Disrupt Campus veut rapprocher le monde universitaire des entreprises à Toulouse

 |   |  494  mots
Les trois universités toulousaines prennent part au dispositif Disrupt Campus qui fait travailler des étudiants sur des projets soumis par des entreprises.
Les trois universités toulousaines prennent part au dispositif Disrupt Campus qui fait travailler des étudiants sur des projets soumis par des entreprises. (Crédits : Rémi Benoit)
Les trois universités toulousaines lancent cette année Disrupt Campus, un dispositif faisant travailler des étudiants sur des projets soumis par des entreprises. Six masters y prendront part dans un premier temps avec un budget de 900 000 euros sur deux ans.

Les universités toulousaines ont peut-être trouvé une solution pour resserrer les liens entre leurs étudiants et l'univers professionnel. À travers le module Disrupt Campus Toulouse, les entreprises pourront proposer leurs projets en faveur de leur transition numérique aux élèves.

Ce dispositif est le résultat d'un appel à projet national du ministère de l'Économie et des finances et du ministère de l'Enseignement supérieur. 17 projets ont été sélectionnés dans toute la France, dont celui porté par les trois universités de la Ville rose (Toulouse 1 Capitole, Jean-Jaurès et Paul-Sabatier).

"Ce projet à le mérite de montrer que les trois universités sont capables de travailler ensemble", se réjouit Corinne Mascala, la présidente de l'Université Toulouse 1 Capitole. Il va faire collaborer des étudiants de disciplines différentes avec des entreprises. Il permet d'expérimenter des nouveaux modes de formations, basé sur l'apprentissage et l'entrepreneuriat. Et puis il montre le savoir-faire que les étudiants peuvent mettre à disposition des entreprises."

"Ce dispositif montre la complémentarité entre les différentes discipline. On est sur un exemple concret où chaque discipline va porter sa spécialité", ajoute Hervé Luga, enseignant-chercheur à l'Université Jean-Jaurès.

Entre 50 et 70 places

Des étudiants volontaires travailleront "en mode startup" par groupes de trois à huit sur les projets proposés par des entreprises. Ces projets, qu'ils choisiront en fonction de leurs compétences, remplaceront les projets tutorés qui existent déjà.

Pour l'année de lancement, entre 50 et 70 élèves pourront prendre part à Disrupt Campus. Ils seront issus de six masters : droit du numérique à l'université Toulouse 1 Capitole, sociologie des organisations et de l'action publique pour l'université Jean-Jaurès, et développement logiciel de l'université Paul Sabatier...

Après une phase de rodage, les universités prévoient d'ouvrir le dispositif à onze cursus au total dès l'année prochaine. Disrupt Campus Toulouse est soutenu par le programme d'investissements d'avenir hauteur de 900 000 euros pendant deux ans. Le dispositif devra ensuite pouvoir être financé par des entreprises partenaires.

Pas de condition d'accès pour les entreprises

Il n'y a pas de conditions particulières pour les entreprises qui veulent bénéficier du dispositif. Ronan Tournier, vice-président du numérique à l'Université Toulouse Capitole explique cependant viser "principalement les petites entreprises qui n'ont pas les moyens de former des groupes de réflexion. Mais on accueille aussi les grandes entreprises". La première société à avoir soumis un projet est Reliefdoc, une petite imprimerie basée à Balma.

"C'est le sujet même de la transition numérique qui m'a intéressé. Il nous manque un planning d'organisation capable d'intégrer les tâches urgentes, leur durée d'exécution, l'envoi de messages aux clients pour les informer du suivi de leur commande", explique Arnaud Prouvost, PDG de Reliefdoc.

Les projets candidats au Disrupt Campus ne devraient pas manquer. Parmi les partenaires du dispositif, figure notamment Aerospace Valley qui compte plus de 500 PME dans ses rangs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :