Pionnier de l'ARN messager, Flash Therapeutics lève 15 millions d'euros

Le Toulousain Flash Therapeutics a breveté dès 2015 une technologie de transfert à ARN messager qui a la particularité, par rapport aux produits de BioNTech ou de Moderna, d'être entièrement d'origine biologique. Une innovation qui pourrait bientôt être testée pour des vaccins ou soigner des maladies. En pleine croissance, la société lève 15 millions d'euros pour doubler en deux ans sa capacité de production et ses effectifs dans la Ville rose.

4 mn

Flash Therapeutics va doubler de taille d'ici à deux ans.
Flash Therapeutics va doubler de taille d'ici à deux ans. (Crédits : Flash Therapeutics)

C'est l'une des seules sociétés françaises à avoir développé une technologie à ARN messager. "Notre métier, c'est de développer et de produire des coques qui contiennent à l'intérieur du matériel génétique pour soigner des maladies. Ce matériel génétique cela peut être soit de l'ADN, par exemple, quand on veut soigner des maladies génétiques qui ont un déficit dans un gène. Et puis, nous avons breveté en 2015 une technologie pour mettre de l'ARN et avoir une expression transitoire du gène. Cette technologie est appropriée pour la vaccination notamment", décrit Pascale Bouillé, présidente de Flash Therapeutics. Un savoir-faire qui lui a valu de bénéficier d'une aide d'1,5 million d'euros de l'Etat dans le cadre du plan de relance pour développer des technologies à ARN messager contre la Covid-19.

Une méthode de production différente de BioNtech et Moderna

L'innovation de la société toulousaine a la particularité de reposer sur un procédé entièrement biologique.

"La différence entre la technologie ARN de Flash Therapeutics appelée LentiFlash et celle développée par BioNtech pour Pfizer ou de Moderna, c'est que nous sommes sur un procédé biologique de production. L'ARN qui est produit n'est pas synthétisée chimiquement mais produit par des cellules humaines. Nous avons pris la coque du virus HIV en lui enlevant tous ses gènes et en ne conservant que l'emballage qui est capable d'entrer dans les cellules humaines et de circuler dans le sang", explique la dirigeante.

L'avantage d'après la société est que l'ARN n'est pas détecté comme un corps étranger et ne risque donc pas de générer une réaction immunitaire ou une quelconque inflammation avec au final moins d'effets secondaires et potentiellement une meilleure efficacité. Une plateforme de production de cette technologie sera opérationnelle mi-2022.

Une foule d'applications médicales

L'innovation de Flash Therapeutics a déjà conquis le CHU de Toulouse qui va l'utiliser pour un essai clinique programmé en 2023 sur une maladie appelée le lymphoedème. Mais d'autres discussions sont en cours avec des partenaires industriels privés pour développer des essais cliniques. La société cherche à s'associer notamment avec des biotechs. "Notre métier n'est pas de développer des vaccins, c'est de développer des technologies pour que nos partenaires puissent mener des essais cliniques. Par exemple, BioNTech a produit pour Pfizer qui a mené les essais", poursuit Pascale Bouillé.

Au-delà de la vaccination contre la Covid-19, les technologies à ARN pourraient servir à des vaccins anti-cancer, anti-infectieux voire aussi à soigner des maladies. "Il existe beaucoup de maladies dans lesquelles le patient a des tissus endommagés localement. Lui redonner un boost en exprimant quelques gènes pendant un temps court suffirait à regénérés les tissus", ajoute-t-elle.

Doubler la production et les effectifs en deux ans

En pleine croissance, Flash Therapeutics vient d'annoncer un accord de financement de 15 millions d'euros sur trois ans avec Techlife Captial et Elaia Partners. "Nous voulons changer de dimension et devenir un leader de la bioproduction des technologies, antivirales à la fois en ADN et en ARN. Cette levée de fonds symbolise vraiment un changement de cap. Nous passons de la production de lots de recherches et de lots cliniques à petite échelle à un objectif de production à plus grande échelle dès 2023", affirme la fondatrice de l'entreprise.

Lire aussi 6 mnBiomédicament : Evotec investit 150 millions d'euros à Toulouse pour un site de production

Une première tranche de quatre millions d'euros versée en juillet dernier va permettre à la société de construire un atelier de production de lots cliniques de 800 m2 à Toulouse. Dans un deuxième temps, la surface de fabrication sera portée à 2.000 m2 à l'horizon 2023. En attendant, Flash Therapeutics dispose d'une plateforme pour produire des lots cliniques à Paris, au sein de l'hôpital Saint-Louis. En parallèle, la société veut doubler ses effectifs en deux ans, passant de 35 à 70 salariés avec des recrutements d'ingénieurs, de techniciens de production et de commerciaux. Son chiffre d'affaires qui a atteint deux millions d'euros en 2020 devrait progresser de 70% cette année.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.