Pour ses 25 ans, l'Icam agrandit ses locaux toulousains

 |   |  615  mots
L'Icam va disposer prochainement de plus de 10 000 m2 de nouveaux locaux à Toulouse.
L'Icam va disposer prochainement de plus de 10 000 m2 de nouveaux locaux à Toulouse. (Crédits : Bryan Faham)
Afin de fêter ses 25 ans à Toulouse, l'école d'ingénieurs Icam a effectué la pose de la première pierre de deux chantiers majeurs pour son avenir. L'établissement aura d'ici 2020 une nouvelle résidence étudiante et une extension de ses laboratoires sur son site à Toulouse. Des opérations chiffrées à 22 millions d'euros.

L'Institut catholique d'arts et métiers (l'Icam) s'offre un beau cadeau d'anniversaire. À l'occasion de ses 25 ans dans la Ville rose, l'école d'ingénieurs, qui compte 860 élèves sur place, a posé jeudi 8 novembre la première pierre de deux futurs bâtiments pour son site toulousain, situé non loin du Zénith.


Il s'agit d'abord d'une nouvelle résidence étudiante de 8 000 m² qui sera baptisée "La Maille". Dans cet édifice, 300 chambres seront réparties dans 76 logements sociaux, essentiellement en colocation. Des logements répartis dans 28 studios, huit T5 pour quatre colocataires et 40 T7 pour six étudiants.

Sur sa toiture, le bâtiment sera équipé de panneaux photovoltaïques, répartis en quatre zones de 18 panneaux chacune, ce qui représente une surface de 119 m2 couverte. Cet équipement produira annuellement environ 20 500 kWh, l'équivalent de la consommation énergétique annuelle de quatre logements.

Cette initiative doit permettre de "produire en autoconsommation, l'électricité nécessaire au fonctionnement des parties communes de la résidence", précise Toulouse Métropole Habitat.

Icam toulouse 2020

Une projection du site toulousain de l'école après les travaux. (Crédit : Icam)

Un bailleur social comme constructeur

En effet, l'Icam, pour la construction de sa résidence, a fait appel à Toulouse Métropole Habitat. Le bailleur social qui gère un patrimoine immobilier de 17 500 logements, soit 30% du parc social de l'agglomération toulousaine.

"Pour Toulouse Métropole Habitat, cette résidence universitaire s'inscrit dans une démarche de diversification, car nous construisons habituellement des logements familiaux alors que là, nous faisons du logement thématique. Ce sera notre deuxième résidence étudiante, la première est en train d'être construite pour le Crous à la ZAC de la Cartoucherie", explique Luc Laventure, directeur général de Toulouse Métropole Habitat.

Dans le cadre de ce second chantier en la matière, le bailleur social a recours à la conception-réalisation. Une procédure tout-en-un, qui rassemble deux missions généralement séparées, en l'occurrence la conception confiée à un architecte et un maître d'œuvre d'une part, et la réalisation, confiée à un constructeur d'autre part. Ce mode de fonctionnement doit permettre notamment de gagner du temps sur la date de livraison, prévue au premier semestre 2020.

Une fois sorti de terre, "La Maille" appartiendra à Toulouse Métropole Habitat, qui va investir 16 millions d'euros dans sa construction. En revanche, l'Icam sera locataire des lieux et sa gestion sera assurée par l'association "Les amis de l'Icam", la structure qui gère les résidences étudiantes des neuf campus de l'Icam en France et à l'étranger (Lille, Paris, Nantes, Vannes, La Roche-sur-Yon, Toulouse, Pointe-Noire, Douala et Chennai).

Un FabLab au sein de l'école

L'autre édifice, dont la construction a été lancée en parallèle sur le campus toulousain, consiste en une extension des laboratoires de l'école de 2 800 m². Cette surface abritera des espaces dédiés à la recherche et aux services aux entreprises, un FabLab de 250 m2, et des espaces de co-working. Cette fois-ci, c'est bien l'Icam qui investira 6 millions d'euros dans la construction de ce lieu, à travers sa fondation Féron-Vrau. L'objectif à travers cet effort financier est d'aller vers des pratiques d'enseignement innovantes.

"Nous travaillons à la modernisation de notre outil d'enseignement, avec notamment ce futur FabLab pour avancer sur une pédagogie innovante, avec, une découpe laser, des scanners 3D et des imprimantes en 3D", détaille le directeur de l'Icam à Toulouse, Jean-Denis Falise.

Cependant, l'élaboration de ce nouveau FabLab est déjà terminée et à disposition des étudiants depuis le mois de mai dernier. Par la suite, à l'horizon 2020, l'établissement envisage de l'ouvrir à des utilisateurs extérieurs de l'école.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :