Élaborée par des citoyens, la "loi Alimentation" de l'Occitanie va entrer en vigueur

 |   |  699  mots
Environ 100 000 personnes ont participé à la concertation citoyenne organisée par la Région sur l'alimentation.
Environ 100 000 personnes ont participé à la concertation citoyenne organisée par la Région sur l'alimentation.
Après une concertation citoyenne qui a rassemblé environ 100 000 participants, la Région Occitanie va adopter jeudi 20 décembre en assemblée plénière son grand plan Alimentation. Composé de dix mesures, il doit permettre de soutenir la filière agroalimentaire régionale qui est le premier secteur d'emplois dans la région.

À l'heure où une tranche de la population demande une meilleure écoute et représentativité à ses élus, c'est une initiative dans l'air du temps. Faisant de l'alimentation la grande cause régionale 2018, la Région Occitanie a lancé une très grande concertation citoyenne dans l'optique de faire voter un grand Plan Alimentation en fin d'année. Objectif ? Soutenir le premier secteur employeur de la région avec 164 000 emplois pour 82 515 exploitations et 1 990 entreprises agroalimentaires. L'ensemble réalise ainsi pas moins de 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuellement.

Dans un premier temps, entre avril et septembre, environ 55 000 personnes ont répondu à un questionnaire sur leurs attentes et modes de consommation. Par la suite, une votation citoyenne a été organisée sur les mesures à insérer ou non dans ce Plan Alimentation entre la mi-octobre et la mi-novembre au cours de laquelle 45 000 personnes se sont prononcées. Pour dévoiler le contenu du plan, la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, a choisi le premier jour du salon Régal (Rencontres gustatives, agricoles et ludiques), jeudi 13 décembre. Cet événement qui s'est déroulé au parc des expositions de Toulouse, a mis en avant pendant trois jours divers produits conçus localement.

"Nous allons mettre en place des contrats de transition durable pour encourager la diminution de l'utilisation de pesticides et de traitements phytosanitaires notamment. Ces contrats, qui s'étaleront sur plusieurs années, permettront aux agriculteurs de bénéficier de conseils et d'un soutien financier", a fait savoir l'élue régionale lors de sa venue au salon sachant que lors de la votation 74% des participants prônaient un meilleur soutien aux agriculteurs dans leur volonté de modifier leurs pratiques.

La présidente de Région a également l'intention d'accompagner financièrement les élevages et les abattoirs pour une meilleure prise en compte du bien-être animal via des mises aux normes.

Bientôt des Assises régionales de la distribution alimentaire

Au-delà de les accompagner dans leur manière de produire, le Conseil régional souhaite rémunérer au juste salaire ses agriculteurs comme le demande 57 % des sondés. Ainsi, en 2019, se tiendront à Toulouse des Assises régionales de la distribution alimentaire, réunissant producteurs, grandes et moyennes surfaces, et grossistes. Cet événement devra permettre d'obtenir une meilleure rémunération pour les producteurs auprès de ces grandes entreprises. Seulement, aucune date n'a été fixée pour le moment.

De son côté, la Région Occitanie va mettre en place une centrale alimentaire régionale afin d'avoir plus de produits bio et locaux dans la restauration collective comme les lycées, comme elle l'annonçait dès début 2019.

"Cette initiative va représenter un investissement de 10 millions d'euros, mais nous allons nous appuyer sur des structures déjà existantes dans les divers départementaux de l'Occitanie", précise Carole Delga.

"Sur notre territoire, nous avons à peu près toute la palette des produits alimentaires nécessaires. Le but est donc de favoriser les échanges entre les départements avec cette centrale. Par exemple, amener dans les Hautes-Pyrénées les fruits des Pyrénées-Orientales et livrer du porc produit chez le premier dans le second. Notre patriotisme régional doit favoriser notre économie car nos emplettes sont nos emplois", a tenu à préciser Jean-Louis Cazaubon, vice-président de la Région Occitanie en charge de l'Agroalimentaire.

D'autres mesures comme la lutte contre le gaspillage, le soutien aux associations alimentaires, des actions d'orientation pour les jeunes afin de leur faire découvrir l'agriculture et ses métiers figurent également dans ce grand Plan Alimentation. Au total, pas moins de 10 actions phares composent ce "pacte" pour l'agroalimentaire occitan qui sera voté par les élus jeudi 20 décembre en assemblée plénière de la Région Occitanie à Montpellier.

À l'occasion de ce vote, le budget régional en faveur de l'Agriculture sera rehaussé de 5 millions d'euros pour passer par conséquent à 75 millions d'euros annuellement, afin de financer ces diverses initiatives. Enfin, la Région compte aussi sur 450 millions d'euros de crédits européens Feader cette année (Fonds européen agricole pour le développement rural) pour financer ce Plan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 9:26 :
Ça manque quand même d'ambition biologique, il y a un pas fait en sa faveur mais nous en sommes au stade, si on veut sauver la planète, de faire 5 ou 6 pas en avant maintenant.

On y arrivera pas.
Réponse de le 18/12/2018 à 12:22 :
L'Occitanie ne manque pas d'ambition concernant l'AB ; la preuve elle s'est même dotée en 2018 d'un plan spécifique le "Plan Bi'O 2018-2020"
https://www.laregion.fr/Agriculture-bio-la-Region-renforce-son-aide-aux-agriculteurs
Réponse de le 18/12/2018 à 12:31 :
Jusqu'à une attaque généralisée d'un parasite, qui détruira des récoltes entières et qu'on ne saura pas réguler, comme on ne savait arrêter à un moment le phylloxéra ou le mildiou. “On créera un fond d'assurances”, avait dit Nicolas Hulot en son temps…
Qui dit Fond d'Assurance, dit arrêté de Catastrophe Naturelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :