Airbus Group lance un fonds d'investissement de 150 millions de dollars dans la Silicon Valley

 |   |  533  mots
Tom Enders, PDG d'Airbus Group.
Tom Enders, PDG d'Airbus Group. (Crédits : Rémi Benoit)
Le groupe aéronautique vient d'annoncer la création d'Airbus Group Ventures, un fonds de capital-risque doté de 150 millions de dollars. Dans le même temps, un centre d'innovation va ouvrir dans les prochains jours au cœur de la Silicon Valley, aux États-Unis. Il sera dirigé par Paul Eremenko, un ancien de Google qui a travaillé sur le développement du smartphone en kit.

Deux mois et demi après le lancement du Bizlab, Airbus poursuit son rapprochement avec l'univers des startups. Le constructeur aéronautique a annoncé la création d'Airbus Group Ventures, un fonds d'investissement doté de 150 millions de dollars. Dans la foulée, un centre d'innovation technologique et commercial va ouvrir ses portes dans les prochains jours aux États-Unis, dans la Silicon Valley.

"Des milliers et des milliers de données à exploiter"

Le groupe précise que contrairement à l'accélérateur de startups Airbus Bizlab (basé à Toulouse), les entreprises sélectionnées ne seront pas hébergées au sein du centre d'innovation pour y suivre un programme d'accompagnement. En revanche, l'avionneur apportera des fonds pour tester les technologies jugées prometteuses, et surtout, dont il pourra se servir. À l'heure de la révolution numérique, le groupe se retrouve en effet face à des défis de taille, et recherche des solutions innovantes :

"Nous avons des milliers et des milliers de données et nous ne savons pas encore comment les exploiter. L'impression 3D et la réalité virtuelle sont déjà là mais avant de généraliser une technologie à l'échelle du groupe, il faut être sûr de son efficacité. C'est pour cette raison que nous avons besoin d'un lieu où tester les différentes solutions possibles. Le groupe dispose de services de R&D mais une structure plus légère, type startup, permet d'aller plus vite dans le développement de l'innovation", explique-t-on du côté d'Airbus group.

L'avionneur explique aussi avoir été influencé par le succès de Space X. Créée en 2002, cette startup a réussi en quelques années à s'imposer sur le marché des fabricants de fusées et elle fait aujourd'hui de l'ombre à Arianespace.

Le spécialiste du smartphone en kit

En disposant d'une structure sur place, dans la Silicon Valley, Airbus veut "être identifié" au sein de l'écosystème californien et "ne pas passer à côté du marché du numérique." Airbus s'intéresse en particulier de très près aux Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) et étudie une manière de nouer avec elles des collaborations. Dans cette optique, un directeur du programme de la digitalisation, Frédéric Sutter, a été nommé le 6 mai dernier. Fin avril l'ensemble du comité exécutif (dont Tom Enders, le PDG d'Airbus group et Fabrice Brégier, PDG d'Airbus) s'est également rendu dans la Silicon Valley pour rencontrer des patrons de grandes entreprises du numérique, comme Google. Dans la même logique, Paul Eremenko en charge de l'ingénierie chez Google a été nommé PDG du centre d'innovation (Airbus Group Silicon valley business innovation center). Âgé de 35 ans, il a notamment dirigé le développement du projet Ara qui vise à commercialiser le smartphone modulaire, "à construire soi-même à partir d'un kit de différents éléments au choix".

Le fonds d'investissement Airbus Group Ventures sera lui dirigé par Tim Dombrowski, chargé jusqu'ici du développement du portefeuille d'entreprises du fonds Andreessen Horowitz. Paul Eremenko et Tim Dombrowski seront tous les deux sous la responsabilité de Tom Enders, PDG d'Airbus Group. L'avionneur envisage d'exporter ce modèle dans d'autres villes en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :