Comment Midica et Urby participent au décongestionnement de Toulouse

 |   |  725  mots
Dorénavant, un seul camion Urby, contre une quinzaine auparavant alimente quotidiennement le magasin Midica.
Dorénavant, un seul camion Urby, contre une quinzaine auparavant alimente quotidiennement le magasin Midica. (Crédits : Rémi Benoit)
L'enseigne de décoration et ameublement, Midica, a décidé de lutter en faveur d'un centre-ville moins congestionné à Toulouse. En coopération avec le spécialiste de la logistique urbaine, Urby, le magasin a mis en place un nouveau schéma de livraison où il n'est alimenté qu'une seule fois par jour. Fini donc le défilé de camions de livraison devant le magasin, place Esquirol. Explications.

"Tous les jours du lundi au vendredi nous avions une quinzaine de camions qui se présentaient entre 7h et 12h pour nous livrer un certain nombre de palettes", lance Laurent Dordain, directeur des actifs du groupe Midica. Afin d'agir contre la congestion du centre-ville, Midica a noué un partenariat avec Urby Toulouse, filiale de La Poste spécialisée dans les solutions de logistique urbaine innovantes et durables. Depuis fin septembre 2019, l'enseigne historique spécialisée dans la décoration et l'ameublement, n'est livrée qu'une seule fois par jour (le matin). Cette amélioration du processus a été présentée, mardi 17 décembre dans son nouveau restaurant Gigiland, inauguré en novembre.

"Nous avons souhaité que Midica participe à l'attractivité du centre-ville de Toulouse. Nous faisons arriver des marchandises en camion donc nous avons un impact en dehors de nos murs. Il fallait que cela devienne notre préoccupation", commente Olivier Garrigou, directeur général du groupe Midica.

Ce nouveau schéma de livraison a également pour objectif d'améliorer la qualité de l'air et diminuer les nuisances sonores causées par les nombreux va-et-vient de véhicules transportant des marchandises.

"Le système précédent n'était pas efficace car de grands camions destinés à faire de longs trajets à une vitesse stable faisaient des start and go permanents pour dépoter des petits bouts de livraison à gauche et à droite, ce qui est la pire utilisation qu'on puisse en faire", ajoute le petit fils de Marcel Garrigou, fondateur de Midica en 1946.

Lire aussi : Midica ouvre un restaurant de 300 m2 au dernier étage de son magasin

Des camions au GNV

Comment cette livraison mutualisée fonctionne-t-elle ? Tous les colis destinés à alimenter les stocks de Midica sont réceptionnés au sein du centre de diffusion mutualisé (CDM) d'Urby situé à Fondeyre, à quatre kilomètres de la place du Capitole. Ils sont ensuite rassemblés et organisés avant d'être livrés au magasin en un seul voyage, à bord d'un poids lourd de 12 tonnes ou de véhicules légers au gaz naturel. Le service est facturé une dizaine d'euros par palette de marchandise.

"Les palettes que nous livrons à Midica sont confectionnées en fonction des étages où les produits seront exposés", précise Alain Baret, directeur général d'Urby Toulouse.

"Avant, nous ne savions pas ce que nous allions recevoir, quel jour, ce qui n'est pas idéal pour l'organisation. L'avantage est que nous savons désormais ce que nous allons réceptionner la veille pour le lendemain mais aussi pour les Toulousains qui voient leur centre-ville moins encombré. De plus, le camion qui nous livre ne repart pas sans rien car il récupère les palettes vides de la veille", ajoute Laurent Dordain.

À terme, le groupe Midica souhaite voir ce système se généraliser, afin de ne "plus voir de véhicule lourd en ville".

Lire aussi : Midica investit 4 millions d'euros pour repenser son magasin de Toulouse

Des déchets recyclés

Outre la gestion de la livraison, Urby Toulouse s'occupe également des cartons, plastiques et autres déchets issus de l'entreprise familiale. Depuis décembre 2018, ces ordures sont ramassées tous les jours, entre 17h et 18h, et transportées par Urby jusqu'à des centres de recyclage par un véhicule léger roulant au gaz naturel.

"Avant, nous faisions comme tout le monde. C'est-à-dire qu'on les mettait sur la voie publique, place Esquirol, et la collecte des ordures ménagères de Toulouse Métropole les amenait à l'incinération. Aujourd'hui, nous payons cette solution 128 euros par jour mais nos déchets sont triés et recyclés et un service est rendu à la ville", précise Olivier Garrigou.

Implantée à Toulouse depuis septembre 2018, l'entreprise Urby propose différents services tels que la livraison du dernier kilomètre ou l'enlèvement de marchandises. En janvier 2020, le spécialiste de la logistique urbaine va inaugurer son second local, dans l'hyper-centre de Toulouse, rue Kennedy. Cet espace équipé d'une chambre froide servira, entre autres, d'espace de conciergerie aux produits frais de la future marketplace de l'emblématique marché Victor Hugo. Les utilisateurs pourront directement y récupérer leurs achats ou être livrés à domicile par des véhicules électriques (vélos, deux roues, etc).

Lire aussi : Logistique urbaine : Toulouse va se doter d'une immense plateforme

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :