Alimentation : l'Occitanie lance une consultation citoyenne sur une série de mesures

 |   |  558  mots
La Région Occitanie va mettre en œuvre un pacte pour soutenir la filière agroalimentaire régionale.
La Région Occitanie va mettre en œuvre un pacte pour soutenir la filière agroalimentaire régionale. (Crédits : Rémi Benoît)
La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, a donné le coup d'envoi d'une nouvelle phase de la consultation citoyenne sur l'alimentation, élevée au rang de grande cause régionale en 2018. Ainsi, du 15 octobre au 15 novembre, la population régionale est invitée à donner son avis sur une série de mesures pour l'alimentation bio et locale que pourrait mettre en œuvre le Conseil régional.

Avec l'opération "L'Occitanie dans mon assiette", les cantines d'un tiers des lycées de la région proposent 40% de produits bio et locaux depuis le début de l'année. Ces 59 lycées servent chaque année 5,5 millions de repas. L'objectif de la Région Occitanie est d'intégrer l'ensemble des lycées du territoire à ce dispositif d'ici la rentrée 2020, soit près de 190 restaurants scolaires.

Mais alors que l'alimentation a été érigée en grande cause régionale en 2018, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie veut aller plus loin avec une consultation citoyenne lancée en avril. Une nouvelle étape de celle-ci commence lundi 15 octobre. Pendant un mois, les habitants de la grande région sont invités à donner leur avis sur une quinzaine de mesures en faveur de l'alimentation bio et locale*.

"Nous devons promouvoir une alimentation de meilleure qualité. C'est un enjeu de santé publique. Nous devons aussi donner des réflexes de comment s'alimenter sainement, en ayant un coût acceptable pour tous les ménages", estime Carole Delga.

Quatre grandes thématiques

Les mesures sont réparties en quatre thématiques. Dans la catégorie Environnement et santé pour une agriculture durable, la Région propose d'accélérer la recherche pour éviter les pesticides, ou encore de contribuer au bien-être animal. En ce qui concerne les initiatives pour Favoriser la consommation de produits d'Occitanie, l'instance propose notamment d'améliorer la visibilité des produits locaux, ou bien même de soutenir la vente de proximité.

Deux autres thématique sont également présentes : l'éducation, pour permettre à chacun de choisir son alimentation, une rubrique dans laquelle la Région émet l'idée de soutenir les associations d'aide alimentaires. Enfin, dans la catégorie l'Innovation du champ à l'assiette au juste prix pour tous, Carole Delga propose de garantir un juste salaire à chaque professionnel de l'alimentation.

55 000 réponses à la première phase de la consultation

Pour parvenir à ces propositions, la Région a organisé une vingtaine de réunions de consultations ouvertes au public sur l'ensemble du territoire. Elle a aussi fait appel à l'institut CSA pour établir un questionnaire sur les habitudes de consommation alimentaire. 55 000 habitants y ont répondu, en ligne et sur papier, entre les mois d'avril et septembre. "On n'avait jamais vu ça pour une consultation citoyenne", annonce Julie Gaillot, codirectrice du département society de l'institut CSA.

Parmi les résultats de ce questionnaire, il ressort que 54% des sondés disent acheter souvent des produits locaux, et 43% des produits bio. La moitié des interrogés dépenses en moyenne entre 100 et 200 euros par semaine pour l'alimentation de leur foyer, tandis que 35% dépensent moins de 100 euros. Seuls 3% consacrent plus de 300 euros à ce poste de dépense.

"Quant à la définition du "manger sain", c'est un triptyque autour du manger de saison (79%), varié et équilibré (62%), et local (59%). Ce n'est pas manger light puisque les fruits et les légumes ne sont cités que par 30% des sondés", note Julie Gaillot.

À l'issue de cette nouvelle phase de la consultation citoyenne, la Région définira un Pacte régional pour l'alimentation durable en Occitanie qui sera proposé au vote des élus régionaux au mois de décembre.

*Le vote est possible en ligne et à travers un bulletin disponible dans le journal de la Région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 14:33 :
Oui pour le bio le local et pour que les enfants puissent manger sainement et de manière équilibre
a écrit le 16/10/2018 à 10:16 :
j'ai toujours mangé local mais alors local, pas des légumes qui viennent d'un ailleurs local
les légumes du potager d'à coté si vous préférez.
cela permet aussi de faire vivre les agriculteurs.
pour parler bio je le trouve très cher les arguments que les bio tiennent sont vrais je les soutiens...la main d’œuvres est chère entièrement d'accord , mais si les universités sont gratuites en france, le ministère de la santé ne devrai-t-elle pas suivre le même chemin en prenant en compte ma proposition par exemple: demander à l’Élysée la part que nous payons très cher soit gratuite et la remplacer par la création d'une fondation pour les producteurs la différence du prix réel au trop cher? ce serait plus équitable et tout le monde y trouverai son compte, car les maladies nouvelles les pesticides ect sont dangereuses. les producteurs sans doute le prendraient bien.
une idée que je pense partagée...
a écrit le 16/10/2018 à 10:15 :
j'ai toujours mangé local mais alors local, pas des légumes qui viennent d'un ailleurs local
les légumes du potager d'à coté si vous préférez.
cela permet aussi de faire vivre les agriculteurs.
pour parler bio je le trouve très cher les arguments que les bio tiennent sont vrais je les soutiens...la main d’œuvres est chère entièrement d'accord , mais si les universités sont gratuites en france, le ministère de la santé ne devrai-t-elle pas suivre le même chemin en prenant en compte ma proposition par exemple: demander à l’Élysée la part que nous payons très cher soit gratuite et la remplacer par la création d'une fondation pour les producteurs la différence du prix réel au trop cher? ce serait plus équitable et tout le monde y trouverai son compte, car les maladies nouvelles les pesticides ect sont dangereuses. les producteurs sans doute le prendraient bien.
une idée que je pense partagée...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :