Vidéo. Comment repenser le libéralisme, aujourd'hui contesté ?

 |   |  148  mots
La philosophe Monique Canto Sperber développe sa vision d'un nouveau libéralisme dans un entretien accordé à La Tribune.
La philosophe Monique Canto Sperber développe sa vision d'un nouveau libéralisme dans un entretien accordé à La Tribune. (Crédits : Rémi Benoit)
Monique Canto Sperber, philosophe et ancienne directrice de l'Ecole normale supérieure, est spécialiste de philosophie morale et d'éthique. Dans ce contexte où le libéralisme est pointé du doigt, elle apporte son éclairage en vidéo sur la manière dont cette philosophie doit être repensée pour continuer à exister. Entretien.

À l'heure où la pandémie de covid-19 démontre les limites de notre modèle économique, au point de faire songer le gouvernement français à rapatrier des activités stratégiques, comment faut-il repenser le libéralisme et les libertés qu'il permet ? Fruit du hasard, c'est à ce sujet que Monique Canto-Sperber a accordé un entretien à La Tribune lors de sa participation à Une Époque Formidable à Toulouse, le 6 février.

Son dernier ouvrage constitue le fil conducteur de sa master class : La fin des libertés, ou comment refonder le libéralisme (Robert Laffont). Monique Canto Sperber, philosophe et ancienne directrice de l'Ecole normale supérieure, est spécialiste de philosophie morale et d'éthique. A l'heure où les rapports des individus et des lois à la liberté sont bouleversés, à l'heure aussi où le fonctionnement du libéralisme est comme jamais contesté, son éclairage (en vidéo) s'annonce lumineux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2020 à 9:04 :
Bonjour
J'ai attendu ces videos avec impatience pour les partager
2 petits soucis a signaler :
-je ne trouve pas l'intervention de Jean Viard : Jeunes, les mal-aimés de la République ?
-bizarrement les 2 interventions féminines (Monique Canto Sperber, Isabelle Delannoy) ne citent pas l'intervention dans le titre ni le lien (alors que c'est fait pour les 3 intervenants hommes) ce qui est dommage. Je suis sûre que ce n'est pas volontaire de votre part. C'est dommage car même si elles n'ont pas la même notoriété, cette discrétion n'y contribue pas !
Encore merci pour ce bel événement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :