Dans les Pyrénées, les stations de ski déjà fragilisées avant la crise luttent pour leur survie

 |  | 1147 mots
Lecture 6 min.
Deux tiers des stations pyrénéennes ne dépassent pas les cinq millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.
Deux tiers des stations pyrénéennes ne dépassent pas les cinq millions d'euros de chiffre d'affaires annuel. (Crédits : ©Altiservice-SaintLary)
Les stations de ski des Pyrénées craignent une chute de 30 % de leur chiffre d'affaires annuel avec la fermeture annoncée des remontées mécaniques jusqu'en janvier. Alors que leur modèle économique était déjà fragilisé par le manque de neige, les plus petites structures, comme les deux grands réseaux, Altiservice et N'Py, anticipent de lourdes conséquences économiques. Le ski fait y vivre près d'un quart de la population et participe notamment au maintien de l'élevage en montagne.

La crise sanitaire va-t-elle sonner le glas des petites stations de sports d'hiver des Pyrénées ? "C'est la deuxième saison que les stations de Haute-Garonne connaissent des difficultés. L'année dernière, il y avait eu un manque d'enneigement durant les vacances de Noël et nous avons ensuite enchaîné avec le confinement qui a écourté la saison (à tel point que Le Bourg d'Oueil n'avait pas pu ouvrir de l'hiver, ndlr). La fermeture des remontées mécaniques à Noël annoncée par le gouvernement va les fragiliser encore plus", alerte Maryse Vezat Baronia, vice-présidente du département en charge en tourisme.

Vers un nouveau renflouement des petites stations

À côté des mastodontes des Alpes, la chaîne pyrénéenne a la particularité d'offrir de petites stations familiales dont le modèle économique est durement attaqué depuis des années. Dès 2015, la Cour des comptes tirait la sonnette d'alarme : deux tiers de la trentaine de stations pyrénéennes ne dépassent pas les cinq millions d'euros de chiffre d'affaires, avec un endettement allant jusqu'à 400% ! Et les choses ne sont pas près de s'arranger. Selon Météo France citée dans le rapport, avec une hausse de température moyenne de deux degrés dans les décennies à venir, les stations de ski pourraient perdre un mois d'enneigement. Résultat : en 2018, le département de Haute-Garonne...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2020 à 17:28 :
Les stations de ski de moyenne montagne sont condamnées et les stations d'altitude, mal exposées le seront aussi à moyen terme.
Au 3 Décembre de cette année, où y a t'il de la neige skiable en France ? En dessous de 2 500/ 3 000 m selon les secteurs, il n'y a rien...reste quelques glaciers et fonds de vallée. Pas de quoi faire une saison en dépit des milliers de canons à neige qui ont besoin d'eau ( rare) de froid et d'énergie (payante) pour fonctionner.
a écrit le 28/11/2020 à 11:39 :
Les indépendants exsangues sont aujourd'hui la proie d'investisseurs opportunistes. Les stations de ski seront bientôt cotés en bourse.
Réponse de le 03/12/2020 à 17:31 :
@Pafo
Le modèle économique des stations de ski est obsolète. La neige ne doit plus être le seul attrait, il leur faut évoluer.Reste à
trouver vers quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :