Avec son nouveau bus à hydrogène, Safra espère enfin voir son activité décoller

Installé à Albi, le constructeur français de bus à hydrogène Safra a décidé de mettre fin à la production de son unique modèle. L'intérêt est ainsi de préparer activement la commercialisation de Hycity, un nouveau bus à hydrogène moins complexe à produire que son prédécesseur, attendue pour 2023. Les détails.

5 mn

Le nouveau bus à hydrogène de Safra, Hycity, devrait être commercialisé dès 2023.
Le nouveau bus à hydrogène de Safra, Hycity, devrait être commercialisé dès 2023. (Crédits : Safra)

"C'est une mise en pause réfléchie et assumée", selon Eric Baleviez, le nouveau directeur commercial et marketing de Safra. Le constructeur albigeois de bus à hydrogène a mis fin à la commercialisation fin janvier de son unique modèle, le Businova. En un peu plus de cinq années de production dans ses ateliers du Tarn, Safra aura livré 23 véhicules de ce genre à des communes comme Versailles (Yvelines), Auxerre (Yonne), Le Mans (Sarthe), tout en comptant les trois bus encore en production, destinés à l'aéroport Toulouse-Blagnac (deux véhicules) pour le projet HyPort.

Lire aussi 6 mnLa station à hydrogène de l'aéroport de Toulouse en service dès mars 2022

La fin annoncée de la production de ce premier modèle va laisser place à un bus à hydrogène nouvelle génération pour le constructeur français, du nom de Hycity.

"Le premier bus à hydrogène de Safra a été réalisé à une époque où la filière hydrogène commençait à se mettre en place. À l'époque, de nombreux éléments étaient encore peu matures dans des véhicules complexes. Il n'y avait pas de gros point noir sur l'exploitation du Businova, mais il y avait tout de même un problème de fiabilité liée surtout à une sur-sécurisation des systèmes. Aujourd'hui désormais, de nombreux composants sont devenus de série et cette maturité doit nous permettre de produire ce bus Hycity de manière beaucoup plus simple et en volume", justifie Eric Baleviez.

Dans les faits, le bus à hydrogène Hycity aura deux versions. Un véhicule de 12 mètres de long et 2,55 mètres de large, avec une capacité de 100 à 120 personnes, et un autre de 16 mètres de long avec une capacité de 160 à 180 passagers.

Un bus de 350 kilomètres d'autonomie avec un plein d'hydrogène

Avec ce nouveau modèle, fini l'internalisation à tout va, Safra n'hésitera pas à faire appel à des sous-traitants experts dans certains aspects. Par exemple, la société tarnaise ne cherchera plus à développer la boite de transfert de son bus à hydrogène en interne. Elle vient de nouer un partenariat avec l'allemand ZF, leader européen de la transmission de mouvement, qui va fournir un essieu standard motorisé à l'électrique pour le bus Hycity, qui a déjà fait ses preuves sur d'autres types de véhicules.

Côté énergie, la batterie sera toujours fournie par Symbio, une joint-venture de Faurecia et Michelin, à la différence que cette fois-ci il s'agira d'une batterie nouvelle génération. Elle alimentera le véhicule Hycity uniquement sur les pics de puissance et se rechargera grâce à un système de récupération d'énergie au freinage. Par ailleurs, le nouveau bus pourra embarquer grâce à ses six réservoirs jusqu'à 35 kgs d'hydrogène. "Avec un plein d'hydrogène, nous pouvons offrir une autonomie de 350 kilomètres, tout en sachant que la batterie offre 100 kilomètres d'autonomie supplémentaire", commente le directeur commercial et marketing de Safra.

En s'appuyant également sur les retours de ses clients, le constructeur français va gommer un point faible de son premier modèle en ajoutant une troisième porte passager sur le second. "Avec un châssis beaucoup plus bas et plat sur l'ensemble du véhicule, nous rejoignons sur ce point les standards du métier en ce qui concerne le parc urbain", ajoute Eric Baleviez.

Alors que Safra a lancé parallèlement un plan de reprise pour moderniser ses Businova en circulation, la société table sur l'achèvement de deux prototypes de Hycity d'ici fin 2022 - pour en faire à terme des véhicules de démonstration (ce que la société n'avait pas jusqu'à présent) - et un lancement de commercialisation en 2023.

Du rétrofit bientôt sur le marché aussi

Forte de 210 salariés et 70 postes ouverts, l'entreprise mise sur des volumes importants à l'avenir alors qu'il lui faillait environ 10 mois pour produire un Businova. Elle vise à horizon 2025, une production annuelle de 120 à 150 bus à hydrogène à Albi. Interrogé par La Tribune en février 2021, le président de la société, Vincent Lemaire, disait vouloir "produire jusqu'à 200 bus chaque année".

Lire aussi 7 mnBus à hydrogène : le constructeur albigeois Safra lève 25 millions d'euros

L'industrialisation de ses process sera l'enjeu majeur pour Safra dans un avenir proche afin de répondre à la demande des collectivités, qui réalisait jusqu'à présent une vingtaine de millions d'euros de chiffre d'affaires annuel. La loi d'orientation des mobilités (LOM) impose aux collectivités locales disposant d'un certain parc de bus en volumes que toute commande soit composée de véhicules zéro émission pour au moins 50% des immatriculations en 2025.

"Le nombre d'appels d'offres pour des bus à hydrogène était relativement faible des collectivités avant cette législation. Actuellement, nous sommes en train de changer d'échelle. Il y a déjà un parc potentiel de 550 véhicules au total en jeu sur le marché avec des villes comme Cannes ou Nice", fait savoir le directeur commercial.

Un marché sur lequel, le Français doit batailler avec une rude concurrence, avec notamment le Portugais CaetanoBus (filiale de Toyota) ou le Polonais Solaris notamment. Pour se démarquer, Safra mise également sur le marché du rétrofit, qui consiste à transformer un autocar diesel en autocar à hydrogène. Après une phase de R&D menée en partenariat avec le conseil régional d'Occitanie qui a commandé 15 autocars de la sorte, Safra sera en mesure de lancer la commercialisation de sa technologie avant la fin de l'année 2022, tandis que le premier autocar rétrofit pour le compte de la collectivité sera livré début 2023. Être un "accélérateur de mobilité décarbonée", telle est l'ambition du constructeur comme le stipule sa nouvelle identité graphique dévoilée récemment au salon European Mobility Expo.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.