COP21 : pourquoi TSE défend la création d'un marché mondial du CO2

 |   |  849  mots
Christian Gollier, directeur de TSE, explique pourquoi il souhaite un prix mondial du carbone
Christian Gollier, directeur de TSE, explique pourquoi il souhaite un "prix mondial du carbone" (Crédits : Rémi Benoit)
Appliquer le principe du "pollueur-payeur". C'est dans cet objectif que la Toulouse School of Economics (TSE) et la chaire Économie du climat de l'Université Paris-Dauphine viennent de lancer un appel commun pour instaurer un prix mondial unique pour le carbone, à l'occasion de la COP21, en décembre prochain. Christian Gollier, directeur de TSE, est un fervent défenseur de ce système qui permettrait selon lui de responsabiliser les entreprises. Interview.

À cinq mois du coup d'envoi de la COP21, 38 économistes viennent de signer l'appel pour "un accord ambitieux et crédible sur le climat" parmi lesquels figurent des économistes reconnus dans le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :