À Jazz in Marciac, artistes et élus lancent un manifeste pour la COP21

 |   |  382  mots
Tous les artistes présents au festivals Jazz in Marciac pourront signer le texte.
Tous les artistes présents au festivals Jazz in Marciac pourront signer le texte. (Crédits : Francis Vernhet)
L'entreprise gersoise Ecocert profite du Festival Jazz in Marciac pour organiser ce lundi 3 août une conférence sur le climat. Artistes, élus, chercheurs et festivaliers seront invités à signer un manifeste demandant une meilleure valorisation des initiatives positives et/ou locales pour lutter contre le réchauffement climatique.

Pendant trois semaines, la petite commune de Marciac dans le Gers devient la capitale du jazz. Au-delà des dizaines de concerts, le festival profite de l'événement pour organiser chaque année une conférence sur les questions environnementales. Alors que Paris accueillera au mois de décembre la conférence mondiale sur le climat (COP21), l'organisme de certification gersois Ecocert (présidé par William Vidal) lance en partenariat avec le festival un après-midi de débats lundi 3 août intitulée "Le Climat, c'est dans notre culture. En route pour la COP21". Dès 14h, des experts dresseront un état des lieux du réchauffement climatique, à l'image du Toulousain Serge Planton, responsable du groupe de recherches climatiques de Météo France et qui a contribué au dernier rapport du Giec. Des présentations sur les territoires et les bâtiments à énergie positive sont également prévues en présence d'acteurs locaux.

Un manifeste remis au ministère de l'Écologie

Cette journée sera surtout ponctuée par la signature d'un manifeste sur le climat.

"Aujourd'hui, plus personne ne peut contester l'impact de l'homme sur le réchauffement climatique. Mais nous souhaitons demander via ce manifeste une meilleure valorisation dans les flux économiques des externalités positives, des initiatives qui vont dans le bon sens en matière d'environnement. Il faut aussi une meilleure reconnaissance des initiatives locales qui peuvent avoir beaucoup d'impact", avance Philippe Thomazo, le directeur d'Ecocert.

Les initiateurs souhaitent via ce manifeste "faire le lien entre le monde culturel et la question climatique, allier biodiversité et diversité culturelle". Le pianiste cubain Roberto Fonseca, l'une des têtes d'affiche du festival, sera l'un des premiers signataires du texte de deux pages. Les autres artistes seront invités à en faire de même avant de monter sur scène. Les festivaliers pourront aussi s'engager en faveur du manifeste. D'autres personnalités du monde politique à l'image de Philippe Martin l'ancien ministre et président du Conseil départemental du Gers ou le Premier ministre Manuel Valls (en visite dans le Gers ce mercredi 29 juillet) ont prévu également d'apposer leur signature.

Ce manifeste sera complété par un second texte à la rentrée. Ces deux textes seront remis le 20 octobre prochain à Paris au ministère de l'Écologie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :