Cité de l'Espace : "franchir le cap des 400.000 visiteurs dès 2022" (Jean-Baptiste Desbois, DG)

Le second site culturel le plus visité à Toulouse célèbre actuellement son 25ème anniversaire. Pour l'occasion, son directeur général, Jean-Baptiste Desbois dresse dans les colonnes de La Tribune les prochains objectifs de la Cité de l'Espace. L'expérience immersive et sensorielle autour de la Lune, disponible dès 2023, pourrait créer un boom de fréquentation. Entretien.
La Cité de l'Espace est le second lieu culturel le plus visité à Toulouse.
La Cité de l'Espace est le second lieu culturel le plus visité à Toulouse. (Crédits : Rémi Benoît)

La Tribune - La Cité de l'Espace, installée à Toulouse, fête actuellement son 25 ème anniversaire. Ce site culturel qui s'étend sur cinq hectares en est-il à son apogée ou n'est-ce-que le début d'une grande aventure ?

Jean-Baptiste Desbois - La Cité de l'Espace est en plein développement et connaît un beau développement ! De belles choses sont encore à venir. Ses 25 ans ne sont qu'une étape.

Il est vrai que sa fréquentation est en plein boom sur ces dernières années, si nous mettons entre parenthèse la crise sanitaire. C'est le second site touristique de Toulouse le plus visité, devancé par la basilique Saint-Sernin. Comment expliquez-vous cet amour croissant du public ?

La période de la crise sanitaire n'a pas été simple et nous nous sommes serrés les coudes pour la surmonter. Malgré tout, sur l'année 2021, qui a été tronquée par quatre mois de fermeture administrative pour raisons sanitaires, nous avons accueilli 275.000 visiteurs. C'est une très belle surprise. Sur les derniers mois de l'année, nous sommes revenus à des niveaux de fréquentation de 2019. Nous restons le plus grand site d'Europe sur cette thématique et nous sommes dans le top 5 mondial.

Pour arriver à ces résultats, depuis que je suis arrivé à la Cité de l'Espace il y a onze ans, nous avons mis en place trois axes de développement. Tout d'abord, notre farouche volonté est d'être au plus proche de l'actualité du spatial dans notre offre et célébrer ainsi les grands moments du spatial. Ensuite, il y a pour nous l'objectif d'aller chercher et stimuler la curiosité de chacun. Oui le spatial c'est de la science et de la géopolitique, mais c'est aussi de l'histoire, du patrimoine et de la culture. Tout le monde peut être intéressé à venir nous voir. Enfin, notre ambition est de faire le lien entre un contenu, qui peut paraître parfois compliqué, et le grand public. Cela passe par de la vulgarisation et de la médiation. La Cité de l'Espace est fondamentalement un lieu de vulgarisation du spatial et de la science.

thomas-pesquet-cite-espace-2

Au début du mois de juin, l'astronaute français Thomas Pesquet est venu partager au grand public son expérience suite à ses deux voyages à bord de la station spatiale internationale (Crédits : Rémi Benoit).

Quels sont les procédés à votre disposition pour rendre le savoir du spatial accessible au plus grand nombre ?

Selon les expositions et les sujets, nous utilisons l'immersivité ou encore l'interactivité. Par exemple, avec une activité interactive d'une trentaine de minutes, nous expliquons actuellement à nos visiteurs comment sont recrutés les futurs astronautes grâce à un partenariat avec l'Agence spatiale européenne (ESA). Actuellement, l'agence est en pleine campagne de recrutement pour ses futurs astronautes. Nous utilisons aussi la contemplation à travers la salle Imax ou encore le Planétarium, sans oublier la coupole astronautique qui nous permet d'observer le ciel et les étoiles.

Lire aussi 7 mnCes répliques d'engins spatiaux déambulent dans un décor martien inédit à la Cité de l'Espace

Récemment, nous avons inauguré notre sol martien qui propose une immersion aux visiteurs sur ce à quoi ressemble Mars. C'est en lien direct avec l'actualité puisqu'il y a plusieurs missions robotiques sur la Planète rouge actuellement et ce sera certainement la prochaine étape de l'Homme après la Lune...

Cité de l'Espace

Jean-Baptiste Desbois est le directeur général de la Cité de l'Espace, qui emploie 130 personnes au quotidien, depuis onze ans (Crédits : Rémi Benoit).

À ce propos, la Cité de l'Espace et ses partenaires ont décidé d'investir 14 millions d'euros dans le projet LunExplorer avec la volonté de faire vivre un voyage lunaire à ses visiteurs. N'est-ce-pas un cap important pour le musée qui n'a jamais eu un tel équipement immersif pour son public ?

Lire aussi 5 mnLa Cité de l'espace veut simuler le frisson d'un voyage vers la Lune

C'est un projet réalisé sour la maîtrise d'ouvrage de Toulouse Métropole. C'était un projet qui était d'ailleurs dans les cartons de la Cité de l'Espace depuis un moment nous attendions le moment idéal et les financements pour le concrétiser. Ce sera une expérience immersive et sensorielle. Pour comprendre, il faut savoir qu'il est prévu la construction d'une station spatiale à proximité de la Lune et par la suite de réaliser des voyages réguliers entre elle et le sol lunaire.

Pour ce qui est de LunExplorer, nous avons décidé de transformer un équipement qui a plus de 20 ans et d'y construire à proximité un bâtiment. Cette expérience permettra de raconter comment nous sommes allées sur la Lune et comment l'Homme compte y retourner à une certaine échéance. Après ces explications, le public rentrera par groupes de quatre dans des capsules qui permettra de ressentir la sensation d'un atterrissage sur la lune. Après cette attraction, nous leur expliquerons le pourquoi des prochaines missions lunaires.

Les travaux sont en cours et nous devrions inaugurer cette nouvelle offre au mois de juillet 2023. Avec celle-ci, nous nous attendons entre 30.000 et 40.000 visiteurs supplémentaires chaque année, selon nos études.

Quels sont les projets phares comme celui-ci à venir pour la Cité de l'Espace ?

Le LunExplorer est une très grosse brique pour nous. Nous avons quelques projets dans les cartons mais c'est prématuré d'en parler.

Cité de l'Espace

En 2021, dans une année tronquée, la Cité de l'Espace a reçu près de 300.000 visiteurs (Crédits : Rémi Benoit)

Alors comment comptez-vous booster davantage la fréquentation du musée à l'image de l'apport que va offrir cette nouvelle expérience ?

Aujourd'hui, notre fréquentation est à 75% familiale, 15% scolaire et 10% BtoB. Pour ce qui est de l'origine géographique, 40% est un public d'Occitanie, 40% sont des visiteurs français hors Occitanie et le reste sont des étrangers. Et notre croissance de fréquentation se fait en particulier sur ces deux dernières catégories du public.

Pour booster notre fréquentation, nous avons beaucoup revu notre stratégie de communication en se renforçant notamment sur les réseaux sociaux. Puis, pour la première fois dans l'histoire de la Cité de l'Espace, nous avons mené une campagne d'affichage dans le métro parisien, à la gare Montparnasse et à l'Opéra de Paris. Pour nous, cette communication au niveau national, c'est tout nouveau. Mais désormais, la Cité de l'Espace a la notoriété pour se permettre une telle opération.

Nous nous attendons à franchir le cap des 400.000 visiteurs dès 2022, sinon ce sera en 2023.

Cité de l'Espace

(Crédits : Rémi Benoit).

Les Français font face à une forte inflation et les loisirs pourraient partir de certains choix dans les priorités des consommateurs et ainsi mettre à mal vos objectifs de fréquentation. Quelle est la politique tarifaire de la Cité de l'Espace dans ce contexte économique ?

Nous sommes dans les tarifs moyens d'un site à taille équivalent, à la différence que nous nous proposons une offre de contenus qui permet de rester une journée complète chez nous. Mais nous avons quand même commencé à développer depuis quelques temps des offres adaptées comme le prix tribu pour les familles, la seconde journée à cinq euros ou encore le pass annuel qui est amorti dès la seconde visite. Par ailleurs, nous n'avons pas bougé nos tarifs pour le public scolaire depuis plusieurs années et nous n'augmenterons pas nos tarifs grand public en 2022 malgré l'inflation qui nous impacte aussi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.