Comat se lance dans la propulsion électrique pour les petits satellites

 |   |  575  mots
Comat a investi dans des salles blanches pour tester sa technologie.
Comat a investi dans des salles blanches pour tester sa technologie. (Crédits : Rémi Benoit)
PME du spatial fondée il y a plus de 40 ans, Comat s'apprête à créer sa startup pour commercialiser d'ici 2020 un système de propulsion électrique à destination des micro et nanosatellites. Avec cette nouvelle technologie, elle part à la conquête des acteurs du New Space à l'image de SpaceX.

Dernièrement l'entreprise Comat avait surtout fait parler d'elle pour sa participation aux expériences menées par l'astronaute Thomas Pesquet sur l'ISS dans le cadre de la mission Proxima. La société de 90 salariés fondée en 1977 se lance actuellement dans un nouveau challenge : un système de propulsion électrique pour répondre au marché des nanosatellites (de 50 à 150 kg) et microsatellites (plus de 150 kg).

Un design low-cost pour cibler les nouveaux acteurs du spatial

"Pour cette technologie low-cost, l'architecture système est vraiment simplifiée : plus de réservoir de carburant puisque nous faisons de la propulsion solide, plus de tuyaux ou de vannes. Cela permet d'important gains de masse et de volume. Au final le moteur, pèse moins d'un kilo, c'est deux fois moins que la concurrence. Cela réduit forcément les coûts aussi de moitié", décrit Ludovic Daudois, directeur général de Comat.

Autre avantage de cette technologie baptisée Plasma Jet Pack, "le moteur est plug and play". Autrement dit, comme le carburant est solide, plus besoin de mettre des réservoirs sous pression dans la phase de tests, il suffit de fixer le moteur à la plateforme du satellite.

Avec ce nouveau...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :