Midica investit 4 millions d'euros pour repenser son magasin de Toulouse

 |   |  761  mots
Midica aura bientôt son restaurant au dernier étage du magasin.
Midica aura bientôt son restaurant au dernier étage du magasin. (Crédits : Midica)
Midica, le magasin toulousain spécialisé dans la décoration d'intérieur, a entièrement réaménagé ses 5 000 m2 de surface de vente. Face à un centre-ville gagné par les enseignes internationales, le magasin fait peau neuve et tente de s'adapter aux nouvelles demandes des consommateurs. La holding Gefiroga, qui détient Midica, vient aussi d'annoncer l'ouverture prochaine d'une septième enseigne Intersport dans la région.

Fondé à Toulouse en 1946, Midica s'appelait, à l'origine, Midi Caoutchouc et, comme son nom l'indique, commercialisait essentiellement des produits en caoutchouc. Aujourd'hui, bien connue des Toulousains pour sa large offre d'articles d'intérieur, l'enseigne a décidé de réinventer son magasin pour un montant total de 4 millions d'euros. Au programme, entre autres : un univers enfant, une organisation plus claire, un parcours client simplifié grâce à un fléchage et la nouveauté principale, un restaurant au dernier étage. Une restructuration profonde qui s'inscrit dans l'histoire de l'enseigne.

"Midica a toujours évolué, on a oublié qu'il y a 30 ans il y avait des planches, des tondeuses et des tronçonneuses en vente ici. Les travaux d'aujourd'hui entrent dans cette volonté de changer pour être au plus proche des besoins et des modes de vie de nos clients, c'est-à-dire être un lieu tendance, à la mode et qui est une source d'inspiration", explique Olivier Garrigou, directeur général de la holding Gefiroga, depuis 2017, et petit-fils du fondateur de Midica.

L'enseigne qui emploie environ 110 personnes, a surtout dû se repenser pour contrer la concurrence internationale présente dans l'hypercentre de Toulouse. En effet, situé place Esquirol, Midica a vu différentes enseignes internationales de décoration d'intérieur faire leurs apparitions comme Hema, à quelques centaines de mètres de là ou encore Sostrene Grene, en 2018. Et, le magasin n'est pas à l'abri de l'ouverture d'un Ikea en centre-ville, comme ça a été fait à Paris, en mai dernier.

"Nous n'avons pas de crainte vis-à-vis d'Ikea. Si on en avait, on aurait déjà arrêté. Notre différence majeure avec les enseignes internationales c'est que nous sommes le dernier grand magasin indépendant de décoration de France et que nous choisissons nos articles spécialement pour les Toulousains", expose Olivier Garrigou.

Un espace déco enfant a été ajouté au magasin

Midica a créé un espace déco pour les enfants (Crédits : Midica).

Midica se réinvente jusqu'à ses déchets

Le magasin d'une surface de vente de 5 000 m2, répartie sur cinq niveaux, subit des travaux depuis six mois. Midica est ouvert tout au long des différents aménagements. Seul le 4ème et dernier étage n'est pas accessible, il le sera début novembre. C'est ici, sur 300 m2, que se tiendront le restaurant et l'espace détente.

"C'est un tout nouveau concept. Les gens pourront venir y manger à toute heure de la journée, sur les heures d'ouverture du magasin, de 9h30 à 19h30. Nous avons fait appel à deux prestataires extérieurs, des Toulousaines, pour le gérer", révèle le directeur général de la holding Gefiroga.

Côté vente, le magasin conserve ses 25 000 références dont 3 000 seront renouvelées tous les mois. De nombreux produits qui impliquent beaucoup de déchets. Des centaines de palettes et des milliers de plastiques qu'il faut prendre en charge. "Pour éviter de les mettre sur la place Esquirol, nous avons fait un partenariat avec La Poste. Avec un seul passage par jour, tous les déchets sont récupérés par un camion et ensuite triés et recyclés, au lieu de partir avec les ordures ménagères", explique Olivier Garrigou. L'enseigne affirme être le premier magasin de Toulouse à ne poser aucun déchet dehors.

Pas d'ouverture de nouveau Midica en vue

Avec 19 millions de chiffre d'affaires en 2018, 20 millions espérés en 2020 et près de 5 000 clients par jour, Midica a su, au fil du temps, se faire une place dans le paysage toulousain jusqu'à devenir une véritable enseigne historique. Une place que le directeur général de la holding Gefiroga souhaite conserver.

"Nous voulons accompagner les Toulousains, ici, pour encore longtemps. Nous pourrions ouvrir d'autres magasins mais notre priorité c'est de satisfaire les clients de celui-ci", estime Olivier Garrigou.

En août 2006, le groupe avait dû fermer leur deuxième magasin Midica. D'une surface de 3500 m2, il était placé au sein du centre commercial Labège2 depuis 23 ans. Les 60 salariés qu'il employait avaient été reclassés. Depuis, aucune ouverture d'un autre Midica a été réalisée. En revanche, la holding Gefiroga qui possède, dans la région, six magasins Intersport et une enseigne de prêt-à-porter, Blackstore, à Montauban, compte ouvrir deux nouveaux magasins sous ces marques. Leur septième Intersport vient de voir le jour à Blagnac et leur deuxième Blackstore prendra place à Albi, à la rentrée.

Suite aux travaux, Midica compte faire une dizaine de recrutements avant la fin de l'année dans le secteur de la vente et de l'accueil. 11 personnes seront aussi recrutées pour le futur restaurant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :