Comment Toulouse veut décrocher un institut universitaire d'intelligence d'artificielle

 |   |  689  mots
Le robot Ziggy a été présenté au public fin février à l'université Paul-Sabatier de Toulouse.
Le robot Ziggy a été présenté au public fin février à l'université Paul-Sabatier de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)
L'université fédérale de Toulouse a déposé le 28 septembre dernier un dossier de candidature auprès de l’Agence nationale de la recherche pour accueillir l'un des cinq instituts dédiés à l'intelligence artificielle suggérés par le député Cédric Villani. En compétition avec d'autres pôles universitaires français, Toulouse compte se distinguer par sa maîtrise de l'intelligence artificielle hybride, une autre logique que le pur deep learning prôné par les GAFA.

Toulouse n'a pas pu reconquérir l'Idex, parviendra-t-elle à décrocher son institut universitaire d'intelligence artificielle ? L'Université fédérale de Toulouse a déposé le 28 septembre dernier,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2018 à 20:06 :
"universitaire d'intelligence d'artificielle"
un d' en trop ?
"universitaire d'intelligence artificielle" plutôt ?
a écrit le 14/10/2018 à 17:06 :
"L' IA terme " à la mode, c'est du grand n'importe quoi ! Logiciels et algorithmes ne sont pas la panacée loin delà , prudence. Nous avons déjà un président/gouvernement artificiel sauf pour les taxes... méfiance. Je vous le confirme, les chiffres du PIB sont artificiels. À la rigueur, on s'en fout, par contre pas un mot sur la balance commerciale, qui fonce dans le noir après le rouge , et là... c'est plus que grave !
a écrit le 11/10/2018 à 11:29 :
Une photo de robot qui est incapable d'attacher ses lacets et ça y est on a notre sujet sur l'IA ! LE truc qui n'existe pas mais que l'on vend déjà.

Aliénant... -_-
Réponse de le 14/10/2018 à 17:27 :
Les bonimenteurs n'ont pas disparus ... y' en a de plus en plus, exemple Macron !
Réponse de le 14/10/2018 à 20:10 :
L'IA n'est pas censée faire apprendre à lacer ses lacets.
L'IA de reconnaissance de grains de beauté douteux, voire mélanome, elle n'a pas de pieds. :-) Elle se fait son expérience par analyse de données en quantités avec le résultat associé (sinon ne saurait pas ce qui est sain) et sait ensuite faire aussi bien voire mieux que les humains. C'est une aide, une assistance. Mais ne saura rien faire d'autre. Système super-expert mais monotâche.
Réponse de le 15/10/2018 à 19:36 :
"L'IA n'est pas censée faire apprendre à lacer ses lacets"

Heu c'est une blague cette phrase ?

Si vous savez ce que doit apprendre ou pas une IA c'est que vous ne parlez pas d'une IA, réfléchissez svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :