Pourquoi Macron et Merkel se retrouvent à Toulouse le 16 octobre ?

 |   |  809  mots
Le duo de dirigeants est attendu en milieu de journée à Toulouse, à la veille d'un sommet européen avec le Brexit au programme.
Le duo de dirigeants est attendu en milieu de journée à Toulouse, à la veille d'un sommet européen avec le Brexit au programme. (Crédits : Annegret Hilse)
Toulouse a été choisie comme ville hôte pour accueillir le 21ème Conseil des ministres franco-allemand, mercredi 16 octobre. Ainsi, en amont de ce "séminaire" durant lequel sera évoqué la question du Brexit programmé à la fin du mois, Emmanuel Macron et Angela Merkel iront visiter la chaîne d'assemblage de l'Airbus A350. Symbole de la coopération industrielle franco-allemande, l'avionneur européen fête en 2019 ses 50 ans. Par la suite, Airbus et d'autres entreprises européennes seront reçues par les dirigeants pour évoquer la question des sanctions américaines.

Pendant 24 heures, la Ville rose va enfiler le costume de capitale de l'Europe. Le président de la République, Emmanuel Macron, et la chancelière de la République fédérale d'Allemagne, Angela Merkel, se retrouveront à Toulouse, mercredi 16 octobre. Soit la veille d'un sommet européen portant sur le Brexit, à Bruxelles les 17 et 18 octobre, à l'issue duquel il sera décidé s'il a lieu le 31 octobre ou non.

Par conséquent, ce sommet franco-allemand aura une tournure à la fois symbolique, mais aussi politique. Ainsi, les deux chefs d'État ont prévu de se rendre dans les ateliers de l'avionneur européen Airbus, en milieu de journée. Un déplacement très significatif à l'occasion des 50 ans de l'entreprise fêtés durant cette année 2019.

"Afin d'illustrer le succès de la coopération franco-allemande et européenne, le président de la République et la chancelière de la République fédérale d'Allemagne visiteront la salle de montage des avions A350 de l'entreprise Airbus", justifie l'Élysée.

En effet, le groupe émane à son origine d'un consortium industriel franco-allemand, qui par la suite a pris une dimension européenne. Pour preuve, la direction à la tête de ce mastodonte est tournante entre les deux pays. L'Allemand Tom Enders, qui a quitté son poste en avril dernier, a été remplacé par le Français Guillaume Faury.

Cette visite sera suivie d'une séquence d'échanges avec des salariés d'Airbus et d'un déjeuner avec des lycéens et des apprentis ayant bénéficié de l'action Avion Campus des métiers. Un dispositif devant répondre aux besoins en main d'œuvre des entreprises de la filière en agissant au niveau de l'enseignement.

Premier Conseil des ministres franco-allemand à Toulouse

Après le déjeuner, le duo est attendu à la préfecture de région, dans le centre-ville de Toulouse, en milieu d'après-midi. Angela Merkel et Emmanuel Macron y sont attendus pour présider le 21ème Conseil des ministres franco-allemand, à la suite d'une entrevue en tête à tête. Créé en 2003, cet organe bilatéral, qui se réunit une à deux fois par an, sera ainsi accueilli pour la première fois à Toulouse.

"Ce Conseil des ministres franco-allemand portera notamment sur les questions climatiques, industrielles, de défense et de sécurité et sur la mise en œuvre du traité d'Aix la Chapelle", précise la cellule presse de l'Élysée.

Ratifié par les deux pays à l'occasion du 56ème anniversaire du traité de l'Élysée, le 22 janvier 2019, celui-ci est en réalité un nouveau traité "de coopération et d'intégration franco-allemandes" comme le résume l'Élysée. Plus simplement, il s'agit d'une feuille de route tournée autour de 15 projets communs. Parmi eux, sont évoqués la création de quatre instituts culturels franco-allemands, la création d'une plateforme numérique franco-allemande pour la production de contenus audiovisuels et d'informations, la mise en place d'un fonds citoyen commun, le renforcement des liaisons ferroviaires entre les deux pays, ou encore une meilleure coopération dans les domaines du spatial et de l'innovation. Aussi, la question du Brexit sera certainement abordée durant ces échanges, alors que les discussions ont repris de manière intense entre le négociateur de l'Union Européenne, Michel Barnier et le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Les sanctions américaines au menu ?

D'ailleurs, après une conférence de presse conjointe avec Angela Merkel, le président de la République française et cette dernière accueilleront sur place, en fin de journée, la présidente élue de la Commission européenne, l'Allemande Ursula Von Der Leyen. Ensemble, "ils participeront à un dîner avec l'European Roundtable of Industrialists qui regroupe les dirigeants des grandes entreprises industrielles européennes", ajoute-t-on à l'Élysée.

Créée en 1983, ce groupement d'une cinquantaine des plus grandes entreprises installées dans l'Union européenne a pour mission de stimuler la compétitivité mondiale des entreprises européennes. De ce fait, nul doute que les futures sanctions américaines à l'égard de ces entreprises à partir du vendredi 18 octobre seront mises sur la table.

Suite à des subventions européennes à l'avionneur européen Airbus, contestées par le gouvernement américain, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé Washington à taxer les produits européens jusqu'à 7,5 milliards d'euros. Ces futures taxes douanières atteindront 10% sur les avions importés de l'Union européenne et 25% sur les autres produits industriels et agricoles, dont le vin français, le fromage italien ou le whisky écossais. Par ailleurs, l'OMC se penche également sur le cas de probables subventions interdites du gouvernement américain en faveur de "son" champion, l'avionneur Boeing. La réaction européenne ne devrait donc pas tarder et le rassemblement à Toulouse pourrait permettre d'établir une stratégie dans ce dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2019 à 20:00 :
...la Syrie et le défunt Rojava doivent un peu plus faire flipper que les sanctions contre Airbus,non?
Et aussi les relations avec la Russie et le sort de North Stream 2.
a écrit le 14/10/2019 à 19:24 :
Vu tous les problèmes qu'il y a sur la planète jamais les sourires n'ont fait aussi faux, rassurer les gens ne suffit plus à un moment il faudrait montrer qu'il y a quelqu'un la barre et non seulement les marchés financiers qui nous mènent au chaos.

La forme a touché ses limites sémantiques, déformer les mots non plus ne suffit plus ils ont tous été anéanties...
Réponse de le 14/10/2019 à 20:33 :
C'est tout le problème, avoir des gouvernants populiste ou tout le moins qui utilisent les mêmes grosses ficelles ou des techniciens qui ont le charisme d'une moule et ferais fuir le plus motivé des encarté du parti. En fait il y a certainement une voie médiane mais ces individus la sont rares en ce moment.
Réponse de le 15/10/2019 à 7:13 :
Allez Citoyen, relax. Un peu de bromure et au lit.
Réponse de le 15/10/2019 à 9:13 :
"En fait il y a certainement une voie médiane"

Une autre voie oui, une voie médiane entre ces deux principes aliénants que l'oligarchie nous impose serait identique et c'est bien ce que l'on avait auparavant, tous centristes pour imposer tous la même politique oligarchique millénaire mais obsolète, le pen, macron n'en sont qu'une déclinaison stratégique.

Des alternatives il y en a pléthores mais les propriétaires de capitaux et d'outils de production n’en veulent pas ils veulent continuer de massacrer le monde tranquillement.

Élections pièges à gonds.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :