Latécoère pose la première pierre de son usine du futur à Toulouse

 |   |  660  mots
De gauche à droite : Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse), Yannick Assouad (directrice générale du groupe Latécoère) et Carole Delga (présidente de région) cimentent les premières briques de la futur usine 4.0 de Latécoère.
De gauche à droite : Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse), Yannick Assouad (directrice générale du groupe Latécoère) et Carole Delga (présidente de région) cimentent les premières briques de la futur usine 4.0 de Latécoère. (Crédits : Rémi Benoit)
Jeudi 13 juillet, le groupe Latécoère a posé la première pierre de son nouveau site de production 4.0. Située à Toulouse - Montredon, l’usine entièrement automatisée va accueillir les activités d’usinage de pièces primaires, de tôlerie et de traitement de surface. Une modernisation chiffrée à 30M€.

Jusqu'à aujourd'hui, l'usine 4.0 du groupe international Latécoère n'était qu'une maquette numérique en 3D. Mais ce jeudi 13 juillet, la directrice générale du groupe Yannick Assouad, la présidente de région Carole Delga et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc ont marqué une étape importante en posant la première pierre de cette usine du futur à Toulouse - Montredon.

Fin 2018, une centaine de personnes devraient superviser les activités d'usinage de pièces primaires métalliques et de tôlerie, notamment pour la fabrication d'une toute nouvelle génération de portes d'avion, au sein d'un premier bâtiment entièrement automatisé qui représente un investissement de 25M€.

S'adapter aux changements de cadence

Le développement de ce site à l'est de Toulouse a été décidé dans le cadre du programme Transformation 2020 du groupe aéronautique : l'internet des objets et les systèmes cyber-physiques seront au cœur de cette usine "zéro papier".

"Les 40 bâtiments répartis sur les 12 hectares de notre site historique au 135 rue de Périole ne nous permettaient pas de créer un flux de pièces pour l'A320 à une cadence suffisante, explique Yannick Assouad. Notre nouvelle usine complètement automatisée et digitalisée va fonctionner 24 heures sur 24. Grâce à cette supply chain plus resserrée, nous serons capables de mieux nous adapter aux changements de cadence".

Cette fluidité dans les processus de production devrait notamment être permise et contrôlée par la modélisation du site de Toulouse - Montredon en 3D. La maquette numérique, une technologie issue de chez Dassault Systèmes réalisée par la société Visiativ, va en effet permettre aux opérateurs de suivre en temps réel les flux de matières premières et de pièces en fonction de la position des machines.

Usine 4.0

Le chantier de l'usine "zéro papier" de Latécoère à Toulouse - Montredon. Crédit: Rémi Benoit

De plus, après une seconde phase de construction dont le budget s'élève à 5 M€, Latécoère réalisera ses opérations de traitement de surface sur ce nouveau site. Aujourd'hui, de moins en moins d'industriels réalisent le traitement de surface des pièces d'avion à cause des contraintes liées au règlement européen Reach, d'où la forte volonté du groupe Latécoère de se positionner sur cette activité à la forte demande.

Réinternaliser la production

Par ailleurs, le site de Latécoère Toulouse - Montredon a été vendu à l'entreprise par la Ville de Toulouse au prix de 35 euros par mètre carré, soit un total de 1 M€ pour quatre hectares. "Nous avons facilité cette vente et pris notre décision rapidement pour que Latécoère continue à se développer ici à Toulouse", souligne Jean-Luc Moudenc.

"C'est un choix stratégique de nous recentrer sur l'aéronautique et de réinternaliser la production de pièces aujourd'hui effectuée par des fournisseurs en zones low cost, complète Yannick Assouad. En restant en France et en misant sur l'automatisation et le numérique, nous espérons doubler notre capacité de production sur ce nouveau site".

En effet, dans sa nouvelle usine 4.0, le groupe Latécoère devrait faire passer ses cycles industriels de fabrication de plusieurs semaines à quelques jours, ce qui lui permettrait de diminuer ses stocks et son besoin en fonds de roulement.

En outre, le nouveau site de l'entreprise (créée à Montaudran il y a tout juste cent ans) correspond à la troisième usine du futur de la région Occitanie, après celles de Bosch à Rodez et de SNR à Alès. L'Alliance Industrie du Futur a d'ailleurs décerné le label "Vitrine Industrie du Futur" à Latécoère. Enfin, pour rester compétitif dans son deuxième centenaire, le groupe a prévu d'investir 10 M€ par an dans le domaine de l'innovation.

Lire aussi : Du changement dans la direction du groupe Latécoère

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :