Le Toulousain Delair acquiert l'Américain Airware

 |   |  423  mots
Le fabricant de drones toulousain Delair vient d'officialiser sa troisième opération de croissance externe en deux ans.
Le fabricant de drones toulousain Delair vient d'officialiser sa troisième opération de croissance externe en deux ans. (Crédits : Delair)
Le fabricant de drones toulousain Delair a annoncé mardi 30 octobre l'acquisition de son homologue américain Airware. Cette nouvelle acquisition, réalisée grâce à la levée de fonds récente de l'entreprise, doit permettre à Delair de devenir un acteur majeur mondial sur le marché des drones professionnels et du traitement de leurs données. L'opération engendre également des changements dans l'organigramme de la société.

Après Eukréa Electromatique et Gatewing en 2016, le fabricant toulousain de drones professionnels Delair vient d'officialiser le rachat de l'Américain Airware. Le fabricant outre-Atlantique, créé en 2011 à San Francisco, a notamment développé une plateforme logicielle d'analyse et d'exploitation des données collectées par drone, pour les grandes entreprises de la construction, des mines et carrières, et de l'assurance, afin de sécuriser les chantiers.

"L'accord se traduit par la reprise des actifs principaux d'Airware par Delair : cette plateforme logicielle de traitement et d'analyse des données collectées par les drones, le portefeuille mondial de clients et de distributeurs (...) Grâce à cette opération stratégique Delair renforce sa position dominante sur un marché mondial en cours de consolidation", précise l'entreprise toulousaine. Mais les intentions de cette dernière sont bien plus claires que cela.

"Avec les activités rassemblées de Delair et d'Airware, nous espérons devenir le plus puissant acteur mondial du drone professionnel", ajoute Michaël de Lagarde, co-fondateur et CEO de Delair.

Une croissance externe qui intervient quelques semaines seulement après la plus importante levée de fonds de l'histoire de l'entreprise basée à Labège.

Développer l'activité software

C'est en effet grâce à cette opération financière réalisée auprès d'Intel Capital que Delair a pu prendre possession de la société américaine et poursuivre ainsi son développement dans le software, à savoir le stockage et le traitement des données récoltées par les drones. Une levée de fonds qui prévoit également le recrutement de 50 personnes au sein de Delair d'ici fin 2019.

Pour cette raison, l'accord d'acquisition prévoit également la reprise de 26 salariés de Redbird installés à Paris. Une entreprise française fondée en 2013 et dirigée Emmanuel de Maistre, reprise par Airware en 2016.

"Emmanuel de Maistre, qui avait gardé des fonctions de direction chez Airware, prendra en charge la distribution mondiale de l'offre logicielle de Delair. Les collaborateurs de Redbird à Paris, ingénieurs et responsables de la satisfaction client, rejoindront Delair pour travailler sur le développement de nouveaux services en data science et intelligence artificielle appliquées aux drones", annonce le Toulousain Delair.

Et ce nouveau responsable aura fort à faire. "Il est prévu que d'ici 3 à 4 ans l'activité software devienne majoritaire", projette Michaël de Lagarde. Pour le moment, sur un chiffre d'affaires de 7,2 millions d'euros en 2017, l'activité hardware de Delair (construction de drones) représente plus de 80% du chiffre d'affaires contre moins de 20% pour le software.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :