Grosse manifestation des taxis à Toulouse pour la suppression d'"Uber Pop"

 |   |  284  mots
Les taxis toulousains ont déjà manifesté contre Uber Pop le 26 mars 2015
Les taxis toulousains ont déjà manifesté contre Uber Pop le 26 mars 2015 (Crédits : Rémi Benoit)
Ce jeudi 25 juin, plus de 800 taxis venus de tous les départements de Midi-Pyrénées se rendront à Toulouse pour manifester contre l'application smartphone "Uber Pop", qualifiée de "concurrence déloyale".

C'est une grève illimitée qu'entament jeudi 25 juin les chauffeurs de taxis de Midi-Pyrénées. Plus de 800 véhicules devraient mailler Toulouse dès le matin pour "paralyser" la gare Matabiau et l'aéroport Toulouse-Blagnac.

"La dernière manifestation de cette ampleur remonte à 2008 quand nous avons manifesté contre le rapport Attali", se souvient Didier Gouzot, président du Syndicat des Artisans Taxis 31.

"Uber Pop, de la concurrence déloyale"

Les taxis réclament que le gouvernement fasse supprimer l'application smartphone Uber Pop, qui permet à des particuliers de transporter des passagers.

"C'est de la concurrence déloyale, affirme Didier Gouzot. Nous n'avons pas de problème avec les VTC (Véhicules de tourisme avec chauffeur, NDLR), mais Uber Pop, ce n'est pas pareil, ce ne sont pas des professionnels."

Cette manifestation intervient alors que la guerre entre les taxis et Uber Pop a pris un tournant dangereux : à Lyon, ce week-end, un passager d'Uber Pop se serait fait passer à tabac par des chauffeurs de taxi. Dans le Rhône, le préfet a pourtant interdit Uber Pop la semaine dernière.

"Il faut que tout cela cesse, ça dégénère complètement", s'inquiète le président du Syndicat des Artisans Taxis 31.

La mauvaise réputation ?

Alors que les taxis pâtissent parfois d'une mauvaise réputation (pas de CB, tarifs élevés, peu de services), Didier Gouzot reconnaît qu'"il faut que la profession s'adapte et propose plus de services. La carte bleue sera bientôt obligatoire et c'est une bonne chose. Les véhicules doivent être entretenus et les chauffeurs propres sur eux. Les VTC se sont engouffrés dans cette brèche et les taxis doivent réagir."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2015 à 9:49 :
Récemment, ma compagne à Paris prend le taxi avec une amie qui elle connaissait Paris... et heureusement: ce cher taxi avait l'intention, vu leur accent de "provinciales" de leur faire prendre l'itinéraire touristique!!! Il a repris la bonne direction lorsque l'amie en question lui a vivement demandé de prendre le chemin le plus direct!
Moi même, toujours à Paris, sur les quelques courses en taxi que j'ai pris: voitures puant la clope (et encore, lorsque le chauffeur ne fume pas pendant la course), limite à se faire engueuler lorsque l'on donne une adresse mais qu'on ne sait pas dans quel quartier cela se situe (obligé de rentrer l'adresse dans son gps, quel dérangement!).
Je ne prend jamais le taxis à Toulouse: ils sont hors de prix et refusent des courses (comme des courses à Blagnac depuis l'aéroport par exemple). Leur mauvaise réputation est amplement méritée et leur mauvaise qualité de service les a mené là sans qu'il fasse quoi que soit, maintenant qu'il y a une alternative pour ceux qui ne sont pas client de leurs "services", il décident d'emmer...er tout le monde!!!!
a écrit le 24/06/2015 à 0:18 :
Les taxis toulousains sont hors de prix ... C'est honteux. A Paris je prenais le taxi sans arrêt, à Toulouse tu paies le double au moins pour un trajet similaire. Pas étonnant qu'ils défendent leurs pré vert. Mais il ne tiendra pas longtemps tellement ils enfument les gens. Le marché va réguler ces abus.
a écrit le 23/06/2015 à 15:16 :
il y a une semaine a paris pas assez d argent liquide pour payer la taxi refus de cheque de carte bleu on ma déposé devant un distibuteur pou payer ma course chapeau pour du noir
Réponse de le 23/06/2015 à 20:48 :
Je ne comprends pas que des personnes en France, je ne parle pas des touristes qui se font pigeonner, ne demandent pas à leurs amis ou famille pour les conduire où ils ont besoin d'aller. La solidarité, en temps de crise, est quelque chose d'important.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :