"Les sportifs de haut niveau développent des qualités requises pour l'entrepreneuriat"

 |   |  724  mots
Chercheuse en management à l'Essca, Orsolya Sadik-Rozsnyai a étudié le parcours d'anciens sportifs de haut niveau.
Chercheuse en management à l'Essca, Orsolya Sadik-Rozsnyai a étudié le parcours d'anciens sportifs de haut niveau. (Crédits : DR//Rémi Benoit)
(Série 2/3) La reconversion professionnelle des sportifs. On ne compte plus les anciens rugbymen toulousains devenus chefs d'entreprise. Chercheuse en management à l'Essca, Orsolya Sadik-Rozsnyai a étudié leur parcours. Pour elle, l'esprit de compétition, la résilience ou encore la capacité à encaisser les critiques sont autant de compétences qui facilitent une reconversion dans l'entrepreneuriat. Même si le cocon dans lequel évoluent les sportifs peut "les rendre vulnérables" une fois leur carrière terminée. Interview.

Vous avez mené sur l'année 2016-2017 des entretiens de sportifs de haut niveau devenus entrepreneurs en France et des chercheurs allemands ont réalisé le même suivi. En quoi une carrière sportive peut-elle les aider à devenir chef d'entreprise ?

Les sportifs de haut niveau développent des qualités requises pour l'entrepreneuriat. À commencer par l'esprit de compétition. Un créateur d'entreprise est confronté sans cesse à la concurrence sur son marché, à des rivaux. Un sportif rêvant de devenir champion du monde va établir un plan d'objectifs intermédiaires pour obtenir ce titre : des victoires régionales, nationales, européennes... De la même manière en entreprise, il va découper ses objectifs : décrocher les premiers clients, améliorer le produit... plutôt que déclarer dès le début vouloir être leader mondial dans son domaine.

Par ailleurs, dès leur plus jeune âge les athlètes reçoivent des retours et des critiques régulières comme par exemple "Tu n'avais pas de jambes pendant le match" ou "Il faut que tu améliores ton coup droit". Au début, c'est très dur pour eux mais ils l'acceptent à la longue. Alors que beaucoup d'entrepreneurs considèrent leur boîte comme leur bébé et acceptent mal la critique, c'est moins le cas chez ces anciens sportifs. Le corollaire de cette qualité est que les athlètes de haut niveau développent une résilience face à l'échec. Un footballeur que j'ai interrogé me disait : sur les 50 à 60 matches de la saison, je ne vais pas tout gagner. L'important est de comprendre pourquoi cela n'a pas marché pour s'améliorer. Les destins à la Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook, ndlr) sont minoritaires, la majeure partie des entrepreneurs est confronté à l'échec.

L'entrepreneuriat est une voie intéressante pour les anciens sportifs puisque l'on peut créer son entreprise à 26, 30, 40 ans. Il est plus difficile d'intégrer une grosse boîte quand on y a aucune expérience. Pour ces entreprises, le profil des sportifs est un peu atypique.

Paradoxalement vous remarquez que peu de sportifs ont conscience que ces qualités peuvent les aider à entreprendre...

Oui, les athlètes de haut niveau ont parfaitement conscience de leurs points forts et de leurs points faibles. Ils ont confiance dans leur valeur sportive mais manquent parfois de confiance en eux en dehors du terrain. C'est en partie car leur vie s'est concentrée jusqu'alors sur leurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :