La startup Road Light, future pépite toulousaine et française ?

 |   |  641  mots
Grâce à ses clignotants dorsales, Road Light compte révolutionner la sécurité routière.
Grâce à ses clignotants dorsales, Road Light compte révolutionner la sécurité routière. (Crédits : Rémi Benoit)
Grâce notamment à une édition 2019 du CES de Las Vegas très remarquée, la startup toulousaine Road Light est en plein développement de ses activités. Avec ses clignotants sur le dos pour les motards du nom de Clic-Light, mais aussi pour les cyclistes et les usagers de trottinette urbaine, la jeune entreprise installée à l'IOT Valley veut conquérir le marché européen.

Peu de jeunes pousses peuvent se vanter d'un tel privilège : avoir tenu leur propre stand deux années de suite au CES de Las-Vegas (États-Unis), le plus grand salon au monde de la tech qui a lieu chaque début d'année. C'est néanmoins le cas de la jeune pousse installée à Toulouse, Road Light, qui a participé aux deux dernières éditions du salon international avec le soutien de la Région Occitanie.

"Lors de notre première participation, c'est comme si nous n'avions pas fait de CES. Nous avons travaillé avec une entreprise spécialisée dans les relations presse qui manquait de professionnalisme et nous n'avons eu qu'une seule interview sur Sud Radio un matin. Cela a été complément différent pour l'édition de cette année où énormément de médias se sont intéressés à nous", raconte Mohamed Ait El Hadj, le fondateur et dirigeant de Road Light.

En effet, lors de l'édition 2018 la jeune entreprise installée à l'IoT Valley de Labège a présenté son premier produit, à savoir les clignotants et le feux stop installés dans le dos du motard pour améliorer leur visibilité et donc leur sécurité. En janvier 2019, Road Light et ses équipes ont débarqué au salon de Las Vegas en trottinette électrique pour présenter leur nouveau produit, conçu pour les vélos et les nouvelles mobilités.

Lire aussi : Road Light va se lancer sur le marché du vélo

Une stratégique patience dans la commercialisation

Cette exposition a donc permis au dirigeant de faire carton plein lors des rendez-vous en BtoB organisés sur place. Ainsi, grâce à ses entrevues, Road Light a en gestation une vingtaine de contrats et partenariats potentiels.

"Il y a des constructeurs qui sont intéressés pour intégrer directement nos deux solutions dans leur offre et des distributeurs de produits high-tech présents dans divers pays européens notamment. Si seulement un de ces contrats venait à être signé, alors notre projet changerait totalement de dimension", promet le fondateur.

Il espère, par exemple, conclure un contrat d'ici la fin de l'année avec un distributeur allemand qui serait prêt à lui commander chaque année 50 000 Clic-Light motos et autant pour le modèle vélo. Ce qui serait un véritable bond en avant pour une société fondée en 2017, car jusqu'à présent seulement quelques centaines d'équipements pour les motos ont été vendus en un an de commercialisation et les 50 premiers modèles adaptés au vélo seront...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :