même temps, la demande se maintient, ce qui entraîne cette tension sur le marché.

immobilier

À Toulouse, les mises en vente connaissent une tendance similaire à son aire urbaine.

Dans les faits, 4.313 logements neufs ont été mis sur le marché en 2020, dont 2.151 à Toulouse. Ce qui représente une chute de près de -40% l'année passée, rien d'étonnant dans une année électorale animée par les élections municipales, mais cette baisse est observée depuis trois ans désormais. "Pour l'année 2021, nous ne voyons pas d'amélioration à ce niveau. Si le maire de Toulouse est à notre écoute et comprend notre situation, d'autres maires de la métropole ne veulent pas délivrer des permis de construire qui pourraient déranger les riverains", s'inquiète Stéphane Aubay, le président de la FPI d'Occitanie. Pour mémoire, les 37 communes membres de Toulouse Métropole ont signé en 2019 un PLUi-H, engageant les communes à un taux de construction déterminé, de manière à répartir l'effort à 50% sur la ville centre et 50% dans les 36 autres communes.

Lire aussi : Toulouse : l'urbanisme désormais "modéré" à l'échelle métropolitaine

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.