À Toulouse, l'ancien rugbyman Vincent Clerc prend la tête d'un McDo

L'historique magnat de l'enseigne McDonald's à Toulouse, Michel Réglat, a vendu son restaurant de Compans-Caffarelli à l'ancien sportif professionnel Vincent Clerc. Une reconversion inattendue, et pourtant pleine d'enjeux, alors que la crise sanitaire a affecté la fréquentation des établissements toulousains de la célèbre chaîne de fast-food.

6 mn

Les propriétaires des franchises de McDonald's à Toulouse étaient réunis, mercredi 7 juillet 2021, pour célébrer l'arrivée de Vincent Clerc dans leurs rangs. Sur la photographie, de gauche à droite : Vincent Clerc, Michel Réglat, Paul Sécail et Alexandre Laporte.
Les propriétaires des franchises de McDonald's à Toulouse étaient réunis, mercredi 7 juillet 2021, pour célébrer l'arrivée de Vincent Clerc dans leurs rangs. Sur la photographie, de gauche à droite : Vincent Clerc, Michel Réglat, Paul Sécail et Alexandre Laporte. (Crédits : Melvin Gardet)

"Il y a un côté rassurant à travailler dans un restaurant qui navigue dans un milieu que je connais un peu. Avec le restaurant de Compans-Caffarelli, Michel Réglat me fait une très bonne passe décisive pour commencer", explique Vincent Clerc, l'ex-ailier du Stade Toulousain et consultant pour France Télévisions, désormais entrepreneur au sein du groupe de restauration rapide McDonald's.

La rumeur courait depuis quelques jours, surtout après avoir été aperçu en train de servir des clients au sein du restaurant de l'enseigne du quartier Esquirol. Vincent Clerc a officiellement pris les rênes du restaurant McDonald's de Compans-Caffarelli le 1er juillet. Cette franchise de 45 salariés, jusqu'alors détenue par l'homme qui a ouvert le premier restaurant toulousain de l'enseigne, place du Capitole, a donc été cédée par Michel Réglat. Le chef d'entreprise, qui souhaite lever le pied après 40 années de développement de la chaîne de fast-food dans la Ville rose, se réjouit de voir l'affaire être mise entre les mains de l'ancien joueur de rugby.

"J'ai toujours été client de la marque" avoue Clerc

D'autant que le choix des franchisés des restaurants McDonald's s'effectue habituellement par le groupe. Une exception a donc été faite cette fois-ci, puisque c'est le détenteur d'onze établissements toulousains qui a soutenu la candidature de Vincent Clerc. Michel Réglat indique par ailleurs que ce choix a été effectué pour les valeurs de l'homme, et non pour sa notoriété.

Il faut dire que les deux hommes se connaissent depuis plusieurs années, par le biais de l'association La Maison des Parents (Fondation Ronald McDonald), dont Vincent Clerc est le parrain. Et si l'idée de devenir franchisé de McDonald's lui a été soumise à plusieurs reprises, le sportif reconnaît avoir pris son temps avant de se lancer dans l'aventure : "J'avais projeté d'être dans d'autres univers puisque je ne pensais pas avoir les compétences", confie-t-il.

Finalement, la décision a été prise il y a deux ans et demi. La personnalité publique a donc mis un coup d'arrêt à l'ensemble de ses activités professionnelles pour s'investir pleinement dans ses nouvelles missions d'entrepreneur. Une petite révolution, puisque qu'aucun joueur sportif n'avait tenté de reconversion professionnelle au sein des franchises McDonald's France depuis 1981. Nombreux sont ceux, comme Laurent Spanghero, qui ont préféré la voie de la restauration classique.

Pour se préparer à sa nouvelle fonction, Vincent Clerc a suivi un cursus semblable à celui des autres candidats, qui sont plus de 3.500 chaque mois à établir une demande de franchise dans la division française du groupe américain : un processus de recrutement d'un an, une formation de 12 à 18 mois, une première expérience d'équipier dans l'établissement de Labège, et enfin une immersion complète pendant cinq jours dans le restaurant d'Aurillac.

Vincent Clerc n'exclut pas de redynamiser l'activité avec le sport

"Chicken" a donc couru à tous les postes de l'enseigne de restauration rapide, preuve de sa détermination, nourrie par le sport, et utilisée désormais pour répondre aux objectifs de rentabilité économique de son restaurant.

"Pour l'instant, je suis dans l'observation, mais j'ai bien entendu des objectifs. En terme de qualité d'abord : de ce que l'on sert et du temps que l'on met à le faire. J'espère que cela permettra d'attirer des clients, et que cela se ressentira dans les chiffres.

Je souhaite aussi créer des partenariats, développer tout ce qui tourne autour du restaurant. Il y a des temps faibles dans le restaurant, le week-end, l'après-midi, le matin. Pourquoi ne pas les redynamiser avec du sport, ou en améliorant le petit-déjeuner ? Même si c'est un restaurant qui est super et qui marche très bien, j'ai plein d'objectifs en tête", indique Vincent Clerc à La Tribune.

Désormais chef d'équipe, Vincent Clerc n'envisage pas d'utiliser sa notoriété au profit de campagnes de communication locales pour McDonald's. L'enseigne non plus, d'ailleurs, puisque cela pourrait affecter l'image que le groupe s'est évertuée à redessiner en France depuis une dizaine d'années : "Nous avons eu des sportifs très célèbres pour représenter McDo, mais nous ne voulons plus faire de sponsoring sportif. Aujourd'hui, notre communication est différente", rappelle Michel Réglat, qui ne souhaite pas de "porte-parole" pour les franchises toulousaines, malgré une baisse d'activité des restaurants du centre-ville liée à la crise sanitaire.

15 à 20% de manque à gagner depuis la reprise

Malgré le déconfinement, les franchises toulousaines de McDonald's affichent effectivement des résultats en-deçà des chiffres réalisés à la même période en 2019.

Nous n'y sommes pas tout à fait en centre-ville. Il nous manque encore 15 ou 20% d'activité. Il y a beaucoup de comportements de consommation qui ont changé pendant la crise. Ce n'est pas si facile que cela pour les grands groupes. La crise a frappé tout le monde, certes, mais elle a causé plus de dégâts dans les grosses structures que ce que l'on pourrait penser.

affirme Michel Réglat.

Les restaurants toulousains ont observé un boom des ventes en livraison depuis 2020 : entre 250 et 300% selon lui. Mais dans le même temps, la fréquentation en salle s'est effondrée, conséquence logique des mesures de restriction liées à la pandémie de la Covid-19. De fait, le franchiseur historique de McDonald's à Toulouse indique que ses restaurants font face à une "surproduction de livraison avec les plateformes numériques" telles qu'Uber Eats, Deliveroo ou encore Just Eat.

Lire aussi 7 mnEn construction, la plus grosse dark kitchen de Toulouse suscite des inquiétudes

Et la baisse de fréquentation en salle ne fait pas peur au nouveau directeur du restaurant de Compans-Caffarelli.

"J'ai fait ma formation pendant cette période de crise. Donc j'ai pu voir les difficultés entrainées par la période. Etant plutôt de nature optimiste, je me réjouis de l'arrivée des beaux jours et je me dis que l'activité va reprendre normalement petit à petit. De toute manière, en juillet et en août, dans le centre-ville, l'activité est plutôt faible. Donc le baromètre sera plutôt en septembre. On verra bien si je suis en stress fin septembre ou pas !" explique Vincent Clerc à La Tribune, un sourire aux lèvres.

Les enjeux sont effectivement importants pour Vincent Clerc, puisqu'il explique avoir investi "les économies d'une vie de rugbyman" dans le rachat de l'établissement situé à deux pas du centre commercial Reflets et de la cité administrative de Toulouse. En cas de succès économique, il ajoute avoir pour souhait d'acquérir d'autres restaurants du groupe dans les années à venir.

Car crise économique ou pas, McDonald's continue son déploiement dans la métropole toulousaine. Sont prévues des ouvertures de restaurants dans les quartiers des Minimes, de Saint-Michel et de Montaudran au cours des années à venir, mais aussi en périphérie de la Ville rose...

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.