En juillet, Toulouse sera la capitale mondiale des FabLabs

 |   |  601  mots
Les membres des Fablabs du monde entier vont se retrouver à Toulouse.
Les membres des Fablabs du monde entier vont se retrouver à Toulouse. (Crédits : Quentin Chevrier)
La Ville rose va accueillir du 16 au 22 juillet prochain le congrès international des FabLabs, le FAB 14. Ainsi pendant une semaine, des représentants des 1 200 FabLabs du monde entier seront réunis pour échanger, réfléchir et expérimenter ensemble. Les domaines de l’alimentation, de la mobilité et de l’économie seront notamment abordés avec comme thème central la résilience.

En France, le premier FabLab a vu le jour à Toulouse au cours de l'année 2009. Ce n'est donc pas un hasard si la Ville rose a été retenue pour accueillir du 16 au 22 juillet prochain la 14ème édition de la conférence internationale du réseau des FabLabs, Fab14, après Santiago (Chili) l'année dernière. Cet événement va rassembler plusieurs centaines d'entreprises, des makers et des représentants des 1200 FabLabs du monde entier. Ces lieux ouverts au public mettant à la disposition de ce dernier des machines et outils numériques utilisés pour la conception et la réalisation d'objets en tout genre, sont en pleine expansion en France. La région Occitanie en compte environ une quarantaine déjà.

"L'idée du FAB14 est de rassembler et fédérer toutes les initiatives innovantes afin de faire émerger de cet événement une solution dans les domaines qui seront évoqués. Ainsi à Toulouse, il sera question d'accessibilité aux données, de mobilité connectée, de machines, d'économie ou encore d'alimentation, avec un thème central à savoir la résilience (capacité à encaisser et à s'adapter aux évolutions, ndlr). Dans une société comme la nôtre qui change en permanence, nous devons être beaucoup plus résilients pour avoir une société plus stable et il faudra déterminer comment les FabLabs peuvent y contribuer", explique Nicolas Lassabe, le président d'Artilect, premier FabLab né en France et coorganisateur de l'événement avec la Fab Foudation et le Center for Bits and Atoms du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Ainsi pendant cinq jours, au centre de congrès de Toulouse Pierre Baudis, les centaines de participants échangeront lors de conférences, keynotes et workshops, en présence des équipes d'entreprises comme Airbus, Thales, Castorama, Renault, Continental, ou Enedis. Une maquette géante permettra d'exposer les innovations qui ressortent des échanges et expérimentations diverses. Il est également prévu que des voitures autonomes de Renault et des drones d'Airbus y soient installés. Un Super Lab avec des dizaines de machines à commande numérique comme les imprimantes 3D est également prévu.

FAB 14

Lors de l'édition précédente à Santiago, un Super Lab avait également été organisé (voir photo)./ Crédits : Kaleb Cárdenas.

Deux événements satellites

En amont de ce congrès professionnel, qui se veut accessible au grand public, un rendez-vous préparatoire se déroulera dans sept villes de France, sous le nom de Fab Distributed, les 14 et 15 juillet. Seront donc abordés l'énergie à Cahors, l'agriculture à Albi, l'économie à Perpignan, la mobilité au Puy-En-Velay, l'éducation à Bataville, la science et la recherche à Saclay et l'écologie à Auray.

"À travers le Fab Distributed, l'objectif est de faire partout en France des petits groupes de travail composés d'experts, makers et membres du réseau FabLab du monde entier. Ces petits groupes devront réfléchir à des idées et solutions en lien avec les problématiques soulevées concernant leur thème de réflexion. Après ce travail de groupe, ils se rendront tous à Toulouse pour le Fab 14 afin de présenter et partager leurs propositions", raconte Alexandre Rousselet, coordinateur du Réseau Français des FabLabs qui organise ce rendez-vous préparatoire.

Pour clôturer ce rendez-vous international, 16 000 visiteurs sont attendus les samedi 21 et dimanche 22 juillet lors du Fab Festival. Gratuit et à destination du grand public, cet événement permettra aux intéressés de rencontrer les membres de la communauté des FabLabs, ou bien de tester des inventions créées dans les FabLabs et prendre en main les machines à commande numérique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2018 à 14:09 :
Quand les premières imprimantes 3D sont apparues dans le commerce, car l'invention existant déjà depuis 1984, la première chose que j'ai écrits c'est que ça ne devrait pas plaire aux propriétaires d'outils de production qui vont tout faire pour freiner cette pourtant si extraordinaire technologie et c'est exactement ce qu'il s'est passé puisque de l'économie d'imprimante 3D nous n'en voyons point.

Merci à tout ceux qui résistent à la pensée unique sous toutes ses formes que ce soient, parce qu'il n'y ai pas d'imprimante 3D en 2018 dans toutes les écoles est tout simplement scandaleux mais la compromission totale de nos politiciens avec les possédants ne pouvant que mener à cette désastreuse mentalité politico-financière.

"Les « fab labs » ouvrent l’ère du bricolage numérique: Demain, des usines dans nos salons" https://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/BLANC/47868 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :