Voiture électrique : Toulouse s'équipe de ses premières bornes de recharge rapides

Toulouse a mis en service la première station de recharge électrique en libre-service de la métropole. Dotée d'une puissance de 90 kW pour quatre véhicules, elle vise une charge de 100 km en neuf minutes. D'ici l'été 2022, 67 stations seront installées dans l'agglomération dont 22 sites de recharge rapides (90kW) et deux hubs ultra-rapides (175 kW).

4 mn

À Toulouse, la première station de recharge rapide a été installée avenue des Etats-unis.
À Toulouse, la première station de recharge rapide a été installée avenue des Etats-unis. (Crédits : Florine Galéron)

La Ville rose n'échappe pas à la course contre la montre engagée en France dans le déploiement d'un réseau national de bornes de recharge suffisamment étoffé pour suivre l'explosion des ventes de voitures électriques et hybrides. Fin août, plus de 650.000 voitures électriques ou hybrides circulaient sur les routes de l'Hexagone, et les prévisions du ministère du Transport tablent sur un million de voitures d'ici à fin 2022. Problème, seules 45.000 bornes étaient recensées en septembre dernier en France avec l'ambition de faire culminer ce chiffre à 100.000 d'ici à fin 2022.

Lire aussi 13 mnLes bornes de recharge : le maillon faible de la révolution électrique de l'automobile

 Moins de dix minutes pour 100 km d'autonomie

À Toulouse, la première station de recharge électrique en libre-service de la métropole a officiellement été mise en service ce mercredi 24 novembre. Implantée avenue des Etats-Unis, à proximité directe du périphérique et de l'autoroute, elle peut accueillir jusqu'à quatre véhicules en même temps. Les bornes sont qualifiées de "rapides" car elles sont dotées d'une puissance de 90 kW, ce qui permet en neuf minutes de charger 100 km d'autonomie sur un modèle comme la Zoé de Renault et de rouler 200 km au bout de 20 à 30 minutes à la borne. À titre de comparaison, il faut au moins 1h30 à 2h pour une charge quasi complète sur une borne classique de 22 kW. "Ces bornes de recharge rapides visent à répondre à de nouvelles attentes. La borne classique est utile pour un conducteur qui dépose sa voiture le temps de faire ses courses ou d'aller au restaurant. La charge rapide permet en un laps de temps réduit de récupérer de l'autonomie pour finir par exemple un long trajet", pointe Alexandre Valin, responsable du développement commercial mobilité électrique au sein de Bouygues Energies & Services.

Lire aussi 4 mnVoiture électrique : le marché des bornes de recharge en ébullition en Occitanie

Ce projet s'inscrit dans le programme Vilagil, mené par Toulouse Métropole, pour favoriser l'émergence de nouvelles formes de mobilités. Bouygues Energies & Services, finance le projet avec la Banque des Territoires (réunis au sein de la société Toulibeo) et le programme d'investissement d'avenir, assurera, pendant cette période, la conception du réseau, l'installation des bornes, la maintenance et l'exploitation du service. Toulouse Métropole récupèrera la propriété des bornes à l'issue des dix années d'exploitation.

L'emplacement des 67 stations de recharge encore à définir

D'ici à l'été 2022, il est prévu d'installer 50 stations (capables d'accueillir chacune quatre véhicules en même temps) dotées d'une charge classique de 22 kW. Ces bornes seront implantées à proximité des grandes axes mais surtout disséminées dans chaque coeur de quartier de Toulouse. En parallèle, 15 stations rapides (quatre points de charge chacune) de 90 kW verront le jour. Et enfin deux hubs de 175 kW (avec là encore quatre points de charge à chaque fois) seront déployés à la même échéance. Un premier hub sera implanté à l'est de l'agglomération à proximité de l'avenue Jean Chaubet, l'emplacement du deuxième hub n'est pas encore défini.

"Nous utilisons notamment l'intelligence artificielle pour déterminer en fonction de données sociétales, économiques et immobilières le meilleur emplacement pour ces bornes", a précisé Christophe Mayen, directeur opérationnel mobilités France chez Bouygues Energies & Services. Le groupe compte aussi sonder les habitants via son site internet Alizé charge. "Il faut aller vite et être efficace à l'heure de la décarbonation de l'économie et pour suivre le projet de ZFE (zone à faibles émissions)", a estimé pour sa part Maxime Boyer, vice-président de Toulouse Métropole pour les déplacements et les nouvelles mobilités.

Lire aussi 8 mnZFE à Toulouse : quels sont les véhicules qui ne pourront plus rouler dès le printemps 2021

À Toulouse, la future ZFE doit concerner environ 72 km2, principalement sur le territoire de la ville de Toulouse et une petite partie des communes de Colomiers et Tournefeuille. Dès la mise en vigueur (la métropole est dans l'attente du feu vert de l'Etat), les fourgonnettes, fourgons et poids lourds vignette Crit'air 5 et non classés ne pourront plus circuler à l'intérieur de cette zone. Et dès 2024, seuls les véhicules certifiés Crit'air 2, 1 et véhicules électriques ou à hydrogène, seront autorisés à rouler.

Lire aussi 3 mnBornes de recharge : Ze-Watt cherche désormais partenaire(s) particulier(s)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/11/2021 à 19:40
Signaler
"Moins de dix minutes pour 100 km d'autonomie" Encore plus rapide moins de 5 minutes pour 50 km d'autonomie.

le 24/11/2021 à 22:17
Signaler
Il suffit de faire une pause de 5 minutes tous les 50km, et c'est bon. Est-ce plus agréable que passer 30 minutes en tournant en rond pour continuer à rouler ? Mais il faut être sûr de trouver une borne adaptée tous les 50 km, quitte à faire des déto...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.