La success-story du comparateur de vols toulousain Flybot

 |   |  740  mots
Thibault Descombes (à droite), en compagnie de l'autre cofondateur Florian Garibal (au centre) et Jeremy Basso, développeur et récemment recruté par le duo. Une équipe qui va rapidement s’agrandir.
Thibault Descombes (à droite), en compagnie de l'autre cofondateur Florian Garibal (au centre) et Jeremy Basso, développeur et récemment recruté par le duo. Une équipe qui va rapidement s’agrandir. (Crédits : Flybot)
Lancé en novembre 2017 par deux anciens étudiants toulousains, Flybot compte déjà plus de 140 000 utilisateurs. Uniquement disponible via l’application Messenger de Facebook, ce chatbot permet de comparer en quelques secondes les vols d’avion et trouver ainsi le billet le moins cher. Mais les cofondateurs ne veulent pas en rester là et souhaitent que Flybot devienne à terme un assistant de voyage nouvelle génération. Une levée de fonds devrait les y aider.

Cela ne devait être qu'un passe-temps, une activité annexe, un projet pour s'amuser, mais au final c'est devenu une véritable entreprise. Lancé en novembre dernier par Thibault Descombes, tout juste sorti de la Toulouse Business School et Florian Garibal, passée par l'ENSEEIHT de Toulouse, le comparateur de vol toulousain Flybot rencontre un véritable succès. Uniquement disponible via Messenger, l'application de messagerie instantanée de Facebook, Flybot a déjà séduit près de 140 000 utilisateurs uniques, pour une moyenne de 80 000 visiteurs par mois.

"On ne s'attendait pas du tout à un tel engouement quand on a lancé notre application. Nous espérions au mieux 20 000 utilisateurs sur la première année. Le choix stratégique d'être un chatbot sur Messenger a été payant, car si nous avions été un site internet devant la multitude d'autres comparateurs de vols, nous n'aurions pas existé. Mais comme notre cible ce sont les 20-30 ans, c'est une génération qui dispose en très grande majorité de Facebook et son application Messenger", explique Thibault Descombes.

Ainsi, le chatbot (logiciel programmé pour simuler une conversation en langage naturel, ndlr) composé d'intelligence artificielle, échange avec l'utilisateur pour connaître sa destination, la date souhaitée et divers autres critères. Une fois ces informations en poche, Flybot trouve gratuitement en quelques secondes le vols les moins chers et redirige le client directement vers le site de la compagnie aérienne en question. Pour avoir accès aux informations sur tous les vols disponibles et pour se rémunérer, le duo a signé des partenariats avec les comparateurs de vols existants et des compagnies aériennes.

Le comparateur de vols Flybot

Une discussion s'engage entre le logiciel et l'utilisateur./ Crédits Pierrick Merlet

Une diversification enclenchée

Mais Thibault Descombes et son ami et associé Florian Garibal ne veulent pas que Flybot reste cantonné à son rôle de comparateur de vols et le duo compte bien diversifier ses fonctions.

"Nous voulons rendre Flybot flexible et qu'il soit force de proposition auprès des utilisateurs afin de se détacher de ce modèle de comparateur pour qu'il devienne vraiment un assistant de voyage nouvelle génération. À terme, on souhaite qu'avec notre application les personnes puissent réserver leur vol, leur hôtel et qu'ils découvrent les activités à faire sur place", explique l'ancien élève de la Toulouse Business School.

Ainsi, une nouvelle version de l'application sera mise en route au plus tard au début du mois de juin pour répondre à cette demande d'une partie des utilisateurs. Désormais, avec un budget de voyage prédéfini dont le chatbot aura pris connaissance au fil de la discussion, celui-ci pourra proposer des destinations à son interlocuteur par exemple.

"Nous allons développer l'intelligence artificielle du système pour qu'avec cette nouvelle version Flybot puisse discuter plus librement avec l'utilisateur afin de déterminer ses envies, ses goûts et son budget. Parallèlement, dès le mois de juin, il sera possible de réserver un hôtel via notre application, pas forcément le moins cher sur la période donnée, mais celui correspondant le mieux aux attentes de l'internaute", lance Thibault Descombes.

En plus du BtoC, les deux jeunes entrepreneurs ne comptent pas laisser de côté le BtoB. Avec leur innovation, ils proposeront prochainement aux entreprises de leur externaliser l'organisation des déplacements professionnels des salariés. Depuis le début du mois d'avril, deux entreprises testent cette nouvelle offre pour un lancement espéré au début de l'été 2018.

Une levée de fonds espérée pour la fin d'année

Face à un tel développement de leur activité, "nous avons du refaire toutes nos projections de développement". Après avoir intégré l'accélérateur toulousain Momentum au début du mois de décembre, les deux jeunes ont récemment recruté un développeur et devraient prochainement en recruter un autre, ainsi qu'une personne pour le marketing.

"Pour poursuivre notre développement, nous travaillons en ce moment sur une levée de fonds entre 400 000 et 600 000 euros que nous espérons pour la fin d'année. Cette somme nous permettra surtout de recruter 7 à 8 personnes et acquérir nos propres locaux".

Avec actuellement un chiffre d'affaires estimé à 200 000 euros sur la première année d'exploitation, les fondateurs de Flybot espèrent que celui-ci attendra au moins les 560 000 euros après la levée de fonds.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :