Cité des Startups à Toulouse : les précisions de Carole Delga

 |   |  452  mots
Carole Delga / Une partie des halles a déjà été transformée en un lieu dédié à l'événementiel, l'espace Cobalt.
Carole Delga / Une partie des halles a déjà été transformée en un lieu dédié à l'événementiel, l'espace Cobalt. (Crédits : Rémi Benoit)
La Cité des Startups qui verra le jour à Montaudran d'ici 2020 devrait accueillir une centaine de jeunes pousses. La présidente de Région apporte quelques précisions sur le projet dévoilé de manière inattendue la semaine dernière.

Lors de la visite de chantier du B612 le 6 juillet, vous avez annoncé la création d'une Cité des Startups à Montaudran dans les anciennes halles de Latécoère. Quel sera le montant de cet investissement ?

Le Conseil régional va en effet se porter acquéreur de 10 000m2 sur les anciennes halles Latécoère, à côté de l'Espace Cobalt. L'achat du bâti représente un investissement de 5,5 millions d'euros, mais l'ensemble du projet, avec la réhabilitation des lieux et leur emménagement, est estimé à ce jour à 15 millions d'euros.

Pourquoi avoir choisi ce lieu ?

Il fallait un espace suffisant pour accueillir à la fois les startups, la future agence de développement économique régionale, et l'écosystème (espaces de coworking, showroom, fablabs, incubateur, etc.). Par ailleurs, pour rester agiles, il fallait un espace modulable. Ce grand espace de 10 000 m2 est un entrepôt où l'on aura une grande latitude pour faire évoluer facilement les emménagements. Nous devons nous adapter à la réversibilité des usages.

La Région soutient beaucoup l'IoT Valley, au Sicoval : le choix de Montaudran, sur la collectivité de Toulouse Métropole, a-t-il une dimension politique ?

Absolument pas, je pense que les guéguerres de territoires sont dépassées, il n'y a rien de politique dans ce choix. Le quartier de Montaudran est desservi par les transports en commun, et c'est un quartier qui a déjà une vocation universitaire et de recherche, non loin du Sicoval et du centre-ville de Toulouse. Et puis il y a le joli clin d'œil de l'histoire puisque c'est ici que l'équipementier Latécoère a construit les premiers avions Salmson en 1917.

Combien y aura-t-il de startups dans la Cité, et qui va les choisir ?

Il y aura à terme une centaine de startups. Je tiens à ce que ce lieu ait une vocation généraliste. Nous avons déjà plusieurs structures spécialisées dans des secteurs particuliers comme l'IoT Valley (internet des objets) et le Bizlab (aéronautique), celle-là acceptera des projets de tous les secteurs. C'est l'Incubateur Midi-Pyrénées, (actuellement situé en centre-ville de Toulouse mais qui déménagera sur le site NDLR), qui sélectionnera les startups avec la future agence de développement économique.

Cent startups, c'est beaucoup : l'effet "quantité" est-il important ?

Oui car cela crée une émulation et un esprit entrepreneurial. Il fallait que je crée une sorte de campus, un cadre facilitateur pour l'innovation et la création d'emplois.

 Quel est le calendrier ?

Nous sommes en train d'acheter le bâti, et ensuite il faudra monter le projet architectural, mener une consultation... Les travaux ne commenceront pas avant l'automne 2018 et devraient durer une grosse année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :