Enedis déploie des exosquelettes dans le Sud-Ouest pour soulager les techniciens

 |  | 486 mots
Lecture 3 min.
L'exosquelette s'enfile comme un sac à dos et pèse à peine deux kilos.
L'exosquelette s'enfile comme un sac à dos et pèse à peine deux kilos. (Crédits : Rémi Benoit)
La startup tarbaise Human Mechanical Technologies a développé avec Enedis des exosquelettes pour limiter le poids porté par les techniciens qui interviennent sur les lignes sous tension. L'innovation commence à entrer en service cet été et équipera les quatre directions régionales du groupe dans le Sud-Ouest d'ici la fin de l'année. Découverte.

"C'est vraiment bien. Je ne sens pas l'équipement. J'ai fait la même opération hier sans l'exosquelette et on voit la différence", réagit à chaud Gilles Pando. Depuis dix ans, cet agent technique intervient sur les lignes sous tension de 20 000 volts (haute tension A). Afin de travailler en toute sécurité, les électriciens sont hissés par une nacelle et ils atteignent les lignes à l'aide d'une perche. Problème : cette activité les oblige à porter un poids important avec les bras.

enedis exosquelette

Les agents Enedis doivent porter des perches pour travailler en toute sécurité sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2020 à 14:37 :
Un exosquelette, c'est bien, ça répartit les poids et permet de porter plus. Mais... l'exosquelette à son propre poids, celui de son alimentation ! Il y a bien un moment où les articulations sont sollicitées. Un corps libre est certainement plus souple et plus réactif qu'un corps engoncé dans un carcan. A long terme l'utilisation de ces systèmes posera les mêmes problèmes que le port d'une ceinture, d'un corset de soutien du dos.
a écrit le 22/07/2020 à 10:46 :
D'un côté une minorité de salariés privilégiés que l'on dorlote afin de les exposer comme modèles dans les médias de masse, afin que leurs médias nous disent qu'ils sont formidable, visionnaires, humanistes même et de l'autre, une grosse majorité de salariés asservis en cdd, exploité quand ce n'est pas du travail détaché à savoir de l'esclavagisme humain.

Conseil aux journalistes, cette instrumentalisation que vous ne voyez pas parce qu'à l'école de journalisme on ne vous apprend pas à prendre de recul sur l'information, sinon ce serait des pans entiers de marges bénéficiaires des actionnaires qui s'effondreraient, vous font une très mauvaise publicité au sein de la population parce que ce que vous ne voyez pas nous le subissons de plein fouet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :