Immofix veut automatiser le travail du courtier

 |   |  933  mots
Immofix lance un nouveau calculateur qui fonctionne grâce à une photo de l'avis d'imposition.
Immofix lance un nouveau calculateur qui fonctionne grâce à une photo de l'avis d'imposition.
La startup toulousaine Immofix, accompagnée par l'incubateur Nubbo, vient de lancer un calculateur de financement immobilier à partir d'une simple photo de l'avis d'imposition. Au-delà de ce service destiné aux particuliers, la jeune pousse développe des outils pour les agents immobiliers et les courtiers afin de certifier les documents des acquéreurs.

Guillaume Angles, aujourd'hui fondateur et président d'Immofix, est courtier depuis une dizaine d'années lorsqu'il décide, il y a environ trois ans, de se lancer seul dans la création d'une startup. L'objectif de ce dernier est alors de faciliter les démarches administratives liées à l'achat d'un bien immobilier. Une idée venue après l'apparition de la nouvelle directive européenne sur les services de paiement (DSP2) adoptée en 2015. Cette dernière oblige les banques à fournir l'accès aux données de leurs clients (avec l'accord de ces derniers, bien sûr) à des Fintech.

"Le travail d'un courtier est d'analyser les dossiers et le patrimoine des clients pour leur trouver un meilleur financement, calculer leur taux d'endettement etc. Je me suis dit que si nous avions de la technologie et l'accès aux données, cela permettrait d'aller plus vite que de pointer les relevés bancaires. J'ai suivi cette idée et j'ai présenté un dossier à l'incubateur Midi-Pyrénées en septembre 2016 (rebaptisé Nubbo en 2018) puis je l'ai intégré. À l'époque, le projet portait le nom de "Crédifix" et l'idée était de digitaliser un dossier de financement en crédit immobilier", raconte l'ex-courtier.

En début...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :