La startup Winnov détecte la dénutrition chez les personnes âgées

 |  | 753 mots
Lecture 4 min.
La startup Winnov cherche un partenaire financier pour continuer sa marche en avant.
La startup Winnov cherche un partenaire financier pour continuer sa marche en avant. (Crédits : Reuters)
La start-up fuxéenne de conseils en e-santé Winnov, vient de mettre au point sa première solution santé numérique. Il s’agit de CDIET, une application numérique qui permet de détecter la dénutrition chez les personnes âgées. Testée par près d’une centaine de personnes dans les départements de l’Ariège et du Tarn, la plateforme devrait être commercialisée au cours de l’année 2019.

La dénutrition est le résultat d'apports nutritionnels insuffisants. Chez les personnes âgées, elle entraîne une diminution des capacités musculaires, accroît la baisse de mobilité et augmente les risques de chute, avec au final un impact sur la mortalité.

"Il s'agit d'un enjeu de santé publique. Une personne âgée sur deux qui est admise aux urgences l'est à cause de dénutrition", alerte Yann Ferrari directeur général de Winnov.

Cette startup de conseils en e-santé, créée en 2017, a développé le programme CDIET, une application qui permet de détecter la dénutrition chez les personnes âgées dépendantes, ainsi qu'un suivi diététique.

Un questionnaire numérique au préalable

Accessible via smartphone, tablette et ordinateur, la plateforme propose en premier lieu à la personne âgée de réaliser, en compagnie d'un aidant, un bilan diététique qui va faire état de sa situation nutritionnelle. Et en fonction des résultats de celui-ci, un suivi personnalisé est mis en place.

"Il s'agit d'un questionnaire où la taille, le poids, la taille, l'âge, les antécédents médicaux, le port de prothèses et les traitements en cours notamment, sont recensés. Les réponses sont ensuite envoyées à une diététicienne qui va les analyser et mettre en place le suivi", ajoute Yann Ferrari.

En cas d'état d'alerte, la diététicienne émet des recommandations nutritionnelles à l'aidant et un bilan sera refait tous les mois. Sinon, le contrôle aura lieu tous les trois à quatre mois.

"L'application CDIET permet également d'être en relation directe avec une diététicienne/nutritionniste ainsi que le médecin traitant, l'ouverture d'un dossier patient, de faire de la téléconsultation en direct ou l'envoi de prescriptions de compléments alimentaires par exemple", ajoute le dirigeant.

À la recherche d'un modèle économique

Cet outil a été testé durant plusieurs semaines par une centaine de personnes âgées via trois porteurs de repas et deux Spasad (service polyvalent d'aide et de soins à domicile) en Ariège, une Spasad dans le Tarn et des Ehpad de ces deux départements. La phase d'expérimentation arrive d'ailleurs à son terme.

"Les expérimentations ont été financées par les Conseils départementaux du Tarn et de l'Ariège. Quant à celles effectuées dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, nous les avons payées avec nos fonds propres", précise le DG de la startup.

Si l'outil numérique est donc prêt à la commercialisation, son prix de vente n'a pas encore été défini. Winnov est à la recherche d'un modèle économique pour CDIET et notamment de partenaires tels que les Ehpad ou encore les sociétés de portage de repas, qui "disposent déjà de la structure nécessaire."

"Le but est qu'il n'y ait pas de coût pour les utilisateurs et que ce soit pris en charge par les différentes organisations qui interviennent auprès des personnes âgées dépendantes. Nous sommes également en train de travailler avec les Conseils départementaux pour discuter d'un scénario où l'outil serait pris en charge par les collectivités territoriales", confie le co-fondateur.

200 000 euros pour développer des solutions numériques

Incubée à Foix, au sein de la pépinière d'entreprises Cap Bellissen, qui est elle-même installée dans l'Ehpad du même nom, la jeune pousse, dont l'activité principale est le conseil en e-santé auprès de professionnels, souhaite opérer une levée de fonds de l'ordre de 200 000 euros en 2019. Avec ces fonds, Winnov veut développer pleinement des solutions numériques de santé

"Par choix et jusqu'à présent, nous avons tout financé grâce à nos fonds propres. L'idéal serait de trouver un partenaire stratégique qui va lever des fonds et développer notre outil."

Winnov s'est par ailleurs déjà lancée dans de nouveaux projets. Elle est en train de mettre au point un dispositif "d'éducation thérapeutique pour les patients souffrant d'insuffisance cardiaque" qui devrait être opérationnel en septembre 2019, ainsi qu'un autre outil dans le domaine de la nutrition cette fois-ci, destiné aux personnes atteintes de pathologies spécifiques.

Pour assurer le bon développement de ces nouveaux projets, l'entreprise qui emploie pour le moment sept personnes, devrait embaucher trois nouveaux salariés afin de se renforcer au niveau technique et commercial "avant fin 2019".

Lire aussi : Charly, le robot autonome médical toulousain

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :