Immobilier : comment Toulouse fait sa mue (1/7)

 |   |  1502  mots
Pour répondre à l’accroissement démographique, Toulouse doit accueillir chaque année 3 500 logements neufs et 3 500 autres dans son agglomération.
Pour répondre à l’accroissement démographique, Toulouse doit accueillir chaque année 3 500 logements neufs et 3 500 autres dans son agglomération. (Crédits : Rémi Benoit)
Autrefois ville pavillonnaire, Toulouse est en train de se transformer pour s’adapter à des évolutions majeures. Croissance démographique et économique obligent notamment la Ville rose à changer de visage en se lançant dans des projets d’aménagement du territoire de grande envergure.

L'aire urbaine de Toulouse n'est autre que la zone géographique qui attire chaque année le plus de nouveaux arrivants en France. Ce périmètre, qui regroupe la ville de Toulouse, sa banlieue et la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2018 à 10:18 :
Cet article clair et lisible pose bien les enjeux . Toulouse ville attractive. Quelques sujets majeurs sont posés :

Densité : elle est mal acceptée et la population s'intéresse plus à son confort individuel qu'à l'intérêt général. La concertation et la pédagogie sont plus que jamais nécessaires et tout est à inventer sur ce sujet. L'urbanisme de projet est une piste.

Transports circulation : nous n'allons pas assez vite pour répondre aux besoins . La volonté de developer les modes doux est affichée mais les moyens et décisions sont lents. Exemple: pas assez de parkings aux départs des lignes de métro pour laisser les véhicules; pas de possibilité de traverser la ville en vélo en sécurité, pas assez de stationnements deux roues et moto scooters dans le centre qui sont donc sur les trottoirs. Et plus de pietonnisation qui est appréciée des toulousains.

Certaines mesures ne nécessitent pas de gros investissements.

Bref un grand chantier .
Des réalisations et des projets certes mais la politique est trop présente dans les débats .
Cette ville mérite une grande ambition partagée. *
( je ne suis candidat à rien mais j'aime cette ville ).
a écrit le 06/10/2018 à 10:18 :
Cet article clair et lisible pose bien les enjeux . Toulouse ville attractive. Quelques sujets majeurs sont posés :

Densité : elle est mal acceptée et la population s'intéresse plus à son confort individuel qu'à l'intérêt général. La concertation et la pédagogie sont plus que jamais nécessaires et tout est à inventer sur ce sujet. L'urbanisme de projet est une piste.

Transports circulation : nous n'allons pas assez vite pour répondre aux besoins . La volonté de developer les modes doux est affichée mais les moyens et décisions sont lents. Exemple: pas assez de parkings aux départs des lignes de métro pour laisser les véhicules; pas de possibilité de traverser la ville en vélo en sécurité, pas assez de stationnements deux roues et moto scooters dans le centre qui sont donc sur les trottoirs. Et plus de pietonnisation qui est appréciée des toulousains.

Certaines mesures ne nécessitent pas de gros investissements.

Bref un grand chantier .
Des réalisations et des projets certes mais la politique est trop présente dans les débats .
Cette ville mérite une grande ambition partagée. *
( je ne suis candidat à rien mais j'aime cette ville ).
a écrit le 05/10/2018 à 21:43 :
Bien triste "mue" que celle de Toulouse. Toulousains de longue date, mes voisins et nous, ne nous reconnaissons plus dans cette ville.
Des immeubles insipides remplacent chaque jour des toulousaines et mangent chaque mètre carré d'espace vert.
Toulouse perd son âme. D'une ville où il faisait bon vivre, elle devient progressivement un alignement d'immeubles impersonnels et toujours plus serrés.
Dans quelques années on regrettera sans doute ce gâchis qui rappelle les lourdes erreurs d'urbanisme des années 60.
Réponse de le 06/10/2018 à 9:20 :
Entièrement d'accord avec votre constat.

La ville se développe, en termes de logement, très rapidement. Partout où il est possible de construire, on bâtit des immeubles ou autre : la future tour Matabiau par exemple, combien de Toulousains auraient voté pour un tel projet ?

Et si un bilan écologique devait être fait, je ne pense pas qu'il serait très bon : béton de partout, peu de parcs (et quand il y en a, ils ne sont pas à l'abri de voir apparaître une bretelle du périphérique comme pour le futur accès à la cité de l'espace), pollution croissante avec le trafic et l'activité, etc.

A côté de cela, les infrastructures ne suivent pas. Par exemple considérons le cas des transports en commun : la ligne B du métro existe depuis 2007, la ligne C devrait arriver en 2025 ! Il faudrait peut-être déjà penser à la ligne D si on veut qu'elle arrive avant 2045. Je sais que les lignes A et B vont augmenter leur capacité et le tram est là aussi, mais les infrastructures sont toujours bien en retard sur le développement démographique de la ville. Cela entraîne, entre autre, des gros problèmes de trafic chaque jour.

J'attends de voir comment la ville va évoluer, mais j'ai bien peur qu'on se retrouve de plus en plus avec les mêmes problèmes que Paris : bruit, pollution, embouteillage, sécurité dans certains quartiers, etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :