Nouvelle visite à Toulouse d'Elisabeth Borne, la ministre des Transports

 |   |  980  mots
La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a inauguré dans les locaux de l'Enac une volière de drones, un outil unique en ce genre.
La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a inauguré dans les locaux de l'Enac une volière de drones, un outil unique en ce genre. (Crédits : Rémi Benoit)
Evoquer les dossiers majeurs du transport, échanger avec les élus locaux et la population. Tels sont les objectifs d'Elisabeth Borne en visite jeudi 17 mai à Toulouse. Tout comme une vingtaine de ses collègues ministres, aujourd'hui en France, la ministre des Transports a fait le déplacement dans le cadre des "rencontres du gouvernement". Avant d'échanger avec la population lors d'un débat public dans la soirée, elle s'est rendue dans la matinée à l'ENAC pour inaugurer une volière de drones.

C'est le deuxième déplacement à Toulouse pour Élisabeth Borne en tant que ministre des Transports ce jeudi 17 mai. Après avoir inauguré la 4G dans le métro toulousain en novembre dernier, l'ancienne dirigeante de la RATP s'est rendue sur le site de l'ENAC (École nationale de l'aviation civile), pour inaugurer une volière de drones. Surnommé Volière de drones Toulouse Occitanie, cet équipement est rare puisque qu'il en existe seulement quatre en Europe, dont un à Marseille. Son coût avoisine 1,2 million d'euros, financés à 50 % par l'État, 25% par la Région Occitanie et 25 % par Toulouse Métropole, dans le cadre des Contrats État-Région.

Lire aussi : L'Enac fait construire à Toulouse une "volière drones"

"Cet outil de travail original qui marchera avec un modèle semblable aux FabLabs sera un lieu d'accueil et d'échanges avec les laboratoires et entreprises locales, nationales, européennes et internationales. Elle sera un nouveau levier de rayonnement pour Toulouse Métropole et la Région Occitanie, pionnière de la recherche et de l'innovation dans l'aéronautique. Cette volière sera un très bel outil au service du partage de la connaissance qui permettra d'organiser des démonstrations destinées aux professionnels et au grand public et ainsi diffuser plus largement les savoirs et savoir-faire dans ce domaine", a réagi la ministre Élisabeth Borne, avant que les dirigeants de l'école ne lui offrent un mini-drone télécommandé conçue par l'ENAC en cadeau de bienvenue.

Élisabeth Borne à l'ENAC

C'est le quatrième équipement similaire dans toute l'Europe. / Crédits Rémi Benoit.

Ce nouvel espace va permettre de réaliser des études sur les vols autonomes des drones grâce aux 16 caméras OptiTrack installées sur la structure, mais aussi de travailler sur la détection de panne, l'évitement d'obstacles et de personnes, sur le vol coopératif (à plusieurs drones) et sur la cybersécurité à savoir sur la récolte des données opérée par un drone.

"La volière va être un véritable accélérateur dans notre processus de recherche et de développement. Son installation sur le site va même engendrer une embauche d'un ingénieur qui fera vivre au quotidien cet équipement en accueillant notamment les différentes équipes de chercheurs et entreprises qui s'y rendront. L'objectif final de cette démarche est bien évidemment de permettre l'acceptabilité dans l'espace aérien de cette technologie", explique Yannick Jestin, responsable du programme drone de l'Enac et titulaire d'une chaire (section de recherche, ndlr) sur le sujet.

En effet, l'ENAC est un acteur de premier plan dans le développement de la filière drone en France. C'est ici qu'a été créée en juin 2015 la première chaire de recherche et d'enseignement en Europe dédiée à l'insertion des drones dans l'espace aérien en collaboration avec des industriels de premier plan. Plus récemment, l'école vient d'ouvrir le premier master spécialisé européen dans l'exploitation et l'utilisation du drone qui formera des experts de haut niveau.

Visite des chaines d'assemblage des moteurs des avions Airbus

Après cette inauguration, Élisabeth Borne était attendue pour un déjeuner puis une réunion de travail avec les élus locaux à la préfecture de Toulouse pour aborder la question de la LGV Toulouse-Bordeaux et de l'autoroute Toulouse-Castres. En effet, en début de semaine, lors d'une audition au Sénat, la ministre a réaffirmé sa volonté d'enclencher les travaux de ce projet autoroutier vu comme prioritaire par la majorité des élus du Tarn. L'objectif d'une telle infrastructure routière étant de relier le bassin d'emplois et d'activités Castres-Mazamet à l'agglomération toulousaine.

Une fois ces deux réunions (non ouvertes à la presse) terminées, la ministre des Transports s'est rendue sur le site d'assemblage des moteurs A320,
A330 et A380 de l'entreprise Safran à Colomiers, dans l'agglomération toulousaine. L'entreprise qui dispose d'un site de 18 000 m2 sur place conçoit également les réacteurs du Boeing B737 Max.

Élisabeth Borne à Safran

La ministre s'est rendue à Safran sur leur site basé à Colomiers. / Crédits Rémi Benoit

Mais les moteurs assemblés dans cette usine sont le fruit d'une collaboration industrielle entre Safran et General Electric à parts égales au sein de la filiale CFMI. Aujourd'hui, l'association tourne à plein régime.

"Désormais, notre challenge industriel est d'augmenter nos cadences de production. Nous souhaitons être à 2000 moteurs fabriqués chaque année à partir de 2020", lance Cédric Goubet, PDG de la filiale Safran Nacelles qui est un acteur majeur de la coopération entre les deux industriels.

Élisabeth Borne à Safran

La ministre a également rencontré certains salariés de l'entreprise./ Crédits Rémi Benoit

Opération communication

Après une visite de près de deux heures chez ce géant de l'industrie aéronautique, Élisabeth Borne a tenu dans la soirée une réunion publique pour répondre aux questions des Toulousains un an après l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, dans le cadre des Rencontres du Gouvernement. En effet, une vingtaine de ministres dans toute la France dont trois en Occitanie (le ministre de l'économie Bruno Le Maire dans le Gers, la ministre de l'égalité Marlène Schiappa dans l'Hérault et donc Élisabeth Borne à Toulouse) se sont prêtés à ce qui s'apparente à une grande opération de communication.

Élisabeth Borne à Safran

Plus de 110 personnes étaient présentes pour échanger avec la ministre des Transports à la préfecture de Toulouse dans la soirée. / Crédits Pierrick Merlet

Ainsi, de 18h45 à 21h15, une centaine de participants présents à la préfecture de Toulouse pour ce rendez-vous ont interrogé la ministre bien évidemment sur les transports, mais aussi sur la hausse de la CSG, l'agriculture et la réforme de la SNCF notamment. Le sujet de la troisième ligne de métro à Toulouse et du placement de la station des Sept-Deniers a également été abordé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :