Face à la pénurie, l'Entente pour l'eau lance quatre appels à projets

 |   |  727  mots
La Garonne pourrait se retrouver à sec durant plusieurs mois à l'horizon 2070.
La Garonne pourrait se retrouver à sec durant plusieurs mois à l'horizon 2070. (Crédits : Toulouse Métropole)
L'Entente pour l'eau, qui regroupe la Région Occitanie, la Région Nouvelle-Aquitaine et l'Agence de l'eau Adour-Garonne, a annoncé le lancement de quatre appels à projets pour répondre à la problématique du manque d'eau. La Garonne pourrait se retrouver à sec d'ici 2070.

Fortes chaleurs, canicules, sécheresses... Le Sud-Ouest a été durement marqué par les conséquences du réchauffement climatique au cours de l'été 2019. Le bassin Adour-Garonne est l'un des territoires de France les plus vulnérables à ce titre et a déjà été fortement touché par le manque d'eau. Une pénurie qui pourrait s'aggraver dans les années à venir.

Lire aussi : La bataille pour l'eau a commencé

"313 arrêtés sur l'eau ont été pris sur le territoire cette année sur 25 des 26 départements que compte le grand Sud-Ouest. Le changement climatique est plus sévère que prévu. Selon certaines prévisions, la Garonne se trouvera à sec durant plusieurs mois, en 2070", alerte Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie.

Un problème qu'il faut gérer de front avec une démographie toujours plus importante au sein des deux régions.

"La région Occitanie possède la progression démographique la plus forte de France. 50 000 nouveaux habitants arrivent chaque année. Il est indispensable, aujourd'hui, de trouver des solutions pour accueillir de nouvelles populations tout en garantissant les ressources en eau", souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

Une alliance pour l'eau inédite au niveau national

Face à ces risques, l'Entente pour l'eau s'est créée en 2018 avec pour objectif "de garantir la présence durable de la ressource en eau sur le bassin". Elle regroupe la préfecture d'Occitanie, le bassin Adour-Garonne et les Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Une alliance inédite au niveau national qui s'avère nécessaire face à cet enjeu.

"Nous devons gérer l'eau de l'amont à l'aval. Comme le château d'eau est en Occitanie, notre collaboration avec cette région est indispensable", indique Henri Sabarot, conseiller régional en charge de l'eau, des zones humides, de la chasse et la pêche de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Un sentiment partagé par Carole Delga : "Nous faisons fi des limites administratives, nous dépassons le carcan administratif pour réaliser des actions concrètes pour la Garonne".

Lancement de quatre appels à projets

Ces actions concrètes, l'Entente pour l'eau les a présentées le 28 octobre. Elle a annoncé le lancement en 2020 de quatre appels à projets pour mieux gérer la ressource en eau. Mis en œuvre en 2021, ces appels à projet bénéficieront d'un financement de 30 millions d'euros par l'Agence de l'eau Adour-Garonne. La Région Occitanie devrait également apporter une contribution mais son montant n'est pas encore connu.

Le premier appel à projets portera sur l'économie d'eau. Il ciblera les industries et entreprises, les collectivités et les particuliers."Nous voulons arriver à une économie d'eau de 10% en cinq ans", annonce Carole Delga.

Le second projet concerne la désimperméabilisation des sols avec un objectif de 300 000 m² de surface où par exemple le béton pourra céder sa place à de la végétation.

"Si la France continue à artificialiser les sols comme elle le fait aujourd'hui, en 2050, elle aura imperméabilisé l'équivalent en surface de nos deux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. La réglementation doit changer, elle doit être plus contraignante face à ce problème", relève Martin Malvy, président du comité de bassin Adour-Garonne.

Les lycées, les sites industriels et les espaces urbains sont concernés. "Nous devons désimperméabiliser les sols urbains, stopper l'hyper métropolisation et reconquérir les friches industrielles", a précisé la présidente de la Région Occitanie.

Le troisième appel à projets porte sur la préservation des zones humides. Ces dernières jouent un rôle important dans le stockage et le ralentissement de l'eau. Un mètre carré de zone humide peut stocker jusqu'à un mètre cube d'eau. Le dernier appel à projets concerne la réutilisation des eaux usées. "La France est très en retard sur ce sujet. Il y a 60 fois plus d'eaux usées réutilisées en Espagne que dans l'Hexagone", signale Carole Delga.

Ces appels à projets viendront en complément des politiques sur l'eau menées directement par les Régions. L'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine se sont ainsi dites favorables à un possible transfert des concessions du canal de la Neste et des rivières de Gascogne, actuellement propriétés de l'État, vers les Régions, dans des conditions techniques et financières à définir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2019 à 15:36 :
Arrêter le commerce de lavage de bagnoles déjà et avant tout et surtout arrêter l'agro-industrie faisant que cette été en plein 43° à 15h on voit des champs arrosés par voie aérienne...

L'UE subventionne l'agro-industrie pour qu'elle gaspille l'eau, si vous ne vous attaquez pas d'abord à ça vous n'avez strictement aucune crédibilité.

Les solutions existent il suffit juste de refuser les pots de vins et pour une fois de mettre en avant les intérêts citoyens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :