TAT Productions veut retrouver le goût du succès avec le long-métrage Pil

Bien qu'inquiet en raison des restrictions sanitaires dans les lieux culturels, le studio toulousain TAT Productions mise beaucoup sur son nouveau long-métrage d'animation, Pil, dans les salles de cinéma à partir du 11 août. Dans un décor occitan plongé dans le Moyen-âge, cette petite fille voleuse à l'histoire invraisemblable devra faire oublier l'échec de la précédente création de la PME locale malgré un budget limité.

5 mn

TAT Productions, installée à Toulouse, mise beaucoup sur ce nouveau long-métrage, Pil.
TAT Productions, installée à Toulouse, mise beaucoup sur ce nouveau long-métrage, Pil. (Crédits : TAT Productions)

Renouer avec le succès. Tel sera l'objectif du studio toulousain TAT Productions avec son troisième long-métrage, Pil. Si la sortie nationale est prévue le 11 août, avec plus de 500 copies du film qui vont être distribuées aux salles obscures de l'Hexagone, les Toulousains pourront découvrir cette production occitane et son héroïne atypique, dès vendredi 6 août, à l'occasion d'une avant-première au cinéma Gaumont Wilson en soirée.

Lire aussi 4 mnTAT productions veut entrer dans le top 5 mondial des studios d'animation indépendants

"C'est une comédie familiale d'aventure. Le film devrait plaire aux enfants mais on espère aussi qu'il plaira aux adultes et parents. C'est l'histoire d'une petite fille voleuse au Moyen-âge qui est le concept d'une anti-princesse, accompagnée d'un gros balourd et d'un fou timbré. Ensemble, ils vont vivre une histoire incroyable", met en appétit son producteur Julien Fournet.

Pour imager les décors de ce film, plusieurs lieux emblématiques de la région ont inspiré les équipes de TAT Productions comme la Cité de Carcassonne, les châteaux du Pays Cathare ou par exemple Cordes-sur-Ciel. Au final, six années de développement auront été nécessaires pour développer ce long métrage d'animation dont la distribution est déjà vendue "dans une soixantaine de pays", révèle Jean-François Tosti, cofondateur du studio. "C'est un très beau score (...) Notre particularité reste ce succès international tout en restant installé totalement en Province", ajoute le dirigeant.

Faire oublier l'échec Terra Willy

Bien que qualitatif, la société toulousaine n'a injecté "que" huit millions d'euros dans ce projet, ce qui est bien loin des budgets de films d'animation américains, à multiplier par dix. "Nous sommes bien loin d'avoir de quoi pour travailler confortablement, mais nous faisons avec et nous arrivons à produire des films de qualité. Avec un succès futur, nous aurons peut-être un bon en avant de nos budgets", espère Jean-François Tosti. Pour ce nouveau projet, la région Occitanie a décidé de subventionner à hauteur de 230.000 euros le film, tout comme Toulouse Métropole pour un montant de 100.000 euros.

Lire aussi 10 mnAvec l'aéronautique, Toulouse compte s'imposer sur le marché des tournages en Occitanie

"Nous créons de l'emploi sur le territoire, de la richesse et surtout de la richesse patrimoniale en Occitanie. Cela participe forcément à l'attractivité de cette région et je crois que les messages que nous avons voulu faire passer aux élus ont été entendus", croit bon de justifier le patron.

Fondée en 2000, la société installée dans la rue Pierre-Paul Riquet compte aujourd'hui 150 salariés, contre trois au début de l'aventure. Et le nouveau film, Pil, se devra d'être un succès pour des raisons économiques et de viabilité des studios, après le naufrage du second long-métrage, Terra Willy, pour lequel la société avait mis sur la table 6,2 millions d'euros.

Lire aussi 4 mnTat Productions : le faux départ de "Terra Willy", la faute à qui ?

"Cette seconde création originale sortie en 2019 est un vrai échec pour nous, que nous avons mis du temps à digérer. Il n'a fait que 130.000 entrées en France alors que nous en attendions entre 400.000 et 500.000. Du coup, économiquement, cela a été très compliqué. Nous avons réussi à éponger les dettes grâce au succès économique des As de la Jungle", témoigne Jean-François Tosti.

Le contexte sanitaire, un frein au succès du film ?

À contrario, la direction des studios toulousains s'est cette fois-ci bien gardée de faire des projections sur ses objectifs en nombre d'entrées en France, bien que la bande-annonce sur Youtube a son petit succès. En ligne depuis le 12 juillet, déjà plus de 472.000 visiteurs ont visionné la vidéo et quelques critiques positives émergent de la part de certains spécialistes du secteur.

Sans l'avouer, TAT Productions espère en cachette réaliser une performance comparable aux As de la Jungle, le film, lui qui avait rassemblé 700.000 personnes dans les salles de cinéma en France et deux millions d'euros à l'étranger. Néanmoins le contexte n'aide pas et principalement l'entrée en vigueur du pass sanitaire depuis mercredi 21 juillet dans les salles obscures.

"Le pass sanitaire me fait peur et c'est vrai que quand il y a eu l'annonce je n'ai pas bien dormi la nuit suivante (...) Sans parler du fait qu'il y a un embouteillage dans les sorties de film et que chaque semaine une grosse production est de sortie. Dans ce contexte, il faut avoir un gros distributeur qui veut quand même y aller", tente de positiver Jean-François Tosti.

C'est le distributeur SND (groupe M6) qui est en charge de cette partie du travail avec pour mission de faire de Pil un succès, avant le volet 2 des As de la Jungle, Le Film attendu pour fin 2023.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.