"J'appelle Jean-Luc Moudenc à appliquer l'accord du 29 juin avec le Département"

 |   |  361  mots
Toulouse, Nice et Bordeaux pourraient fusionner leur Métropole et leur Conseil départemental.
Toulouse, Nice et Bordeaux pourraient fusionner leur Métropole et leur Conseil départemental. (Crédits : Rémi Benoit)
Actuellement, le gouvernement réfléchit à ce que les Métropoles de taille européenne, comme Toulouse, absorbent les compétences des Départements sur le périmètre géographique. Un projet qui ne satisfait pas du tout René Savelli, maire d'Auzas (31) et président de l'Association des maires ruraux de Haute-Garonne. L'élu craint un abandon des territoires entourant la Métropole à cause des finances réduites dont disposeraient le nouveau Département. Entretien.

La Tribune : Pourquoi êtes-vous contre ce projet de fusion entre Toulouse Métropole et le Conseil départemental de la Haute-Garonne ?

René Savelli : La métropole représente 7% du territoire de la Haute-Garonne, 55% de la population et 65% de la richesse. Et jusqu'à présent, grâce à ses actions, le Conseil départemental parvient à répartir cette richesse équitablement sur tout le département grâce à divers dispositifs. Mais si la fusion entre les deux institutions a lieu, au final 93% du territoire n'aura plus que 35% de la richesse. Une telle situation mettrait un terme au bon entretien des routes opéré par le Département, au ramassage scolaire gratuit, à diverses subventions pour des travaux dans des communes rurales. Ainsi, on se retrouverait sur un territoire à deux vitesses, avec une métropole plus riche et le reste du département plus pauvre encore.

Pourtant, cette démarche s'apparente à une volonté de simplification du millefeuille territorial français, une question abordée par tous les derniers gouvernements. N'est-ce pas nécessaire ?

Actuellement, vous avez les communes, les Départements, les Régions et les EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) comme Toulouse Métropole. Or, le gouvernement essaie de faire monter au rang de collectivité ces EPCI alors qu'au départ ce sont des institutions aux services des communes. Le but est de supprimer un étage, à savoir les Départements, pour mettre les Métropoles à leur place. C'est n'importe quoi.

Selon vous, quelle méthode doit être appliquée ?

Le modèle lyonnais marche à Lyon car le reste du département est riche que la métropole. C'est donc un modèle adapté à Lyon mais pas aux autres métropoles. Pour appliquer un tel dispositif ici, il faut une meilleure répartition des richesses en Haute-Garonne en attirant des entreprises hors de la métropole et donc de l'emploi. J'appelle donc Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole, à appliquer l'accord de coopération signé avec le Département le 29 juin 2018 (un accord qui repose sur la coopération dans plusieurs domaines entre les deux collectivités, comme la mobilité par exemple).

Lire aussi : Fusion Métropole-Département : un calendrier se dessine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :