À Cahors, Édouard Philippe promet "l'accès au bon haut débit" pour tous les Français d'ici 2020

 |   |  612  mots
Édouard Philippe a présenté à Cahors le plan gouvernemental pour l'accès numérique dans les territoires.
Édouard Philippe a présenté à Cahors le plan gouvernemental pour l'accès numérique dans les territoires. (Crédits : Rémi Benoit)
En déplacement dans le Lot pour la Conférence nationale des territoires, le Premier ministre a présenté jeudi 14 décembre le plan gouvernemental pour le numérique dans les territoires. Objectif : une couverture du haut débit sur l'ensemble du pays d'ici trois ans. Les opérateurs télécoms s'exposent à des sanctions en cas de non-respect des engagements.

"Il aura fallu 60 ans pour électrifier tout le pays et 15 à 20 ans pour apporter la fibre : c'est mieux mais c'est long quand même", a reconnu Édouard Philippe, jeudi 14 décembre à Cahors. Pendant trois jours, le Premier ministre et une majeure partie de son cabinet se délocalisent dans le Lot à l'occasion de la Conférence nationale des territoires. Édouard Philippe a commencé par présenter le plan gouvernemental pour l'accès au numérique depuis le Conseil départemental du Lot. Avant son discours, élus et entreprises lotoises ont souligné les freins générés par l'absence d'une bonne connexion internet. "Nous sommes dans l'incapacité d'envoyer des fichiers lourds. Il faut 15 à 20 minutes pour transférer une vidéo, on perd quasiment 1h30 par jour. Nos concurrents n'ont pas ces soucis", relève dans une vidéo diffusée dans la salle Patrick Thiot, dirigeant de l'entreprise Thiot ingénierie qui réalise des essais pour l'industrie aéronautique et spatiale.

Avec ce plan d'accès au numérique, l'ambition affichée par le gouvernement est de donner "un accès au bon haut débit à tous les Français d'ici 2020". Pas question de promettre à toutes les communes la fibre (soit un débit de 30 mbit/seconde). "Dans les zones denses, il existe une concurrence très forte entre les opérateurs télécoms, la fibre sera installée partout d'ici trois ans. Ce ne sont pas ces territoires très urbains qui posent problème. La fibre devrait également être installée d'ici 2020 dans les zones moyennement denses ou les opérateurs sont intéressés pour l'installer comme à Cahors, Mulhouse ou Blois", a détaillé le Premier ministre.

 Risque de sanctions financières pour les opérateurs

"Des engagements opposables seront signés avec les opérateurs, ce qui signifie qu'en cas de manquement ces derniers s'exposent à des sanctions", a annoncé le chef du gouvernement.

Des discussions sont notamment menées avec Orange et SFR sur ce point, elles pourraient déboucher "d'ici la fin de l'année", espère Édouard Philippe. L'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) sera chargée de réaliser des contrôles et de procéder aux sanctions financières. La réalisation de cet objectif représente pour les opérateurs télécoms un investissement de 6 à 7 milliards d'euros, de 3,3 milliards pour l'État et de 3 milliards pour les collectivités locales.

 Un guichet numérique pour les communes isolées

En revanche, dans les territoires ruraux, Édouard Philippe vise plutôt une connexion à   8 mbit/s "qui permet de répondre aux usages courants, par exemple de télécharger en une heure un film". Enfin dans les zones les plus mal desservies, ce qui correspond à 1,5 million de Français, "un guichet numérique sera mis en place pour proposer au cas par cas soit des solutions de 4G fixe, soit des boucles radio ou soit des connexions via les satellites télécoms".

 Mobile : seuls 60 % de la France ont une très bonne couverture

Du côté du réseau mobile, le Premier ministre a fait remarquer qu'avec "les définitions actuelles plus de 99% des Français ont aujourd'hui accès à la 4G mais c'est très théorique. De nouvelles cartes de couverture montrent que moins de 60% du territoire français dispose d'une très bonne couverture. Il est crucial que les opérateurs continuent d'accroître leurs déploiements en particulier dans les zones rurales", a martelé Édouard Philippe. Sur ce point, l'objectif du gouvernement est d'apporter la 4G dans les 100 000 communes qui n'en ont pas, représentant 1,5 million de Français sur 15% du territoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2017 à 10:29 :
Le délai est invraisemblable ! En 2001 le gouvernement Jospin avait pris de sérieuses mesures pour combler les zones blanches ... Une bonne partie a été faite, seulement là où les départements ont lancé des schémas directeurs d'aménagement numérique de leur territoire (SDAN) avec la mise en place d'un RIP (réseau d'initiative publique, d'infrastructure télécom). Mais la moitié des départements l'a fait, pas l'autre !
Résultat il reste des zones blanches un peu partout, en plus France Télécom devenu Orange a freiné à mort, refusant de passer ses flux sur les RIP ... comme quoi il n'y a toujours pas de pilotage stratégique au gouvernement, l'Etat étant un actionnaire principal d'Orange !
Les élus français continuent de ne rien connaître aux sujets technologiques et stratégiques ... En plus, le mille feuilles public (régions et préfectures de région, départements et préfectures de départements) bloquent beaucoup de projets en empêchant d'avoir un seul pilote dans l'avion.
a écrit le 15/12/2017 à 4:06 :
Peut-etre en 2030 ?
a écrit le 14/12/2017 à 19:09 :
Ce qui laisse largement assez de temps aux opérateurs privés d’œuvrer.

Promis dès que je n'ai plus l'internet à vapeur je vous le dis.

Ça va être long je pense, très long...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :