Que devient le projet de campus de l'IOT Valley, près de Toulouse ?

 |  | 926 mots
Lecture 5 min.
Le campus de l'IOT Valley doit accueillir 1.200 personnes dans un bâtiment de six étages.
Le campus de l'IOT Valley doit accueillir 1.200 personnes dans un bâtiment de six étages. (Crédits : Jean-Paul Viguier & Associés)
Ludovic Le Moan quitte Sigfox, lui qui avait été le porte-étendard de la création d'une "Silicon Valley des objets connectés" à Labège. "Le projet reste pertinent", affirme l'entrepreneur, toujours président de l'IOT Valley. Le campus de 20.000 m2 et son budget de 42 millions sont confirmés mais le démarrage des travaux pourrait être décalé de quelques mois en raison de la crise sanitaire.

"Rien n'a changé, la pertinence du projet est toujours là. Je crois beaucoup au potentiel de l'IOT Valley pour la ville et la région", indique à La Tribune Ludovic Le Moan. Alors que Sigfox, l'entreprise qu'il a co-fondé en 2010, a annoncé le 17 février que Jérémy Prince le remplaçait au poste de PDG, quel avenir pour le campus de l'IOT Valley ?

Une idée lancée en 2015

Pour rappel, en 2015, le Sicoval (communauté d'agglomération du sud-est toulousain) a racheté les huit hectares de l'ancien siège de Sanofi pour le réaliser. L'idée de l'époque est de profiter de l'essor important de Sigfox pour attirer des centaines de startups et faire grandir le regroupement d'entreprises de l'IOT Valley qui a émergé autour du siège social de la pépite très médiatisée. "Nous ne voulons pas d'un terrain mais créer une vallée des objets connectés, il faut voir grand si l'on veut atteindre un objectif", appelle de ses voeux Ludovic Le Moan en 2018.

Cette année-là, Sigfox et les startups de l'IOT Valley sont à l'étroit dans leurs 13.000 m2 de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :