La Garonne peut-elle disparaître ?

 |   |  857  mots
Le sud-ouest français souffre d'un déficit en eau important, qui pourrait s'accentuer.
Le sud-ouest français souffre d'un déficit en eau important, qui pourrait s'accentuer. (Crédits : Rémi Benoit)
Long de 647 kilomètres, le fleuve de la Garonne irrigue l’ensemble du sud-ouest français avant de se jeter dans l’océan Atlantique. Problème, cette zone géographique souffre d’un déficit en eau estimé à 250 millions de m3 par an. Pour tenter d’y faire face, les acteurs publics font cause commune. Le Département de la Haute-Garonne travaille notamment sur la création de retenues en eau sur le territoire.

La perspective peut sembler dystopique, pourtant le risque à long-terme est bien réel. L'un des grands fleuves français qu'est la Garonne, peut-il s'évaporer à l'avenir à cause de l'activité humaine et du réchauffement climatique ? La situation devient préoccupante et les acteurs locaux se mobilisent. À la mi-octobre, pendant trois jours, des experts internationaux de l'organisme Initiatives pour l'avenir des grands fleuves (IAGF) présidé par l'académicien Erik Orsenna, étaient présents dans Toulouse et sa région pour étudier le fleuve. Par la suite, une conférence avec toutes les collectivités locales concernées était organisée afin de mobiliser les citoyens sur le sujet face à l'urgence de la situation.

"Nous devons nous rendre compte de la situation que nous avons face à nous. Dans le bassin Adour-Garonne (territoire du sud-ouest français, ndlr), il y a déjà un déficit annuel de 250 millions de m3 en eau. D'ici 2050, ce déficit pourrait atteindre 1,2 milliard de m3 si rien n'est fait. C'est pourquoi il est important de réunir tous les acteurs et le grand public autour de cette question de l'eau", expliquait lors de cette conférence le préfet de la région Occitanie Pascal...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2018 à 9:20 :
Les retenues en eau favorisent l'évaporation.

Plus d'arbre et de végétation et une consommation contrôlée de l'eau permettraient largement de compenser cette perte mais si on pouvait éviter les solutions des années 50 qui ont généré en partie cette catastrophe climatique actuelle cela ne serait pas du luxe non ?

C'est sûr que tant qu'on laisse les paysans pomper l'eau des ruisseaux et rivières pour arroser en plein après midi du maïs hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :